Femina Logo

soins & bien-être

Cosmétiques: ces probiotiques qui boostent nos crèmes

Femina 49 Beaute Probiotiques 00

Environnement, pollution, hygiène de vie, notre peau est mise à rude épreuve.

© Ayo Ogunseinde

Et si nous faisions tout faux avec notre routine cosmétique? Si, en voulant soigner notre peau, on l’agressait et affaiblissait son potentiel d’autorégulation? Les scientifiques n’ont mis en évidence que récemment le rôle protecteur des bactéries à la surface de la peau. Comme dans nos intestins, cette flore a un rôle prépondérant dans le bon fonctionnement de notre plus grand organe.

Or, les soins cosmétiques actuels ont plutôt tendance à détruire ce microbiote à force de nettoyage excessif, peeling chimique ou simplement crème inadaptée. Il en résulte rougeurs, imperfections, voire eczéma dans les cas graves et surtout, au final, un vieillissement précoce. Une petite lésion peut s’infecter en cas de déséquilibre de cette flore. De plus, l’environnement actuel, le stress, la pollution, une mauvaise hygiène de vie mettent à mal la santé de la peau. Nous avons donc tout intérêt à la préserver. Les probiotiques ont ainsi fait leur apparition au rayon beauté, équivalent cosmétique des yoghourts au bifidus.

Découverte majeure

Le fameux sérum Advanced Night Repair, d’Estée Lauder, contenait dès son lancement, il y a 35 ans, du bifidus et des lactobacilles sans en mesurer encore tous les bienfaits. Les chercheurs avaient avaient pourtant constaté que ces ingrédients réduisaient les inflammations.

De leur côté, les eaux thermales contiennent une microflore qui peut être bénéfique pour la peau mais les preuves scientifiques manquent encore. Gentiment, les probiotiques s’imposent comme étant fort utiles.

Chez Bio Beauté by Nuxe, la gamme rééquilibrante contient un complexe végétal «probiotique-like» qui protège cette flore cutanée.

La gamme Slow Age, de Vichy, intègre un dérivé du bifidus et le sérum de Novexpert, des lactobacilles.

Rivoli va plus loin avec son Emulsion Rééquilibrante qui renferme à la fois des probiotiques, pour stimuler la fonction barrière de la peau, et des prébiotiques pour nourrir les bonnes bactéries.

L’avenir appartient d’ailleurs à ces composants qui prendront de plus en plus d’importance, comme l’explique Gwendoline Baruchet, docteure en biologie, spécialisée en dermatologie.

3 questions au Dr Gwendoline Baruchet, Innovation Manager chez Rivoli

La découverte du rôle des bactéries sur la peau vat-elle révolutionner la vision de la cosmétique?
J’en suis convaincue. En fait, tous les produits auxquels nous pensons désormais doivent intégrer ce respect de la flore de la peau. C’est devenu un critère aussi important que l’hydratation. La plupart des crèmes actuelles ne sont pas développées dans le but de préserver le microbiote cutané. Heureusement, nos bactéries sont malignes, elles arrivent à se cacher puis à se multiplier et à résister.

Dans le fond pourquoi avoir créé un nouveau produit, pourquoi ne pas laisser la peau vivre?
Il est vrai que la peau est physiologiquement adaptée pour se protéger naturellement au quotidien sans aide. Néanmoins, nos vies mouvementées, le stress, les changements hormonaux sont des paramètres qui perturbent son équilibre naturel. Tout en respectant sa biologie, il est possible de donner un petit coup de pouce aux peaux déséquilibrées par exemple en renforçant la protection des bactéries cutanées, avec un soin adapté comme celui que nous avons développé. Pour mettre sa peau au repos, je préconise également des périodes de jachère (lors d’un week-end par exemple), durant lesquelles on ne met aucun produit cosmétique. Un défi, puisqu’il est devenu inimaginable pour beaucoup de ne rien mettre sur sa peau! Le rôle d’un soin doit être de renforcer la fonction naturelle de protection de notre organisme. C’est très scientifique comme démarche, c’est ce qu’on fait avec les vaccins. On donne une petite dose de virus, le corps s’adapte et résiste mieux à la maladie. On fait de la prévention.

Que peut-on faire au quotidien pour soigner sa peau?
Tout d’abord bien manger, équilibré, mais surtout avec beaucoup d’omega: huiles d’olive, de lin, avocat… Ces apports en acides gras favorisent la production d’un sébum équilibré, idéal pour les bactéries. Eviter de se tartiner de trop de fond de teint, si possible pas tous les jours. Autre astuce: après le démaquillage, appliquer ses mains, propres, sur le visage. Elles sont pleines de bonnes bactéries. Si possible éviter d’appliquer sa crème tout de suite après le nettoyage, afin de laisser aux bactéries qui ont résisté le temps de proliférer.

Notre sélection de produits


© Corinne Sporrer

Sérum booster à l’acide hyaluronique, Novexpert, env. 65 fr. les 30 ml.
Crème nettoyante gommante rééquilibrante, Bio Beauté by Nuxe, env. 19 fr. les 150 ml.
Crème quotidienne correctrice des signes de l’âge en formation Slow Age, Vichy, env. 43 fr. les 50 ml.
Emulsion rééquilibrante, Rivoli Genève, 125 fr. les 50 ml.
Stick anti-irritations Lipikar AP +, La Roche Posay, env. 15 fr. les 15 ml.


A lire aussi:
5 conseils beauté pour un teint éclatant (même en hiver!)
Quel soin antioxydant choisir pour une peau plus jeune (et plus belle)?
40 ans, les questions à se poser pour soigner notre peau

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

À la recherche d'un nouveau souffle pour votre allure ou votre maison? Toutes les tendances mode, beauté, déco pour inspirer votre quotidien!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.