Femina Logo

en suisse

Sucess story romande: Cuppin’s, la cerise sur le cupcake

Portraitdy 0
© DR

Bien loin du petit monde de la pâtisserie, Dina (33 ans) et Yasmine (32 ans), ont toutes les deux étudié la chimie à l’EPFL. Dina s’est ensuite dirigée vers l’horlogerie de luxe en bossant pour TAG Heuer, Bulgari ou encore le groupe Richemont, alors que Yasmine a travaillé quelques années dans des labos de recherche. L’aventure Cuppin’s a commencé quand les jeunes femmes sont tombées enceintes (ndlr. Elles ont aujourd’hui deux enfants chacune). Comme beaucoup de mamans, les amies ont alors eu envie de trouver un travail qui leur permettrait aussi de profiter de leur progéniture.

Pendant leur congé maternité, les cousines cherchent des endroits cool où aller se balader avec leurs kids, outre que les tea-rooms «standards».

«Il manquait à Lausanne un lieu sympa pour se relaxer entre filles et à l’époque, on trouvait encore très peu de cupcakes en Suisse.»

Accro à la cuisine depuis l’adolescence, c’est tout naturellement qu’elles ont l’idée de se lancer dans le sucré fin 2011.

L’origine de Cuppin’s

Après avoir achevé une formation cupcake à New York, le duo ouvre une petite boutique en avril 2013 à Lausanne et les deux jeunes femmes s’organisent comme des cheffes. Ces dernières cuisent leurs cupcakes le matin et se partagent le boulot de la semaine. C’est simple, celle qui ne travaille pas, garde les enfants de l’autre. Habituées des capitales branchées anglo-saxonnes, elles importent rapidement l’esprit tea-room – concept store et proposent à la fois thé, cupcakes et sélection d’objets (vaisselle, mode, déco).

Dina précise, «grâce à l’arrivée des réseaux sociaux tels que Pinterest, on a découvert la vague de créateurs locaux et européens». Les jeunes femmes qui s’intéressent aussi au lifestyle, dotent leur boutique de l’«esthétique artisanat».

«En 2012, on ne pouvait pas encore se douter du nombre de mamans qui allait se lancer dans la création. Instagram a été un super vecteur pour tisser des liens professionnels» insiste Dina, qui réside désormais à Londres.

Quand on leur demande si elles se sont faites aider pour monter leur boîte, le micro team rigole et Yasmine résume:

«Cuppin’s, c’est une boîte familiale! Mon frère est notre chef de chantier. Encore aujourd’hui, tout le monde continue de mettre la main à la pâte, les maris compris. On a mis toutes nos économies dans notre première boutique. Le conseil? Commencer petit.»

De l’ouverture du shop genevois au service traiteur

«Dans l’entreprenariat, il faut avoir la foi et aimer prendre des risques» lâche le tandem. Et cela leur a plutôt réussi, car à l’été 2014 et en seulement 10 jours de travaux, la success story continue, les Lausannoises ouvrent leur second point de vente à Genève.

Une photo publiée par Cuppin's (@cuppins_ch) le

Aujourd’hui, le team Cuppin’s comptabilise 8 personnes (dont Dina et Yasmine) qui travaillent à temps partiel. En plus de leurs deux magasins enseigne, on peut déguster leurs cupcakes au café Strada à Lausanne, au Bal des Créateurs à Genève ou commander en ligne sur leur site. Les cousines collaborent par ailleurs avec des wedding planner, des événements de boutiques (Nail Bar, Culture Café de la FNAC), d’EVJF ou pour des fêtes d’entreprises.

Sur réservation, on peut booker leur service traiteur (gâteaux à étages par exemple) pour des anniversaires, des mariages ou même des baby showers.

Deux filles complémentaires

Comme deux sœurs pourraient l’être, elles s’analysent, «depuis toutes petites, nous sommes très complémentaires». Yasmine, l’âme commerçante, qui avoue «aimer dire bonjour aux gens», se charge de tout l’aspect cuisine (et ne cesse de développer de nouvelles recettes de madeleines et de cupcakes, sans gluten, vegan et sans lactose par exemple), l’animation des ateliers tea time ou scones, des cours de cake design, etc.

Une photo publiée par Cuppin's (@cuppins_ch) le

Dina s’occupe, elle, du marketing, des finances, des réseaux sociaux mais aussi des tâches moins glamour. «Il y a des jours où je dois réparer les toilettes… et je me dis que mon diplôme d’ingénieur n’a pas servi à rien!» ironise Dina. De quoi se remémorer des bonnes anecdotes…

Une photo publiée par Cuppin's (@cuppins_ch) le

Le corner Label Plume

Fraîchement réorganisé, l’espace shopping de Cuppin’s a pour but de mettre en avant des créatrices suisses. Déco, maison, bijoux ou accessoires de mode…

Les copines essaient de proposer le plus de leur repérage (parisien et londonien également). Leurs coups de cœur? Fräulein Rosarot (une artiste Zurichoise qui fait de superbes sacs en toiles de coton), Loving Spoon, Yellow Paper Car (de la jolie papeterie dessinée par Béatrice, une maman lausannoise) ou encore Océchou… Ainsi et cerise sur le cupcake, le corner Label Plume devrait répondre à nos envies les plus poétiques. A bon entendeur…

Site Internet de Cuppin’s


A lire aussi:
Tendance: l'amitié féminine plus forte que le couple
«Chez Mamie - Bio Vrac»: la belle histoire d’un couple zéro déchet

Line’S’line cakes c’est «que du bonheur»

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.