Femina Logo

Des photos de nouveau-nés? Nous en sommes bombardés chaque jour. Toutes les options semblent déjà avoir fait leurs preuves: avec des chatons, en mode «je me glisse dans un pot de fleurs», délicatement posé sur une couverture douillette, etc. Le cliché réalisé par Helen Carmina Aller le 11 août 2015 sort immédiatement du lot. Âgé d’à peine trois jours, un petit bébé a été immortalisé sur le bas-ventre de sa maman. Sur cette image en noir et blanc, la cicatrice due à la césarienne est bien visible.

EDIT: I didn't expect this image to reach so far. I understand everyone has their own opinion which they are entitled...

Posted by Helen Carmina Photography on mardi 11 août 2015

La photographe britannique a raconté l’histoire de cette dernière au «Huffington Post». Helen a rencontré la jeune maman lorsque celle-ci était encore enceinte. Elle lui avait alors confié avoir une peur bleue de devoir subir une césarienne. Ceci s’est effectivement produit: opérée en urgence, elle a mis au monde cet enfant début août. «Elle m’a demandé de venir et de prendre cette photo pour montrer que sa plus grande crainte avait fini par leur sauver la vie à tous les deux», raconte Helen Aller.

Si elle s’est spécialisée dans les photos de nouveau-nés, l’artiste anglaise n’avait jamais reçu un tel engouement pour l’un de ses clichés. «D’habitude, mes images sont vues par une centaine de personnes au maximum, je ne pensais pas que cela irait aussi loin.» A ce jour, la photo compte 215 000 likes et plus de 62 000 partages sur Facebook.

Ne pas avoir honte

Mais le cliché en question n’a pas que des fans: il a été signalé plusieurs fois sur le réseau social. Toutefois, les commentaires regorgent de mots d’encouragement et de milliers de témoignages positifs. Aufeminin.com en a recueilli plusieurs: «Je suis une maman fière de ses deux bébés nés par césariennes, note une jeune mère. J’étais terrifiée à chaque fois, mais nous y sommes parvenus et nous sommes tous heureux et en bonne santé. Ce seront toujours les cicatrices que j’aimerai le plus, parce qu’elles leur ont donné la vie.» «Cette photo est magnifique, elle signifie énormément pour des mamans qui, comme moi, sont passées par là.» Plusieurs hommes se sont aussi exprimés: «Ma femme a eu nos enfants par césarienne. Elle essaie de la cacher parce que c’est une cicatrice, mais à chaque fois que je la vois, je pense qu’elle est la meilleure mère que j’aurais pu imaginer pour mes enfants.»

A travers cette image, Helen Aller espère pouvoir modifier la perception des mamans quant à leurs cicatrices. «J’ai du mal à croire qu’autant de femmes aient honte de leurs cicatrices et se sentent comme si elles n’avaient pas fait leur travail correctement parce qu’elles n’ont pas donné naissance à leur enfant par voie naturelle. Je suis fière qu’une image que j’ai créée leur ait permis de partager leur expérience et change ce qu’elles ressentent à propos d’une chose dont elles devraient être fières.»

Muriel vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.