Femina Logo

tendances

#FeminaOpinion: Et si on nous laissait porter nos leggings en toute tranquillité?

#FeminaOpinion: Et si on nous laissait porter nos leggings en toute tranquillité?

Selon Honor Jones, nous nous obligeons à porter des «yoga pants» pour être sexy à la salle de gym.

© iStock

Les leggings («yoga pants» en anglais) sont-ils le mal incarné? C’est l’opinion d’Honor Jones, journaliste au «New York Times». Cette dernière les juge «trop sexy» et regrette que l’apparence soit devenue aussi centrale dans notre société, y compris dans les salles de sport. Elle en a elle-même fait l’expérience, un jour où elle se rendait dans son club de fitness non pas en leggings, mais en survêtement.

Des regards de travers pour un survêt'

«Je suis sur un vélo elliptique, raconte-t-elle. Quelques femmes me regardent d’un air amusé. Peut-être qu’elles se sentent désolées pour moi ou qu’elles craignent que mes pantalons amples ne s’emmêlent dans les engrenages de la machine.» Selon elle, si nous avons jeté notre dévolu sur des leggings, ce n’est pas pour de bonnes raisons:

Nous ne portons pas ces vêtements d’exercice parce qu’ils sont plus cool ou plus confortables. Nous les portons parce qu’ils sont sexy.

#FeminaOpinion: Par pitié, laissez Kendall et son acné tranquilles

Sorry Honor, mais oui, le legging est effectivement la pièce (mode ou non) la plus confortable qui soit. «Legging confortable» est même un pléonasme, tant ce pantalon est agréable à porter. Quant à le qualifier de sexy car «trop moulant», franchement, je n’aurais pas osé. Je me sens sexy lorsque j’enfile mon jeans fétiche et mon top à volants. Ou quand je tente le combo bottines à talons et chemise transparente. Mais lorsque je porte un pantalon de yoga pour chiller/transpirer/enchaîner 2-3 lotus alors non, je ne me sens pas au summum de ma sexitude.

Comme le souligne «Madmoizelle», c’est là le centre du problème: un vêtement n’est pas sexy en soit, c’est la personne qui le porte qui lui insuffle un sens. On peut ainsi se sentir hot ou pas en leggings, cela ne concerne pas ce morceau de tissu, mais la façon dont on se sent en passant sa journée dedans. Je décide seule et en toute liberté de ce que telle ou telle fringue dit de moi. Et je porte ce que je veux, quand je veux. Un pantalon de jogging comme un legging, une robe XXL comme une mini-jupe.

«Je porterai un legging jusqu'à ma mort»

Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes ont fait connaître leur désaccord par rapport à la tribune publiée par Honor Jones. «Je porterai un legging jusqu’à ma mort, a tweeté Amanda. Et je me moque de savoir si les gens peuvent compter chaque marque liée à ma cellulite». Ayesha, quant à elle, demande au média de cesser ses recommandations stylistiques:

Ne me dites pas comment m’habiller. Je me sens déjà assez mal dans ma peau sans que le «New York Times» vienne me dire quel pantalon porter.

Un «leggings bad buzz» qui rejoint celui datant de mars 2017. La compagnie de vol United Airlines avait alors refoulé trois femmes à la porte d’embarquement de l’aéroport de Denver, aux Etats-Unis. Leur «infraction»: s’être présentées en pantalon de yoga. Elles ont ainsi été forcées de changer de tenues pour pouvoir monter dans l’avion… Peut-être qu’elles seraient passées sans problème en survêtement? Je testerai lors de mon prochain voyage, je vous tiens au courant!

#FeminaOpinion: ras-le-bol du «Bro Marketing»

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

À la recherche d'un nouveau souffle pour votre allure ou votre maison? Toutes les tendances mode, beauté, déco pour inspirer votre quotidien!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.