Femina Logo

déco

Le #JobDeRêve de Claire: créatrice de bouquets et d’émotions

Le #JobDeRêve de Claire: créatrice de bouquets et d’émotions

A son atelier, Claire compose des arrangements floraux sur mesure pour des mariages, des anniversaires ou des dîners privés. Elle propose aussi des workshops où l'on vient créer son bouquet ou sa couronne de fleurs.

© Unsplash / Rawpixel

Une passion aux senteurs d’enfance

«Les fleurs, c’est ma passion». Ce sont les premiers mots qui viennent à cette française de 33 ans quand elle commence son histoire.

«Elles ont le pouvoir de transmettre et même de créer des émotions. Un bouquet n’est pas juste une association de fleurs, il a un sens, une intention.»

Claire Pérignon se souvient avec bonheur: «Quand j’étais petite, je passais des heures dans le jardin de ma grand-mère à créer des arrangements floraux. J’ai toujours été passionnée par la nature, par chaque petit détail.»


© Christelle Naville

Une voie pas tout à fait tracée

Lorsqu’elle passe son Bac en filière scientifique, elle se pose la même question, inévitable, que tous les jeunes de son âge: dans quelle voie professionnelle se lancer? Le métier de fleuriste ne s’est pas imposé à elle, même s’il l’attirait fortement. A force de réflexion, la jeune fille choisit de poursuivre ses études à l’université, sur les conseils de son entourage. «C’était pour avoir un bagage plus solide. Je me voyais mal commencer un CAP (ndlr: certificat d’aptitude professionnelle), réaliser au bout de trois ans que cette voie ne me plaisait pas, et enfin débuter une formation supérieure.» Claire commence alors à étudier le management: elle s’oriente vers un Master en hôtellerie de luxe et passe une dizaine d’années dans cette branche.

«J’ai travaillé dans des hôtels 5 étoiles, à Paris, à Genève et même à Monaco. J’aimais mon travail, je le trouvais très intéressant: j’avais juste 30 ans, des responsabilités et je voyageais beaucoup.»

Le #JobDeRêve de Silvia Barbagallo, créatrice de bijoux

Pourtant, alors qu’elle est en charge d’une petite entreprise en Valais, elle a un déclic. «Je ne cessais de me questionner: où sont passées les fleurs?» Claire avoue avoir délaissé sa passion au fil des années. Du jour au lendemain, elle quitte l’entreprise: «je me suis dit, non, ce n’est pas ça que tu voulais faire.» Elle nous confie:

«Changer de job, c’est vraiment un saut dans le vide: on ne sait pas où on va, mais moi, je savais pourquoi!»

Déterminée, la jeune femme nous assure n’avoir jamais regretté ce bouleversement dans sa vie professionnelle, même si la peur a parfois pu s’installer. «J’ai eu de la chance, car mes proches m’ont énormément soutenue. Seule, cela aurait été plus compliqué.», témoigne-t-elle. «Je pense que c’était le bon moment pour moi: j’avais la volonté, l’intuition et le soutien nécessaire.»

Sa nouvelle vie débute alors. Elle suit une formation intensive de reconversion à l’Ecole des Fleuristes de Paris et approche des professionnels afin d’effectuer des stages à leurs côtés. Elle va même à la rencontre d’une Américaine qui vit en Angleterre. Claire se remémore cette expérience marquante: «c’était dans la campagne, dans un décor comme sorti d’un film: tout était vert, il pleuvait des cordes, je me souviens d’une cabane au milieu d’un champ, entourée de moutons.» C’est dans ces vastes espaces bucoliques, où des fleurs de toutes sortes se rencontrent, qu'elle trouve l’inspiration.

«Mon style est vraiment tourné vers le naturel, l’esprit jardin. Ces paysages sont à mon sens les meilleurs endroits pour s’inspirer. Il faut retourner aux sources.»

Chaque personne qu’elle rencontre puise dans la nature pour créer quelque chose qui lui ressemble et transmet une partie de son savoir-faire à la jeune femme. «Leur vision m’a permis de créer mon identité propre.» Si la fleuriste aime particulièrement les balades en montagne ou en forêt pour trouver l’inspiration, elle apprécie aussi les voyages, la mode, toutes les couleurs qui l’entourent ainsi que l’art de manière générale.

Le #JobDeRêve de Diana et Fabien: les saveurs du Pérou au cœur de Lausanne

L’Atelier Rose Jasmin

Claire fonde l’entreprise «Atelier Rose Jasmin» en 2017. «En référence à deux de mes fleurs préférées, je trouve que leur association me représente bien.» dit-elle, tout sourire. Avec son atelier, par opposition à une boutique, «plus difficile à gérer et qui laisse moins de place à la création», la fleuriste se spécialise dans l’événementiel. Elle précise que la personnalisation est au cœur de son travail: elle n’a pas deux créations similaires! Lorsqu’un client fait appel à son entreprise, elle lui demande le plus de précisions possibles afin de comprendre parfaitement ses attentes. Claire crée des arrangements floraux pour des mariages, des baptêmes, des anniversaires ou de dîners privés.

«Je fais très attention aux couleurs. Je veux que lorsqu’une mariée reçoit son bouquet, elle se reconnaisse et se dise «c’est celui dont j’ai rêvé». C’est le plus beau compliment que l’on puisse me faire.»


© Claire Pérignon

La fleuriste se souvient: «L’an passé, un couple d’Américains venu de Los Angeles a demandé mes services par l’intermédiaire de leur wedding planner. Ils voulaient se marier en petit comité dans le Lavaux, où ils étaient déjà venus en vacances. La mariée voulait une pergola faite sur mesure, avec des fleurs d’un jaune bien particulier.» Un challenge de taille pour Claire. «Je ne l’avais jamais fait, c’était d’ailleurs un de mes premiers contrats!» ajoute-t-elle. Lorsque l’Américaine a découvert cette arche géante pour la première fois, elle était éblouie. «J’ai su provoquer chez elle cet effet waouh» nous raconte la jeune femme avec émotion et fierté.

#JobDeRêve: Nous végétalisons les toitures de Genève

À côté de l’événementiel, la jeune femme organise des workshops lors desquels elle accueille entre 4 et 8 personnes. «Chaque mois je change de thème, je m’adapte aux saisons et je m’approvisionne chez des producteurs locaux dès que j'en ai l'occasion. Ce qui marche bien en ce moment, ce sont les ateliers couronnes de fleurs pour les enterrements de vie de jeune fille. C’est un travail minutieux, mais les participantes sont toujours étonnées de voir ce qu’elles sont capables de faire. Leur retour est toujours positif.» Cette activité supplémentaire, qui privilégie le partage et le contact humain, lui a permis de contrebalancer le côté solitaire de la partie événementielle de son travail.

Depuis peu, l’Atelier Rose Jasmin propose aussi des abonnements floraux. Le principe? On reçoit mensuellement un bouquet surprise, toujours dans le style moderne, féminin et naturel qui caractérise les designs de Claire.

Ce que la jeune fleuriste préfère dans son nouveau métier, c’est qu’il n’y a jamais de répétition.

«La créativité et la personnalisation sont au centre de mon travail. Ça deviendra peut-être fatigant à la longue, mais pour l’instant, ça me convient très bien.» s'exclame-t-elle en riant.

La belle histoire d’amour entre Claire et les fleurs n’est pas prête de s’achever.

#JobDeRêve: A 25 ans, Nuria ouvre son atelier d’aménagement intérieur

On a testé pour vous: un workshop à l'Atelier Rose Jasmin

J’aime les fleurs, cependant, je me contente de les humer et de les observer. Alors lorsque la fleuriste m’invite à participer à son prochain atelier sur le thème «centre de table champêtre», je suis particulièrement enthousiaste.

La créatrice nous accueille dans un local à Genève, tout proche de la gare. Elle choisit les produits avec lesquels nous allons travailler le matin même, au marché et chez des producteurs. «Parfois, je vais me balader et je ramène des feuillages provenant directement de la nature.» nous avoue-t-elle avec malice. Le cours se déroule ainsi: Claire nous montre les techniques et nous guide lors du «montage» de notre bouquet. Cependant, nous sommes libres d’appliquer ses conseils et de composer notre œuvre comme on le souhaite. Ces ateliers sont accessibles à tous et la jeune femme nous assure qu’il suffit d’avoir confiance en soi et de se laisser guider lorsque l’on en a besoin.

Le #JobDeRêve d’Amel Soudani: «Locarno a toujours fait partie de ma vie»

Petit à petit, notre «centre de table» se construit dans le vase placé devant nous: on commence par disposer les feuillages, afin de donner la forme générale et du volume au bouquet, ensuite on dépose délicatement les fleurs, qui se fixent solidement entre les tiges, et enfin, on ajoute quelques graminées qui permettent d’alléger le tout.

Résultat, je repars chez moi avec mon grand bouquet, très fière de ma création. Il trône d'ailleurs depuis 6 jours sur la table de ma salle à manger, toujours en pleine forme. Un petit conseil pour l'entretenir? Il faut changer l’eau tous les jours et faire attention à ce qu’aucun feuillage ne soit en contact avec l’eau, car ceux-ci permettent aux bactéries de se développer plus rapidement.

Infos pratiques

Claire Pérignon, Atelier Rose Jasmin, créations florales à Genève

Tél. 076 200 52 03, info@rosejasmin.ch.

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

À la recherche d'un nouveau souffle pour votre allure ou votre maison? Toutes les tendances mode, beauté, déco pour inspirer votre quotidien!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.