Femina Logo

news société

«Ton père, ton frère, tes collègues ou tes potes, jusqu’à toi, tu le sais: ON a forcé»

«Ton père, ton frère, tes collègues ou tes potes, jusqu’à toi, tu le sais: ON a forcé»
© Capture d'écran YouTube

Mâcher ses mots? Définitivement pas le style de Simon Puech. Dans une vidéo intitulée «Je te viole» publiée sur YouTube le 23 novembre 2017, l’artiste français de 21 ans dénonce avec virulence le harcèlement et le sexisme dont sont victimes les femmes. En slamant, il n’hésite pas à se remettre lui-même en cause, ainsi que ses proches:

On a tous joué les choqués, comme si on ne s’y attendait pas […] Comme beaucoup, t’avais oublié. Parce que je fais 1 mètre 91, 88 kilos et, surtout, je ne partage pas le même sexe que la concernée.

A ceux qui ne savent pas écouter un «non»

Simon Puech s’adresse ainsi directement à tous les êtres humains de sexe masculin. «Il parle aux hommes qui forcent, dans la vie, sur Internet, qui ne savent pas écouter un «non», qui ne voient les femmes que comme des potentialités de relations sexuelles», résume «Madmoizelle». En évoquant le titre choc de sa vidéo, il explique au site internet sa démarche: «je veux leur montrer que je vais les pousser, violemment, à reconsidérer leurs actions.» Et ses propos corroborent ceux de son clip:

On y est tous sujets, à différents niveaux c’est sûr. A un moment ton père, ton frère, tes collègues ou tes potes jusqu’à toi: tu le sais, ON a forcé. L’éducation a du retard, clairement.

Il leur rappelle également qu’il est temps de faire entendre leur voix et d’aider les femmes au quotidien face à ce fléau: «C’est à toi de participer, d’endiguer cette ignorance. De ce combat découle un nouvel espoir de société. Fumer le harcèlement est un début, revoir les fondements de l’inégalité l’objectif absolu […] Le féminisme est bien plus que ça. Très loin d’être une simple progression de la considération des femmes, il s’agit de faire avancer toute l’humanité.»

De violentes réactions suite à la publication

Présent depuis 2016 sur YouTube, le jeune bordelais n’en est pas à sa première vidéo choc. Il s’était déjà intéressé au militantisme, au véganisme et au féminisme dans d’autres productions. Pourtant, il a reçu de nombreux commentaires négatifs suite à la diffusion de «Je te viole», comme il l’explique à «Madmoizelle»: Ce qui est ironique, c’est que ceux qui combattent ma généralité, «on a TOUS forcé», sont les même qui, trois lignes plus loin, qualifient les féministes de "meufs qui chialent au viol sur Twitter pour n’importe quoi"…».

Espérons que la vidéo de Simon pousse les hommes à s’interroger sur leur rôle, sur leurs actions, sur leur volonté de faire changer les choses et de s’engager, enfin, dans la lutte pour l’égalité des sexes. Comme le jeune artiste, ayant confiance en leur force d’introspection et leur désir de changement. Car après avoir mis à mal «cette course stupide à la virilité inutile», Simon conclut avec cette punchline marquante:

En avoir conscience est un début, agir est la suite logique. Pour faire avancer les choses, 50% de la population mondiale ne suffiront pas. Le changement viendra des femmes, mais sans les hommes, il ne se fera pas.


A lire aussi:
#FeminaOpinion: ras-le-bol du «Bro Marketing»
L'illustratrice Emma rappelle que les femmes ont le droit d'être en colère
«Les Frères Scott»: les actrices dénoncent le harcèlement dont elles ont été victimes

Podcasts

Dans vos écouteurs

E13: Se libérer des tensions physiques dues au stress

Une mâchoire serrée, le ventre retourné, un nœud derrière l'omoplate... les périodes chargées sont souvent celles des petits maux agaçants. Afin de comprendre et de mieux gérer ces tensions physiques, nous accueillons Sarah Bezençon, psychologue de la santé. De sa voix apaisante, elle nous rappelle que ces petites douleurs du quotidien sont en réalité des messages que tente de nous faire parvenir notre corps, et qu'elles peuvent être chassées grâce à des techniques toutes simples.

Dans vos écouteurs

E12: Prendre soin de son couple quand on a des enfants

Dans ce 12e épisode destiné aux parents et aux futurs parents, la thérapeute de couple Anne-Dominique Spertini nous donne des clés et des conseils, destinés à concilier le rôle de «maman» ou de «papa» avec le rôle de conjoint. Rassurante et sincère, elle évoque l'importance de la communication (verbale et physique), la sexualité, la culpabilité, la fatigue et le manque de temps libre. Pour se rappeler qu'on ne peut faire davantage que de son mieux (et que la perfection n'existe pas!).

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.