soins & bien-être

    Votre crème de jour est-elle vegan?

    Pour des questions de marketing ou par réel souci de préserver l’environnement, le végétalisme pur et dur s’étend désormais à la cosmétique. Mais entre les appellations «Vegan», «Bio» et «Cruelty free», il est difficile de se retrouver dans la jungle des logos. Décryptage et sélection de produits. 

    Publié le 
    30 Juin 2016
     par 
    Valérie Fournier

    Les consommateurs qui bannissent de leur assiette tout produit d’origine animale sont de plus en plus nombreux. Pour eux, pas de viande, pas de produits laitiers, pas de poissons, pas d’œufs au menu. Pour une totale cohérence, cette philosophie de vie s’étend chez certains à tous les domaines du quotidien: aux vêtements ou au mobilier (pas de laine ou de cuir) et, bien sûr, à l’hygiène quotidienne et aux soins de beauté.



    © Getty 

    Le logo Vegan a ainsi fait son apparition, créant le buzz sur les réseaux sociaux quand la grande distribution s’est mise à estampiller Vegan des produits qui semblaient a priori l’être naturellement, comme le vin ou le jus de pomme. Renseignements pris, les clients sont tombés des nues en apprenant que le processus de fabrication de ces denrées peut les mettre en contact avec des gélatines animales, de la colle de poisson, du blanc d’œuf. Ou que le vin rouge est parfois filtré avec du sang de bœuf.

    De l'importance de connaître les formules 

    Des interrogations se posent également concernant les cosmétiques. Pourquoi mettre en avant une formule vegan? Nos lotions ne sont-elles pas concoctées selon la recette immuable d’huile et d’eau émulsionnées agrémentée d’extraits de plantes? Dans ce domaine aussi, il y a des surprises. Si les fameuses crèmes au caviar de La Prairie ou encore les très efficaces crèmes à la bave d’escargot affichent clairement la couleur, d’autres produits peuvent contenir des substances animales comme la soie, la lanoline, le collagène de méduse ou encore une protéine tirée de la laitance de saumon!

    Vendus depuis peu comme vegan, les vernis à ongles Alessandro ont ainsi dû revoir leur formule. La représentante de la marque en Suisse nous indique qu’auparavant, certaines couleurs contenaient de la cire d’abeilles, principal ingrédient d’origine animale qu’on retrouve dans les cosmétiques, et notamment les baumes à lèvres: certaines marques 100% naturelles ont construit leur histoire autour de ces insectes, comme Melvita ou Burt’s Bees.

    Au-delà de la composition du produit, les chartes des cosmétiques vegan exigent également qu’aucun animal n’ait souffert à aucune étape de sa fabrication. C’est l’élément sans doute le plus difficile à vérifier. Certaines gammes affichent ainsi le label «Cruelty free», avec son petit lapin, sans être forcément vegan. Au consommateur de vérifier! Pour compliquer encore un peu les choses, des marques vegan ne sont pas forcément bio, comme les très jolis crayons à lèvres colorés naturels Hibiskiss (une marque organic mais non certifié). Enfin, beaucoup de petites enseignes n’ont pas les moyens de se payer la certification ou la jugent tout simplement inutile. Autant dire que la question est complexe.

    Des produits bio quasi vegan 

    Malgré tout, comme le précise Marianne Reynolds, à la tête de Beauté Plus, distributeur de marques bio en Suisse romande, la plupart des cosmétiques bio ne contiennent pas de produits issus des animaux, à l’exception de la cire d’abeille, du lait d’ânesse ou de brebis et, plus rarement, du rouge naturel de cochenille utilisé pour les produits de maquillage. Quant à la fameuse mention «non testé sur les animaux», elle n’est pas du tout pertinente, selon elle. «Depuis 2004, l’Union européenne a progressivement interdit les expérimentations animales pour les cosmétiques sur les produits finis, et depuis 2009, sur les composants. De toute façon, on ne faisait déjà pas de tests sur les animaux avec les produits labellisés bio. Cela va de pair avec l’esprit global des marques et les restrictions imposées par les labels,» explique Marianne Reynolds.

    Laurence de Crousaz, qui a ouvert il y a deux ans une boutique bio à la rue de Bourg à Lausanne (Un amour de peau), partage ce discours: «80% de mon assortiment est vegan même si ce n’est pas affiché. Quant au cruelty free, il est surtout important chez les Anglo-Saxons. Et puis, les chartes bio sont tellement exigeantes que les produits sont forcément cruelty free. Pour moi, ce qui est primordial est l’absence de pesticides et de substances issues de la  pétrochimie, dangereux pour l'homme, pour l'ensemble du règne animal et pour la planète. Je n’ai aucun problème à vendre une crème à la bave d’escargot si celle-ci a été récolté à la main sans faire souffrir les animaux.»


    A lire aussi:
    Tests sur les animaux: peut-on faire confiance aux mentions affichées par les produits
    L'Oréal soutient une atlernative aux essais cliniques sur les animaux
    15 recettes vegan pour l'apéro


    Charte et sites des marques vegan 

    Autre problème qui chatouille les végétaliens, celui des entreprises qui revendiquent l’absence de tests sur les animaux, mais qui sont présents en Chine, où ils sont obligatoires…

    Les grands groupes se déchargent du problème en disant que cette étape est pratiquée par un organisme externe. C’est pourquoi la charte vegan stipule que l’interdiction de tests sur les animaux inclus également ceux pratiqués par un tiers. Et toc.

    Sachez encore que les vegan évitent les médicaments ou compléments alimentaires en capsules style Oenobiol qui, comme les bonbons en gomme type Haribo, sont fabriquées le plus souvent avec de la gélatine de porc.

    Ouvert le 1er novembre dernier à l’avenue du Théâtre, à Lausanne, la boutique House of Mettler affiche en devanture un logo 100% vegan et suisse. Fondée en 1929, Mettler est en fait la dernière grande savonnerie suisse, productrice de son propre galet à la glycérine très connu en pharmacie (et 100% vegan avant l’heure). Elle fournit aussi de grandes marques comme Crabtree & Evelyn ou Bulgari, raconte son directeur des opérations, Christoph Sanne. Rachetée en 2014 par la société Sodecos, l’entreprise familiale s’est réorientée vers les soins du corps et du visage à base d’ingrédients suisses et vegan. Un mélange de tradition et de modernité qui correspond à la demande actuelle, à prix raisonnable: une dizaine de francs pour les gels douches, une cinquantaine pour les crèmes visage. Le fameux savon, lui, reste une valeur sûre pour moins de 5 francs.

    Impossible d’énumérer toutes les marques estampillées Vegan. Vous en trouverez une liste par exemple sur le site maviesanscruauté, ainsi que la charte vegan sur le site vegan-mania. Sinon, repérez le logo Vegan distribué par la British Vegan Society, il est l’un des seuls reconnus par l’Union Européenne.

     

     

    A lire également
    Les soins et cosmétiques vendus en parapharmacie ont tout pour plaire. Shopping de quelques nouveautés à glisser dans son petit sac à croix verte.
    O
    fille sourire froid hiver bonnet lumière beauté peau
    Mode d'emploi (et shopping!) pour offrir de bons actifs à son visage et retrouver l'éclat des beaux jours, même en hiver.
    O
    produits maquillage rouge à lèvres crayons
    Place aux produits suisses, aux soins riches en CBD et aux innovations asiatiques!
    O
    News loisirs
    Pour inviter le soleil dans notre assiette, en découvrant des saveurs venues des quatre coins du monde!
    O
    Voyage
    Le froid, la neige… la météo nous donne envie de nous téléporter sous des cieux plus cléments. C’est le moment idéal pour booker nos futures vacances
    O
    Cuisine
    Des plats sains, beaux et surprenants: voilà les exigences des foodies du moment.
    O