Femina Logo

Mon précieux

Les parfums de l'automne 2020, entre cocooning et empowerment féminin

Libre, c’est le nom du dernier parfum Saint Laurent et aussi la devise d’un automne plombé par la pandémie. Puisqu’on ne peut pas voyager, à peine se toucher, évadons-nous par les sens et affirmons notre force de caractère à travers un sillage racé et épicé.

Un coup d’œil sur les nouveautés montre d’entrée les codes de la saison: douceur et caractère avec une dominante de flacons or rose, précieux mais pas clinquant. Les ingrédients ne sont pas choisis au hasard: de la vanille mais sans écœurer, des bois qui évoquent la chaleur et le réconfort, l’ambre encore et son odeur de peau enivrante. Ici et là, des notes plus originales, comme cet accord Coca-Cola chez Zadig & Voltaire ou l’odeur des éclats de chocolat dans le Jazzy Twist de Valmont; des fleurs vénéneuses à foison, orchidée, tubéreuse. Le patchouli revient souvent, car il a un côté doudou plaisant et transgénérationnel. Chez Saint Laurent, Libre est un parfum fougère féminin, qui surfe sur la fluidité des genres avec de l’ambre gris comme dans L’Homme. Idole, de Lancôme, version intense, se veut un chypré clean, une odeur de propre inédite dans cette famille olfactive plutôt capiteuse.

La durabilité, enfin, est devenue une préoccupation majeure, car tout le secteur dépend de la production de matières premières. Difficulté à s’approvisionner, prix qui flambent, irrégularité de la qualité… les enjeux sont énormes. Beaucoup de maisons ont leurs propres filières et investissent dans des coopératives où les gens sont payés équitablement. C’est déjà le cas à Grasse pour la rose et le jasmin, cultivés dans des domaines travaillant en exclusivité pour Dior ou Chanel. D’autres cultures font l’objet de partenariats privilégiés et de programmes de développement durable, comme la vanille bourbon de Madagascar ou le patchouli, en Indonésie, pour L’Oréal. Défi ultime pour la parfumerie de luxe, limiter la quantité de déchets. Les flacons rechargeables sont une piste, par exemple le délicieux My Way, d’Armani.

1 / 8

J’adore, eau de parfum infinissime, Dior, env. 140 fr. les 50 ml. (dès octobre)

© Corinne Sporrer
2 / 8

Libre, eau de parfum intense, Yves Saint Laurent, env. 132 fr. les 50 ml.

© Corinne Sporrer
3 / 8

Girls can be crazy, eau de parfum, Zadig & Voltaire, env. 102 fr. les 50 ml.

© Corinne Sporrer
4 / 8

Coco Mademoiselle, L’Eau Privée, Chanel, env. 100 fr. les 50 ml.

© Corinne Sporrer
5 / 8

Narciso, eau de parfum ambrée, Narciso Rodriguez, env. 120 fr. les 50 ml.

© Corinne Sporrer
6 / 8

Jazzy Twist, eau de parfum, Storie Veneziane by Valmont, 290 fr. les 100 ml.

© Corinne Sporrer
7 / 8

My Way, eau de parfum, Giorgio Armani, env. 120 fr. les 50 ml.

© Corinne Sporrer
8 / 8

Idôle L’Intense, eau de parfum, Lancôme, env. 130 fr. les 50 ml.

© Corinne Sporrer

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Valérie vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E43: Comment recharger nos batteries d'ici Noël

Octobre rose

Episode spécial Octobre rose: Un message de soutien aux patientes et à leurs proches

Vidéos

Notre Mission

À la recherche d'un nouveau souffle pour votre allure ou votre maison? Toutes les tendances mode, beauté, déco pour inspirer votre quotidien!

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina