Femina Logo

news people

Rencontre: Diane Ducret, la résistance en héritage

Photo roberto frankenberg copyright flammarion

Dans son autoficiton, l'historienne et philosophe Diane Ducret raconte sa vie avec recul et autodérision: un vrai régal. Non seulement sur la forme mais aussi sur le fond.

© Roberto Frankenberg

La vie de Diane Ducret est un roman. Drôle, tendre et émouvante, parfois; dramatique, violente et extrême, souvent; mais toujours traversée par un esprit de résistance, une volonté absolue de se relever. Si possible avec humour.

FemmeFemina: Marina Rollman, l’humour au féminin

Pourtant, ce n’était pas gagné. Parce que si cette lumineuse trentenaire est aujourd’hui une philosophe, historienne et auteure reconnue – ses essais consacrés aux femmes de dictateurs se sont vendus à un million d’exemplaires dans le monde –, elle n’a cessé de cumuler les épreuves. Au point que, comme elle le souligne, sourire aux lèvres et une pointe de soleil basque dans la voix:

«La loi de Murphy n’est rien comparée à la loi de Ducret: Tout ce qui est susceptible de mal tourner tournera pour moi encore plus mal qu’on aurait humainement pu l’imaginer!» Elle exagère? A peine.

Une publication partagée par Eva (@lecturevaaa) le

La vie, triste et drôle d’histoire

Comme elle le fait avec drôlerie dans «La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose», une autofiction «vraie à 98%», elle (se) raconte. Ses parents qui la confient à ses grands-parents paternels sans explication. L’enfance morne et sans amour à Biarritz. Sa mauvaise chute de cheval, ado, qui brise ses rêves olympiques [elle était un espoir français] et dont les séquelles la font souffrir et boiter bas des années durant. Ses débuts «compliqués» à Paris. L’emprise délirante d’un prof de philo italien bipolaire qui, après l’avoir emmenée à Rome, la viole, la tabasse et finit par la séquestrer. La solitude. La dépression. Les troubles alimentaires. Les retrouvailles bouleversantes avec sa maman mourante. Les ruptures amoureuses «tellement élégantes» par téléphone ou par SMS. La quête désespérée d’un médecin qui pourrait soulager ses douleurs. Bref:

«On me ferait le récit de ma vie, je plaindrais l’héroïne de cette triste histoire!»

Seulement voilà, la plaindre ne vient pas à l’esprit. À l’écouter dérouler son parcours d’un ton léger, on est pris entre le rire et l’admiration face à tant de recul et d’autodérision. Car oui: aujourd’hui en paix avec elle-même et avec son passé, Diane Ducret en rigole.

Comment dépasser ses crises d’angoisse

La force de la résilience? «J’aurais bien voulu… mais non. La résilience est une sorte d’acceptation de l’inéluctable. Or, pour moi, ce discours qui veut qu’on se résigne et qu’on pardonne tout n’est pas possible! Il y a des choses qui ne sont ni pardonnables ni acceptables et contre lesquelles il faut se rebeller. Quand on m’a annoncé que je resterais handicapée toute ma vie, par exemple, je n’ai pas trouvé cela acceptable. Du moins pas avant d’avoir tout tenté! Eh bien ça a fini par… marcher, si je puis dire: à force de recherches quasi obsessionnelles et d’acharnement, j’ai trouvé LE chirurgien qui m’a sauvée!»

Ténacité et révolte

Justement, d’où lui vient cette ténacité? Elle réfléchit. «A vrai dire, du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours eu un esprit de rébellion et préféré l’ardeur de la résistance – ce que j’appelle l’ard-ance.» Le regard tendre, elle reprend: «Je suppose que cette force me vient de mon grand-père!» Elle explique: «Gaulliste et résistant, il m’a énormément parlé de ce qu’il a vécu pendant la guerre. C’était vraiment terrifiant. En même temps, j’ai été complètement fascinée par l’ingéniosité dont il a fait preuve pour ne jamais baisser les bras et se sortir de tout. Parallèlement, il me faisait regarder des films comme «La grande vadrouille» qui me faisaient hurler de rire.»


Lancement de la version restaurée de «La grande vadrouille».

«Du coup, dans mon esprit d’enfant, j’ai très probablement lié les deux sentiments: résister et s’évader du pire, notamment par le rire!» Elle reprend: «Le fait d’être sportive d’élite m’a aussi façonnée et forgé le caractère. Jour après jour, je devais répéter les mêmes exercices, sans me décourager. A force, ça m’a donné le goût de l’effort et l’envie d’aller toujours plus loin. De ne jamais renoncer.»

Jamais, vraiment? Elle nuance: «Bon, bien sûr, j’ai aussi vécu des périodes horribles durant lesquelles j’ai eu envie de tout laisser tomber. Je m’accrochais à la philosophie et à l’écriture, mais c’était d’autant plus lourd que je voyais partout des injonctions au bonheur et des espèces de messages bien-être du genre: «Faites la paix avec vous-même, aimez-vous!» C’est quand même compliqué quand on n’a pas les codes! Mais bon… avoir accepté de passer par les cases noirceur et tristesse m’a permis de me révolter… et de repartir!»

Songeuse, elle conclut:

«En fait, je pense que le jour où l’on comprend qu’on ne doit pas attendre de l’amour des autres, les choses commencent à aller vraiment mieux!»

Son actu

Auteure des best-sellers «Femmes de dictateurs», «Chair interdite» ou «Les indésirables», Diane Ducret vient de publier «La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose», chez Flammarion.

Ce qui la dope

La mer… marcher pieds nus sur la plage me fait un bien fou.

Son dernier fou rire

Difficile à dire parce que je ris beaucoup… et très souvent pour des bêtises: un lapsus, mes propres gaffes, des gens qui se cassent la figure, des photos d’animaux qui ont l’air bête…

Son don inattendu

J’apprends assez rapidement les langues étrangères.

Sur sa shamelist

Il y en a tellement! Bon, par exemple, quand je rentre chez moi, je me mets en vieux jogging. Et puis j’aime écrire en regardant de vieilles séries TV idiotes, manger des huîtres et boire un verre de vin en solitaire et… je suis à fond dans le disco et la musique des années 80!


Abba - «Dancing Queen»

Podcasts

Dans vos écouteurs

E16: Apprendre à se déconnecter pour se retrouver

Si vous n'osez même pas vous demander combien de temps vous consacrez au «scrolling» chaque jour, cet épisode est fait pour vous. Doux rappel pour les «smartphone-addicts», il nous encourage à prendre un pas de recul, en questionnant les raisons qui nous poussent à dégainer notre téléphone... pour reprendre l'habitude de lever les yeux!

Avec le soutien de Homegate

Dans vos écouteurs

E15: Comment soigner l'orthorexie, l'obsession de bien manger

En découvrant les centaines de recommandations, études et «régimes detox» dont nous bombarde la Toile, il n'est pas difficile de devenir légèrement parano, en pensant à son alimentation. Mais comment manger sainement, sans que cette envie ne vire à l'obsession ou nous dérobe toute notion de plaisir? Dans cet épisode, une diététicienne nous aide à identifier le trouble très moderne de l'orthorexie, à simplifier notre rapport à l'alimentation et surtout... à retrouver le bonheur de manger!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.