Femina Logo

Je ne peux pas, j'ai lecture!

Rentrée littéraire: les coups de cœur de la rédaction

Livres coup de coeur de la redaction rentree litteraire

Un conte, un polar, un recueil de poésie, une BD ou une biographie? Dans quelle œuvre vous évaderez-vous pour la rentrée?

© Getty Images

Le nouveau roman

Tout ce que dit Manon est vrai, de Manon Fargetton (Ed. Héloïse d’Ormesson)
Raconter la relation amoureuse entre une jeune fille de moins de dix-huit ans et un homme qui en a quarante de plus qu’elle en donnant voix à tous les personnages de l’histoire, la fille, l’homme, l’épouse, le père, la mère. La mère surtout, qui tente de sortir sa fille de cette spirale toxique. A chaque page, un narratif différent. Voilà le pari de Manon Fargetton qui a choisi la fiction et le récit choral pour raconter un peu (beaucoup) d’elle et de son histoire. Pari réussi tant le roman percute, dérange parfois, indigne. On saisit la complexité des liens qui se tissent entre un prédateur et sa victime. [Géraldine Savary]

L’histoire adaptée en série

Normal people, de Sally Rooney (Ed. de l’Olivier)
Jean-Luc Godard disait qu’on ne fait de bons films qu’avec de mauvais livres. L’adaptation du livre de l’auteure irlandaise Sally Rooney est un contre-exemple. Le livre raconte une génération qui cherche un chemin d’espérance. On y suit les destins de Connell et Marianne, ils sont eux, ils sont nous, ils nous accompagnent longtemps après la dernière page tournée. On les retrouve avec bonheur dans la série du même nom et de la même qualité. [Géraldine Savary]

Le récit pour les sœurs

Parce que Vénus a frôlé un cyclamen le jour de ma naissance, de Mona Hovring (Ed. Notablia)
Des récits de sororité, il n’y en a pas tant que ça. Le court livre de Mona Hovring raconte la relation qui unit deux sœurs presque jumelles. Le sentiment de dépendance et d’abandon au moment de la séparation quand vient l’âge adulte, des retrouvailles plus tard, douces-amères. Deux femmes, l’une solaire, l’autre taiseuse, la voix de la narration. Les deux sœurs se retrouvent dans un hôtel au nord du Danemark, entouré de murs de neige. Leur complicité tient du souvenir, l’avenir est néanmoins rempli de promesses. L’auteure tente de «décrire la brusque apparition du désir». Elle y réussit et on frissonne, pas que de froid. [Géraldine Savary]

Le recueil de poésie

Essart, de Gabriela Mistral (Ed. Unes)
Malgré un patronyme qui a emprunté son nom à un vent du sud de la France, Gabriela Mistral reste peu connue en Europe. Cette compatriote de Pablo Neruda a pourtant légué l’une des plus importantes œuvres poétiques du XXe siècle… Première écrivaine sud-américaine à recevoir le Prix Nobel de littérature en 1945, elle enchante par ses textes aux frontières du réel, mêlant légendes, rêves personnels et kaléidoscopes de paysages chiliens. Les lecteurs francophones peuvent enfin accéder à l’un de ses recueils phares, «Essart», publié pour la première fois en français en intégralité. [Nicolas Poinsot]

Le bel objet

Frida Kahlo. Tout l’œuvre peint, de Luis-Martín Lozano (Ed. Taschen)
Déclinée à l’infini depuis quelques décennies à des fins commerciales en raison de son éternelle modernité, l’image de Frida Kahlo figure en bonne place au panthéon des figures emblématiques du XXe siècle. Précurseure et révolutionnaire dans l’âme, l’artiste peintre mexicaine était féministe, pop et punk avant l’heure. Décédée en 1954 à 47 ans, elle mérite bien cette édition XXL revisitant son œuvre pharaonique dont les autoportraits sont intrinsèquement liés à sa vie intime. [Alexandre Lanz]

Le livre de la doyenne

L’évangile du nouveau monde, de Maryse Condé (Ed. Buchet-Chastel)
Un dimanche de Pâques, un bébé est déposé dans le jardin du couple Ballandra, des horticulteurs

connus pour créer les plus belles roses du monde. Les rumeurs disent que le nouveau-né serait l’enfant d’un Dieu. Plus tard, Pascal va partir à la quête de ses origines. Avec vivacité et humour, la lauréate du «Nobel alternatif» (2018), 84 ans, nous plonge dans une quête sur la nature des hommes où se mêlent inégalités, condition des femmes et liberté. [Juliane Monnin]

La BD

Joe la Pirate – la vie rêvée de Marion Barbara Carstairs, Hubert (scénario) et Virginie Augustin (dessin) (Ed. Glénat)
Folle de mécanique, de bateaux et de vitesse, tatouée, vêtue en homme et ouvertement lesbienne (Marlene Dietrich est l’une de ses conquêtes), Marion Barbara Carstairs, alias Joe, n’a vécu que selon un seul principe: la vie est trop courte pour s’ennuyer! Et c’est ce que rappelle avec brio cette somptueuse BD, dans laquelle on suit le parcours rocambolesque de cette personnalité aussi excentrique qu’attachante. Une ode à la liberté! [Saskia Galitch]

Le roman

La définition du bonheur, de Catherine Cusset (Ed. Gallimard)
Le rapport au corps, à l’amour, à la maternité, au vieillissement et au bonheur… Catherine Cusset interroge toutes ces préoccupations existentielles grâce à deux personnages unis par un lien mystérieux. De Paris, Clarisse porte en elle «une faille qui annonce le désastre», tandis qu’à New York, Eve oscille entre raison et déraison. Des années 80 à nos jours, cette fresque met en scène l’entrelacement de leurs destinées. [Juliane Monnin]

Le conte

Le Bel au bois dormant – et autres contes où les princesses volent au secours de leur prince, de Karrie Fransman & Jonathan Plackett (Stock)
Ce recueil de contes joliment illustré nous invite dans un monde où les princesses ne se contentent pas d’attendre à la fenêtre de leur tourelle: elles manient l’épée, chevauchent leur destrier et sauvent les princes en détresse. Après avoir lu et relu les plus célèbres contes de fées avec leur fille, les deux auteurs ont eu envie d’inverser les genres des personnages, afin d’insuffler un vent de modernité à ces histoires classiques. A lire en famille, au coin du feu! [Ellen De Meester]

Le livre des insomniaques

Pas dormir, de Marie Darrieussecq (Ed. POL)
L’expression dormir comme un bébé vous est étrangère? Alors, ce livre risque bien de vous parler. Car son auteure y raconte l’aboutissement de vingt ans de voyages dans ses nuits sans sommeil, mais aussi ces recours, parfois étranges, à une flopée de remèdes censés aider à l‘endormissement. Marie Darrieussecq ne manque pas également d’explorer la piste de la littérature, de Dostoïevski à Murakami. [Juliane Monnin]

Le journal imaginaire

Son fils, de Justine Levy (Ed. Stock)
Après avoir montré l’envers du décor du rêve américain avec humour et bienveillance dans Histoires de familles (Ed. Flammarion), l’auteure publie un journal fictif de la mère de l’artiste Antonin Artaud. Il décrit l’histoire poignante d’une femme qui a consacré sa vie à essayer de sauver sa descendance, à saisir son génie et sa folie. Le roman raconte aussi son courage de vouloir «sauver» son fils des hôpitaux psychiatriques, des électrochocs et des drogues. [Juliane Monnin]

Le livre sur l'écologie

Migrations, de Charlotte McConaghy (Ed. JC Lattès)
Après avoir passé sa vie sans réussir à se poser, Fanny choisit d’aller au Groenland avec un seul objectif: trouver la dernière volée de sternes arctiques et la suivre dans sa migration. Entre les lignes de ce récit survivaliste, on devine la quête de rédemption d’une femme brisée qui fait écho à l’histoire de notre planète. Entre beauté et désespoir, et entre mer et ciel, Migrations est une méditation sur la vie. [Juliane Monnin]

La traduction à venir

Trouble Blood, de J. K. Rowling, sous le pseudo Robert Galbraith (Ed. Grasset pour la version française, date non précisée)
Poussée par le besoin viscéral de comprendre pourquoi sa mère s’est volatilisée quand elle n’était encore qu’un bébé, 40 ans plus tôt, Anna fait appel à l’agence Strike-Ellacott. Un cold case? Sacré défi pour Cormoran et la brillante Robin! Mais l’essentiel n’est pas là. Fidèle à elle-même, J. K. Rowling utilise l’intrigue pour aborder des thématiques sociétales: sexisme, violences faites aux femmes, homo et transsexualité, (in)justice sociale… Un rompol passionnant dont on attend la version française avec impatience! [Saskia Galitch]

L’essai

Maquillée, essai sur le monde et ses fards, de Daphné B. (Ed. Grasset)
A défaut de lister des conseils make-up, cet ouvrage unique opère une plongée philosophique dans l’industrie de la beauté, ses faces cachées et son pouvoir de séduction. Daphné B., féministe et poète, commence par s’interroger sur les raisons qui la poussent à se maquiller, à faire l’acquisition de nouveaux fards à paupières. Au fil des pages, le cours de ses réflexions la mène à des questions passionnantes autour de la place des femmes, leur libération et leur révolte. [Ellen De Meester]

La biographie

C’était Merkel, de Marion van Renterghem (Ed. Les Arènes)
Elle a donné son nom à un verbe et à une action: «merkeliser», qui signifie avancer à petits pas, sans éclat, mais arriver au but. Angela Merkel quitte la chancellerie allemande après seize ans de règne. Un livre retrace son parcours, de l’Allemagne de l’Est à la tête de l’un des pays les plus puissants de l’Union européenne. Son talent à conjuguer stratégies, prudence et humanité est raconté dans une biographie sous quatre couvertures de couleurs différentes, en hommage aux vestes colorées de la chancelière allemande. [Géraldine Savary]

L’épistolaire

Ecris-moi vite et longuement: Lettres à Véronique Campion, de Françoise Sagan (Ed. Stock)
Cette publication inédite compile les touchantes missives que l’illustre écrivaine française adressait à son amie Véronique, durant la tournée mondiale organisée autour de son premier succès, Bonjour Tristesse. Agée de dix-neuf ans, Françoise Sagan raconte avec enthousiasme ses découvertes, ses périples américains et son entrée dans un univers qui deviendra le sien et qu’elle ne cessera jamais de bouleverser. [Ellen De Meester]

L’indispensable pour enfants

Femmes au fil du temps, de Katarzyna Radziwiłł (auteure) et Joanna Czaplewska (illustratrice) (Ed. Helvetiq)
C’est l’histoire qu’on enseigne peu à l’école. Celle des femmes, de la Préhistoire jusqu’à aujourd’hui. Chassaient-elles les bêtes sauvages, 10 000 ans avant notre ère, aux côtés des hommes? Quel était le rôle des célèbres reines d’Égypte Néfertiti et Cléopâtre? Quelles inventions ont changé la vie des ménagères du Moyen Age? Les femmes ont-elles participé aux grandes guerres du XXe siècle? Et qui fut la première présidente d’un Etat? Tout au long de leur rétrospective richement illustrée, les autrices polonaises parlent aussi permis de conduire, suffrage féminin et luttes contre les inégalités de genre, pour sensibiliser les plus jeunes aux combats qu’ont menés les femmes pour obtenir leurs droits. A dévorer à partir de 8 ans. [Laurène Ischi]

Le polar

Les Samaritains du Bayou, de Lisa Sandlin (Ed. Belfond noir)
On connaît l’œuvre de James Lee Burke pour raconter le Vieux-Sud des Etats-Unis, ses bayous, ses poissons-chats, et ses héros cajuns cabossés par la vie. On découvre Lisa Sandlin dont le premier roman frappe par son humour et son humanité. On adopte tout de suite son héroïne, Delpha Wade, qui sort de prison après quatorze ans et tente de retrouver sa place dans la société. Emouvante, vulnérable, elle laisse sa bonté triompher de sa colère. L’intrigue est complexe, traversée par des magnifiques portraits de personnages, l’écriture étant lumineuse. [Géraldine Savary]

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

La Rédaction vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E62: Comment apprendre la pleine conscience aux enfants

Dans vos écouteurs

E61: Ce que nos tocs et petits réflexes peuvent dire de nous

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné