Femina Logo

2021 tire sa révérence

L'édito de Géraldine Savary: «2021, se souvenir des belles choses»

Geraldine savary edito poésie ode aux alexandrins

«L’année que nous venons de passer est aussi riche de jolis moments, de belles complicités, de mobilisations et de succès. En particulier pour les femmes, qui ont commémoré les 50 ans du droit de vote en Suisse, se sont réunies à Berne ou sur la prairie du Grütli, ont été nommées, élues, ont gagné des médailles et des prix...» - Géraldine Savary

© ANOUSH ABRAR

En 2021, comme en 2020, la pandémie aura occupé nos journées, parfois nos nuits, et presque asséché tout le sel de la vie. Et pourtant, l’année que nous venons de passer est aussi riche de jolis moments, de belles complicités, de mobilisations et de succès.

En particulier pour les femmes, qui ont commémoré les 50 ans du droit de vote en Suisse, se sont réunies à Berne ou sur la prairie du Grütli, ont été nommées, élues, ont gagné des médailles et des prix. Les infirmières ont obtenu la juste considération de la société pour leur travail, les paysannes ont retrouvé leur fierté, les artistes ont décidé de conquérir les scènes et leurs corps. On parle désormais contraception, règles, ménopause, refus des injonctions. On se doute enfin que ce n’est pas pareil, un médicament pour un homme de 85 kilos ou pour une femme poids plume. Les cheveux gris se portent comme des étendards, les poitrines et l’égalité salariale aussi. Il n’y a plus d’âge et de genre pour aimer ou se faire tatouer, on peut changer de sexe, de profession ou de vie.

Kamala Harris est vice-présidente, Britney Spears libre, Angela Merkel fait ses adieux sur une musique de Nina Hagen et Ngozi Okonjo-Iwaela dirige l’OMC. Ce bilan se colore aussi de teintes plus sombres. Des femmes se noient dans la Manche, d’autres sont muselées par des régimes autoritaires, leurs droits fondamentaux reculent, les poings cognent toujours aussi fort. Des débats opposent les femmes quant à leur rapport au monde et à elles-mêmes – religions, identités, masculinité, militantisme, etc. – et deviennent les otages des gardiens de l’ordre établi.

Merci de votre fidélité!

Femina a essayé de raconter ces trajectoires, de donner échos aux inquiétudes ou aux envies, de laisser libre cours aux discussions. Pendant une année, nous avons accueilli dans nos pages des guettes, des romancières, des vigneronnes, des comédiennes, des conseillères fédérales, des sportives ou des astronautes. Avec l’objectif de faire de Femina un journal vivant, aussi palpitant qu’un cœur qui bat la chamade.

Pour les numéros de fin d’année, on vous propose un format allégé, parce qu’on doit bien prendre un peu de repos, qui revient sur l’année que nous avons vécue ensemble. Merci de votre fidélité et de partager avec nous l’intimité de vos matins dominicaux. Portez-vous bien.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

La Rédaction vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E78: Comment prévenir le cancer de la peau

Dans vos écouteurs

E77: Comment mieux vivre nos émotions au quotidien

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné