Femina Logo

tendances

#Nobra: quand les poitrines se libèrent

Kjenner
© Instagram Kylie Jenner

No bra, no problem

Le hashtag «Nobra» apparaît de plus en plus en ce mois d’août sur les réseaux sociaux. C’est l’été, me direz-vous. Hm… pas si sûr que la cause réside ici.

Effectivement, les partisanes du «sans soutif» fleurissent sur la Toile, autant chez les célébrités que les filles lambda. Pourquoi ce retour? Les dos-nus, les tops triangles et les décolletés plongeants ne nous laissent plus trop de choix. Parallèlement, bon nombre de clichés sont démolis, rendant le mythe du téton libre plutôt sain.

C’est bon pour notre corps

Mais oui! Oubliez les «tes seins vont tomber». Le soutien-gorge était là, à la base, pour mettre en valeur la poitrine, mais nos chers «boobs» savent se maintenir seuls comme des grands (OK, pas les plus costauds d’entre eux).

Et c’est sûrement mieux pour eux: sans nos morceaux de tissus à baleines, le sang circule mieux!

On ajoutera aussi que nos frais s’amenuiseront au profit d’autres plaisirs, et que notre Jules trouvera sûrement cela… sexy sympathique?

Le regard des autres

C’est là que ça pique. Quand on a de relativement petits attributs, ça passe – sans dire que l’on n’a jamais de problèmes! – mais les femmes à fortes poitrines auront sûrement plus de mal à s’accepter sans soutien-gorge, et le mouvement naturel des seins peut rapidement gêner. La solution est peut-être de s’y mettre en douceur, avec des caracos, des bandeaux etc.

En dehors de cela, le tabou autour de la question semble moins important qu’il y a quelques années, même si les regards de travers sont toujours monnaie courante.

En 1968, on parlait du «bra-burning» lors de l’élection de Miss America à Atlanta, lorsque des militantes féministes sont venues perturber le concours. En réalité, elles n’ont jamais brûlé leurs soutiens gorges, elles les ont simplement jetés.

Les seins flottants étaient alors symboles d’une révolution sexuelle, de provocation, de péché. Il n’est pas impossible que cette vision d’un féminisme «trash» ait perduré dans les consciences…


A lire aussi:
8 raisons de (toujours) dormir nue
Burkini, de l'origine à la polémique
«F pour Femina», la nouvelle vidéo du meufisme


La petite histoire du «maintien-gorge»

Ce support de poitrine a eu son moment de gloire, libérant la femme du corset. Des prototypes approchant la forme de l’objet actuel auraient vu le jour à la fin du XIXe siècle, et le terme soutien-gorge est apparu en 1904 dans le dictionnaire. Les premiers modèles commercialisés ne connurent que peu de succès.

En 1913, le soutien-gorge moderne naît dans les mains de Mary Phelps Jacob, une femme de la haute bourgeoisie américaine, qui a vendu le concept à la Warner Brothers Corset Company.

Dans les années 20, la mode féminine est au… masculin. La lingerie est alors pensée pour réduire les formes, c’est aussi là que les tailles de bonnets sont inventées. Les années 50 voient venir la forme pointue: l’après-guerre veut un retour aux silhouettes pulpeuses.

Autour de 1960, on entre dans une ère «petite fille» avec des jupettes, des ballerines et des couettes. Ainsi, les dessous deviennent colorés et confortables avec l’invention de l’élasthanne, puis on en vient aussi au soutien-gorge sans armatures.

1970: tout s’écroule. Le méchant soutif est une entrave, il représente la société bourgeoise, misogyne. Les féministes portent leurs vêtements à même la peau en guise de provocation.

Le retour du sexy et l’image d’une lingerie glamour font leur grand come-back dans les années 1980: c’est le début d’une lingerie affriolante, sans complexes.

Un peu après, 1990 mixe les styles entre balconnets, brassières, push-ups et toutes les matières imaginables: la femme se pare de ce qu’elle veut. Les dessous se démocratisent avec des marques qui proposent des modèles à petits prix.

Enfin, nos années 2000 ont d’abord vu cet objet polémique devenir un accessoire indispensable, à nouveau sur les défilés, courtisant les grands couturiers. Aujourd’hui, avec le hashtag #Nobra, la tendance semble s’inverser…

Alors, on tente?

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E19: Vos questions sur la charge mentale

Ah, la charge mentale! Afin d'aborder ce vaste sujet épineux et délicat, nous vous avions proposé de nous envoyer toutes vos questions à ce propos. À l'aide d'une psychologue, nous vous apportons des éléments de réponse, dans cet épisode destiné à alléger la pression. Pour se rappeler que même si la lessive n'est pas faite et que nos cheveux sont hirsutes, tout-va-très-bien-se-passer!

Dans vos écouteurs

E18: Comment apprivoiser le silence

Vous aussi, vous avez du mal à supporter le silence? Dans notre société rapide et bruyante, on ne réalise pas toujours à quel point nous sommes entourés de bruit, d'un tumulte incessant qui, au fond, nous rassure. Dans cet épisode étonnant, une psychologue nous parle des nombreuses vertus du silence et nous offre quelques pistes pour le réintroduire dans nos vies. Car même s'il peut faire peur, il ne nous veut que du bien!

Vidéos

Notre Mission

À la recherche d'un nouveau souffle pour votre allure ou votre maison? Toutes les tendances mode, beauté, déco pour inspirer votre quotidien!

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina