Femina Logo

Beauty Tour

Black is beautiful: une peau d'ébène si fragile

Comment parler de la beauté des femmes afro-descendantes sans tomber dans les clichés ou heurter les sensibilités après la vague Black Lives Matter? On en discute avec Sylvie Makela et Carine Foretia, co-fondatrices des salons de coiffure et concept stores Tribus Urbaines, à Lausanne et Genève.

Comme les cheveux crépus, bouclés ou frisés, la peau noire a des besoins spécifiques. Sur le corps, elle a tendance à être très sèche et demande beaucoup d’hydratation. Sur le visage, elle brille facilement et connaît des différences de pigmentation.

«En fait, elle semble résistante, mais elle est très fragile, résume Carine. Elle est par exemple très sensible au calcaire. Je suis obligée de m’enduire complètement de crème après la douche, tout le challenge étant de trouver la formule qui convient pour hydrater sans graisser.»

Huile, crème, ça dépend des goûts. Sylvie recommande d’appliquer une huile sur la peau encore légèrement humide pour une meilleure efficacité, en massant les zones capitonnées. Après une douche froide, c’est encore mieux et avec un savon sans sulfate à base de karité, bon pour tout; tout comme le baobab, dont on utilise l’huile ou la poudre issue de ses fruits.

Pour le visage, l’excès de sébum requiert un soin particulier. Si on y répond avec des produits astringents, la peau va graisser encore plus. Il faut hydrater tout en matifiant avec une formule légèrement poudrée. Carine est adepte des BB creams. Sylvie, elle, a trouvé la crème idéale, qui absorbe le sébum et règle les problèmes de pigmentation (Nuhanciam, pas disponible en Suisse). «J’utilise ensuite uniquement du correcteur, avec une petite éponge, pour unifier les différences de pigmentation entre le cou, le visage et les paupières. La peau noire a tendance à cicatriser plus lentement, ce qui fait que les marques d’acné ou autres bobos restent plus longtemps.»

Aujourd’hui, une majorité de marques se sont mises à la beauté inclusive avec des gammes de plus de 40 nuances. Cependant, il y a eu un vide entre les premiers fonds de teint ethniques de MAC (dans les années 80), et l’arrivée de Fenty Beauty, fin 2017. En Suisse, il reste compliqué pour les peaux très foncées de trouver les cosmétiques adéquats. Au-delà de la représentativité, Sylvie voudrait voir plus de modèles de beauté différente. Carine, qui est née ici de parents en exil, se souvient de son manque de repères quand elle était ado. Aujourd’hui, maman à son tour, elle se demande quel discours tenir à sa fille pour qu’elle puisse s’identifier à autre chose que La reine des neiges. En 2020, plus que jamais, les réseaux sociaux contribuent à mettre en valeur toutes les formes de beauté (le fameux body positive) et le black is beautiful rayonne grâce à des stars comme Rihanna, Lupita Nyong’o ou la plantureuse Lizzo, au physique atypique, «qui n’est d’ailleurs pas un physique atypique pour l’Amérique», rigole Carine. Dans le luxe, Lancôme et Saint Laurent ont choisi Zendaya ou Zoë Kravitz comme égéries de leurs plus grands parfums.

Le sourire irrésistible d’Aduk Akech Bior

En juillet 2018, elle clôturait en mariée le défilé couture de Chanel, l’un des derniers de Karl. Deuxième mannequin noir à tenir ce rôle, Aduk Akech Bior partage cet honneur avec sa compatriote sud-soudanaise Alek Wek, en 2004. Toutes deux ont suivi le même parcours fabuleux, du statut de réfugiée aux podiums internationaux. Aduk Akech a 7 ans quand elle quitte le camp du Kenya où elle vivait avec sa mère et ses 5 frères et sœurs pour l’Australie.

Repérée pour la première fois dans la rue à 13 ans, elle attend ses 16 ans pour s’inscrire dans une agence de modèles à Sidney. Trois ans plus tard, elle fait sensation lors de son premier défilé à Paris, pour Saint Laurent. Depuis, sa moue enfantine et sa silhouette de panthère sont devenues incontournables. Nommée Model of the Year en 2018 et 2019, elle apparaît sur la couverture du Vogue US d’avril dernier avec Kaia Gerber (la fille de Cindy Crawford) et Ugbad Abdi (mannequin somalien qui porte le hijab), sous le titre «Beauté sans frontières: 28 modèles du monde entier qui changent la mode». Elle vient de shooter la campagne hiver 2021 de Chanel Haute Couture.

1 / 8

Huile de baobab, corps, visage & cheveux, Pilani, 40 fr. les 100 ml. (pilani.ch et Tribus urbaines).

© Corinne Sporrer
2 / 8

Save the Bees, savon artisanal au karité, Sheanaynay, 9 fr.

© Corinne Sporrer
3 / 8

Karité Genève, beurre de karité et huile essentielle de géranium, Kam’Nature, 18 fr. les 50 gr. (Tribus Urbaines et kamnature.ch).

© Corinne Sporrer
4 / 8

Coconut bronze, poudre bronzante mate infusée à l’huile de coco, The Body Shop, 24 fr. 95.

© Corinne Sporrer
5 / 8

Crème boucles fabuleuses Curls, Christophe Robin, prix conseillé 34 fr. les 150 ml.

© Corinne Sporrer
6 / 8

Expressie, Misfit right in, Essie, 14 fr. 90.

© Corinne Sporrer
7 / 8

Lait hydratant à l’huile de coco, Palmer’s, env. 11 fr. les 250 ml.

© Corinne Sporrer
8 / 8

Baume à aimer, soin pour les lèvres, Gaïndness, 15 fr. (Tribus Urbaines).

© Corinne Sporrer

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Valérie vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

Episode spécial: Interview d'été avec Juliane et Ellen

Dans vos écouteurs

E37: Mieux comprendre et gérer l'hypochondrie

Vidéos

Notre Mission

À la recherche d'un nouveau souffle pour votre allure ou votre maison? Toutes les tendances mode, beauté, déco pour inspirer votre quotidien!

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina