Femina Logo

psycho

Bien-être: 5 conseils pour en finir avec le blues du dimanche soir

Couple nature hiver 0

Le vague à l’âme de la fin du week-end touche, en moyenne, une personne sur deux.

© Istock

«J’agende un dîner entre amis, si possible une fondue», «Je me réserve un rendez-vous au spa pour le mercredi», «Je vais boire une bière au pub avec mes potes», «Je vais au ciné», «Je cuisine un gâteau et le savoure devant un film feel good»… Quand on pose à notre entourage la question, «Et toi, tu fais quoi pour éviter le spleen du dimanche soir?», les idées fusent tellement facilement qu’on s’interroge. Pourquoi est-il si aisé pour certains de passer le fameux cap dominical, alors qu’il correspond pour d’autres, littéralement, à l’enfer sur Terre?

Selon le Dr Florian Ferreri et le professeur Gautier Bouchaud, les deux auteurs de «Vaincre le blues du dimanche soir» (Ed. Hachette santé), les faits sont bien réels, et quasi binaires: le vague à l’âme de la fin du week-end touche, en moyenne, une personne sur deux. Et force est de constater que les symptômes s’inscrivent tôt dans notre ADN. «Les enfants sont particulièrement touchés, car ils vivent beaucoup plus que les adultes dans un rythme imposé, le dimanche comme le reste de la semaine, et ils peuvent avoir le sentiment de toujours subir sans jamais être décisionnaire», explique le psychiatre sur le site du «Figaro».

Et si l’enfant en nous avait le pouvoir de tout changer? Notre guide pour en finir une bonne fois pour toutes avec le cafard du dimanche soir.

La pensée: «Quand j’étais petit, c’était un calvaire»

Depuis toujours, ou depuis cette dissertation de philo sur «Qu’est-ce que la liberté ?» terminée à 3 h du mat’, le dimanche soir rime pour vous avec douleur chronique. Un mal inguérissable qui ne vous lâche plus les baskets.

Le remède: Un seul mot d’ordre: organisation! Rétro-planifiez vos tâches dès le début du week-end afin d’éviter d’arriver au dimanche 18 heures et de devoir faire les dix choses contraignantes et toutes urgentes écrites sur votre to-do list ou autre bullet journal. Ainsi, la perspective du dimanche soir vous paraîtra bien plus réjouissante. Les devoirs des petits et les rendez-vous à prendre? Check. Un bon dîner? Check. Le ménage? Check. Maintenant respirez et savourez ce dernier film repéré sur Netflix en toute zénitude. On vous le conseille!

Le mantra: rien ne sert de remettre au lendemain…

Temps de guérison: 1 mois

La pensée: «Mon conjoint est d’une humeur massacrante ce jour-là»

Il est 10 heures, Lausanne s’éveille et votre mari/compagnon/colocataire/douce moitié/animal de compagnie (cochez ce qui convient) souffre déjà du pré-bourdon du dimanche soir? Aïe. Plongé dans sa mélancolie dominicale, il risque bien de rester en pyjama midi passé, car certaines personnes vivent très mal le fait de changer de rythme brutalement. Mais pas de panique, rien n’est perdu…

Le remède: Afin d’inverser la balance «temps qui lui reste à s’ennuyer» vs «temps qui lui reste à s’occuper», discutez la veille au soir du programme du jour. Brunch, balade, sorties, etc. Pensez le dimanche (Note: attention à vous faire plaisir également) comme une de ces journées de bureau mais en mode loisir. Ainsi, les dernières heures du dimanche soir à «traîner» devant la télé ou en cuisine lui paraîtront plus que nécessaires. CQFD.

Le mantra: un pas après l’autre, un jour à la fois.

Temps de guérison: 2 mois


A lire aussi:
«Choisir de ralentir»: 5 conseils pour retrouver le temps de vivre
Changement d’heure: 5 astuces pour ne pas souffrir du manque de lumière
Détente: 20 idées pour être zen en 2017


La pensée: «C’est l’horreur, surtout en hiver!»

Bileuse ou anxieuse de nature, vous êtes peut-être également une bonne cliente pour la déprime saisonnière. De ce côté, les dieux ne vous ont définitivement pas gâté, mais ça, vous le savez déjà, n’est-ce pas? Qu’à cela ne tienne. Vous avez le pouvoir de tout changer (et ceci n’est pas un slogan pour un énième ouvrage sur le développement personnel).

Le remède: Comme le mode de vie des Scandinaves est réputé pour être le parfait exemple en matière de bonheur, cultivez le vôtre en les imitant dès les premiers frimas. Bains de jouvence à faire en SPA (couplés avec une bonne dose de chaleur, les froids sont réputés comme relaxants et stimulants pour le système immunitaire et digestif), dorlotage de vos extrémités (lèvres, mains, pieds: gommez et hydratez en automassage) ou tout simplement douceur de vivre à haute dose (vous savez, ce fameux hygge): à vous de transformer vos fins de week-ends hivernaux en instants sereins.

Le mantra: l’hiver de ta vie est ton second printemps.

Temps de guérison: 3 mois

La pensée: «Je vis cette soirée comme un deuil»

Vous êtes OK avec le fait (inéluctable) que demain sera un lundi, vous adorez votre boss, vous êtes du genre Monica dans la série «Friends»… Et pourtant, vous avez la mauvaise habitude de voir la fin du jour du seigneur comme un drame grecque? Antigone, sortez de ce corps!

Le remède: Petit conseil à votre attention: arrêtez de vous torturer. L’idée ici est de couper le cordon avec le dimanche soir une bonne fois pour tous. Car qui dit fin du week-end dit forcément un nouveau qui se profile. Aussi, limitez les frustrations en réservant, par exemple, une nuit en amoureux dans un lieu insolite ou en notant des idées déco pour les fêtes de fin d’année (en 2017, Noël et Nouvel-An tombent plutôt bien, chic!). Par ailleurs, et afin de ne plus jamais vivre votre congé hebdomadaire comme un échec, écrivez dans un cahier ou sur un blog toutes les belles choses que vous avez fait ces deux jours passés. Sensation de liberté assurée.

Le mantra: parler de ses peines, c’est déjà les consoler.

Temps de guérison: 4 mois

La pensée: «J’ai mal au ventre, je ne trouve pas le sommeil»

Digestion perturbée, corps tendu à l’idée de retourner travailler le lundi matin, vous ressentez depuis des lustres un sentiment d’épuisement, ou pire, «d’écroulement»? Et si votre angoisse du dimanche soir cachait en réalité un état dépressif?

Le remède: Bien que nous vous conseillons dans ce cas particulier d’en parler avec votre médecin traitant, une fois de plus, s’inspirer du lifestyle nordique n’est peut-être pas une mauvaise idée. Ainsi, tel un barrage anti-déprime du dimanche soir, misez sur une «thérapie» scandinave en deux temps.
1. Oxygénez-vous le plus possible. Marche, sport, ski… l’important est de respirer à l’extérieur un maximum et de profiter de la luminosité hivernale (même si elle est présente en demi-teinte).
2. Prenez goût à la diététique nordique, réputée pour être le pendant hivernal du régime méditerranéen: baies antioxydantes, légumes riches en fibres et poissons devraient vous requinquer. Aller, à vous de jouer pour terminer ce dimanche en beauté!

Le mantra: la respiration est le berceau du rythme.

Temps de guérison: 6 mois

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.