news société

    Emmanuelle Piquet: «il faut outiller nos filles contre le sexisme»

    Baisers forcés, injonctions sur le physique, mains aux fesses: un livre destiné aux jeunes filles leur donne des moyens pour élaborer une stratégie de parade face au sexisme. Interview de son auteure.

    Publié le 
    28 Mars 2018
     par 
    Fabienne Rosset

    «Hé, planche à pain! Ils sont passés où tes seins?», «Tais-toi le boudin!», «Fais-moi plaisir, laisse-toi pousser les cheveux!» Face à ce genre de remarques, les filles ont tendance à faire profil bas pour ne pas «faire d’histoire» ou envenimer la situation. Une attitude que la psychopraticienne Emmanuelle Piquet veut renverser en apprenant aux jeunes filles à passer à l’action pour dire non au sexisme ambiant. Et ce dans la cour d’école déjà. 

    FEMINA Pourquoi ce livre maintenant?
    Emmanuelle Piquet
     Son écriture n’est pas liée à BalanceTonPorc. J’avais écrit un livre sur le harcèlement qui répondait aux attentes des enfants et de leurs parents. Dès lors, j’ai décidé de le faire pour les filles qui se font embêter parce qu’elles sont des filles.

    Comment expliqueriez-vous le sexisme à une petite fille de 10 ans?
    Je lui dirais que le sexisme c’est mépriser quelqu’un pour son genre et, en l’occurrence, le genre féminin. Du coup, c’est dénier des pouvoirs, des compétences à une personne parce que c’est une femme. Je lui raconterais l’histoire de la cour de récréation où les garçons courent après les filles pour les embrasser de force. Je lui préciserais que c’est sexiste parce que ça veut dire que, d’une certaine manière, il n’y a pas de consentement: On force une fille à être embrassée alors qu’elle ne le souhaite pas et on le fait parce que ce sont des filles.

    Nous avons fait le test auprès de quinze fillettes en leur disant que si elles se mettaient des carrés de chocolat sur les dents au moment de se faire embrasser, cela pourrait repousser les garçons: seules deux d’entre elles ont essayé. Les treize autres ont répondu qu’elles ne voulaient pas être moches devant les garçons.

    Les phrases les plus sexistes entendues lors d'un entretien

    Quel message voulez-vous leur faire passer?
    J’aimerais faire en sorte qu’elles contribuent à ce que le sexisme diminue par leur action à elle. Il faut qu’elles sachent réagir au moment où le comportement sexiste advient. Le but de ce livre n’est pas de faire de la prévention, mais d’être une aide pour acquérir cette compétence essentielle qui consiste à savoir se faire respecter.


    Une des illustrations signée Lisa Mandel du livre «Je me défends du sexisme». © Lisa Mandel

    Vous pensez qu’elles ne sont pas assez «outillées» pour lutter contre le sexisme? 
    Face à des comportements liés à une misogynie intériorisée à la fois par les garçons et par elles, elles n’ont parfois pas conscience d’être victimes de sexisme. Elles ont juste une sorte de malaise non verbalisable avec cette sensation d’avoir été prise pour un objet sexuel. Au fond, elles sont habituées à ce que l’espace public ne leur appartiennent pas, à s’habiller de sorte à ne pas se faire insulter. Comme elles n’en ont pas forcément conscience, elles ne sont pas outillées pour.

    Vidéo: une campagne qui dénonce le sexisme dans la pub

    Un des outils, c’est la stratégie du 180 degrés, vous pouvez nous expliquer? 
    Souvent, ce qu’on met en place pour tenter de résoudre un problème ne le résout pas mais au contraire l’aggrave. Par exemple, face à un harceleur, on continue à lui dire d’arrêter de faire ce qu’il fait parce que c’est mal. Avec pour résultat que le harceleur, qui ne voit pas de résistance, continue à harceler. Idem dans les cas de harcèlement de rue: on baisse les yeux, parfois même on dit merci, en espérant que ça va calmer la situation. Parfois ça peut marcher, mais même si c’est le cas, cela crée une sensation de malaise chez la jeune fille. 

    Au lieu de persévérer dans des stratégies qui font que ce malaise persiste, je leur propose de faire l’inverse en prenant un virage à 180 degrés. Plutôt que de se soumettre, répondre quelque chose qui va ridiculiser son harceleur. Cela demande du courage, mais la plupart du temps, les harceleurs sont désarçonnés car ils sont habitués à ce qu’on ne dise rien.

    Avec BalanceTonPorc, vous avez l’impression que les choses bougent vers le positif?
    Il se passe quelque chose de spécifique en ce moment. On est à un tournant et on va peut-être commencer à élever les filles et les garçons en arrêtant de leur dire que Dieu a créé la femme pour que l’homme s’ennuie moins.

    Dans vingt ans, j’espère qu’on verra des effets concrets. Mais en attendant, il faut outiller nos filles contre le sexisme.

    «Je me défends du sexisme», Emmanuelle Piquet & Lisa Mandel (illustrations), Ed. Albin Michel, en librairie le 28 mars 2018.

     

    A lire également
    Cette décision s'aligne au nouveau règlement européen sur la protection des données personnelles.
    O
    La ville de Calvin vend ses places au prix moyen de 20 francs… deux fois plus cher qu’à Rome!
    O
    L'animatrice s'adresse à celles qui, comme elle, souffrent de ne pas pouvoir devenir mères.
    O
    News société
    #WomenNotObjects va v(n)ous faire changer de regard sur les femmes dans la publicité.
    O
    médecin hôpital infirmière masque
    News société
    Les femmes sont nombreuses à subir des remarques déplacées en milieu hospitalier.
    O
    En Suisse
    On vous dit où aller cueillir le soleil, et écouter le bourdonnement des abeilles, d’ici le début de l’été.
    O
    News loisirs
    A l’occasion de sa 7e édition, qui s’étend d'avril à décembre 2018, Lausanne à Table propose 50 événements et 120 dates.
    O
    En Suisse
    Voici notre sélection de resturants pour manger de bons filets.
    O