Femina Logo

Apolline, 5 ans, renverse son verre de lait. «C’est pas d’ma faute!», s’écrie-t-elle. Non, c’est son frère, à l’autre bout de la table. C’est nous qui, en lui parlant, l’avons distraite. C’est le verre instable, la table bancale, ce rayon de soleil qui éblouit la cuisine. Elle a 5 ans, il semble logique qu’elle tienne à son innocence. Sauf que nous, adultes et vaccinés depuis quelque temps déjà, nous nous défaussons de la même façon.

Ce n’est pas nous, c’est l’autre, le monde, les circonstances, la faute à pas d’chance ou à Voltaire. Pour le psychiatre et psychanalyste Robert Neuburger (auteur notamment de «L’Art de culpabiliser» et «Exister: le plus intime et fragile des sentiments», Ed. Payot), «la meilleure façon de se débarrasser de la culpabilité est encore de la rejeter sur l’extérieur». Soit, mais pourquoi avons-nous tant de mal à apprivoiser ce sentiment quand, bon an mal an, nous savons accueillir la colère ou la tristesse? «Ces deux émotions ne font pas honte, explique Virginie Megglé, psychanalyste. Nous pouvons nous en libérer par des pleurs, des cris.» La culpabilité, elle, reste là. Sauf qu’elle est trop lourde à porter.

Je ne tiens pas à me remettre en question

La culpabilité nous fragilise. «Tout à coup, nous sommes pris en défaut, remarque Robert Neuburger. L’image de soi est altérée.» Nous avons tous une représentation idéalisée de nous-mêmes. Et voilà qu’une faute, réelle ou supposée, vient tout gâcher. «Endosser sa responsabilité revient à se remettre en question, constate la psychologue Lisa Letessier(auteure de «La Rupture amoureuse», Ed. Odile Jacob), ce qui bouleverse le sentiment d’identité. Déçus de nous-mêmes, nous sommes en déséquilibre.» En revanche, si c’est le voisin, notre estime de soi demeure intacte. C’est une économie de pensées douloureuses.

J’ai peur du châtiment

Irréprochables, nous devons aussi le rester aux yeux des autres, le danger étant trop grand. «Derrière nos justifications, souligne Virginie Megglé, se cache une peur immense: celle de perdre l’amour et de se retrouver seul.» Impossible: le lien est pour l’individu une question de survie. Or, la culpabilité réveille des schémas liés à notre histoire et à nos expériences. Lisa Letessier poursuit: «Nous craignons d’être rejetés (schéma d’abandon), de déplaire (schéma d’abnégation) ou d’être découverts faillibles (schéma d’imperfection).» Nous anticipons, en cas de faute, la sanction. Et être «puni» à 50 ans n’est pas plus agréable qu’à 5.

Je projette sur l’autre ce qui ne me plaît pas en moi

Il existe un mécanisme de défense inconscient et très puissant pour éviter de tomber de notre piédestal personnel ou relationnel: La projection. «Nous reprochons à autrui ce qui nous appartient mais que nous refusons de considérer, reprend Lisa Letessier. Un impair, mais aussi un trait de caractère ou un sentiment.» Dans les couples notamment, c’est toujours l’autre, qui en demande trop ou qui aime moins. Mais l’avouer serait bien trop risqué, tant au niveau de notre identité que de notre sécurité. Heureusement, le psychisme a tout prévu.

Que faire?

Menez l’enquête Le psychiatre et psychanalyste Robert Neuburger suggère d’apprendre à se connaître. «Repérez ce que vous faites ou dites par devoir, par exemple, afin d’éviter tout sentiment de culpabilité.» Il s’agit d’identifier ce qui déclenche l’embarras, la honte pour réagir de façon moins automatique. «Et, pour alléger la culpabilité, donc l’envie de la rejeter, privilégiez les bonnes actions.» L’empathie, la bienveillance, la gratitude sont de puissants remèdes.

Acceptez votre vulnérabilité «Ce n’est pas en se déchargeant de la faute sur l’autre que l’on se décharge de la culpabilité», explique Virginie Megglé, psychanalyste. La stratégie est éphémère et illusoire. «La perfection est un but vers lequel tendre, pas une réalité. Mieux vaut reconnaître sa fragilité, sa faillibilité. Nous sommes des êtres vulnérables. L’admettre nous rend plus forts car plus justes envers nous-mêmes.» La réconciliation avec soi allège bien plus que la culpabilisation.

Osez ressentir la culpabilité Lisa Letessier propose de s’autoriser à ressentir ce qui est éprouvé pour se familiariser avec la culpabilité. «La méditation en pleine conscience, notamment, permet d’accueillir les émotions sans crainte, sans jugement. Il s’agit d’être à l’écoute de ce qui se passe en soi.» Si cela vous semble difficile, la psychologue conseille de vous interroger: «Que se passerait-il si vous étiez reconnu coupable?» Une façon de mieux cerner votre scénario intérieur.

Ma solution

Emma, 33 ans, infirmière «J’accusais les autres parce qu’en réalité je me sentais coupable de tout. A mes yeux, rien n’était jamais bien, jamais assez. Des phrases entendues dans l’enfance… Tout impair me renvoyait donc à cet état où j’allais devoir m’excuser, rembourser. C’est parce qu’il y avait trop de culpabilité que je la refilais aux autres! En comprenant d’où venait ce sentiment de n’être jamais à la hauteur, j’ai pu faire le tri et prendre ma part de responsabilité. Seulement la mienne. Ainsi, je donne plus facilement «sa» part à l’autre. Seulement la sienne.»

A lire

«Le Bonheur d’être responsable» de Virginie Megglé. Après avoir décrypté les mécanismes de la culpabilité, la psychanalyste se demande si nous ne souffririons pas d’abord de nous sentir inférieurs. Or, la fragilité est pleine de ressources (Ed. Odile Jacob, 37 fr. 20).

Rubrique réalisée en partenariat
avec «Psychologies Magazine»
dont le numéro 372
est disponible en kiosque.
A consulter aussi sur psychologies.com


A lire aussi:
Soyons humbles, pas modestes!
6 bienfaits de la méditation validés par la science
Pourquoi l’impatience est aussi une qualité

Podcasts

Dans vos écouteurs

E13: Se libérer des tensions physiques dues au stress

Une mâchoire serrée, le ventre retourné, un nœud derrière l'omoplate... les périodes chargées sont souvent celles des petits maux agaçants. Afin de comprendre et de mieux gérer ces tensions physiques, nous accueillons Sarah Bezençon, psychologue de la santé. De sa voix apaisante, elle nous rappelle que ces petites douleurs du quotidien sont en réalité des messages que tente de nous faire parvenir notre corps, et qu'elles peuvent être chassées grâce à des techniques toutes simples.

Dans vos écouteurs

E12: Prendre soin de son couple quand on a des enfants

Dans ce 12e épisode destiné aux parents et aux futurs parents, la thérapeute de couple Anne-Dominique Spertini nous donne des clés et des conseils, destinés à concilier le rôle de «maman» ou de «papa» avec le rôle de conjoint. Rassurante et sincère, elle évoque l'importance de la communication (verbale et physique), la sexualité, la culpabilité, la fatigue et le manque de temps libre. Pour se rappeler qu'on ne peut faire davantage que de son mieux (et que la perfection n'existe pas!).

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.