Femina Logo

Tout ce qui brille

La méthode FlyLady, ou le culte de l’évier brillant (et de l’intérieur parfait)

La méthode FlyLady, ou le culte de l’évier brillant (et de l’intérieur parfait)

On avance «à pas de bébé»: on met ainsi chaque jour en place une nouvelle habitude. La première: faire briller son évier. Il s’agit de la base à ne pas zapper pour acquérir les bons réflexes.

© Getty

Chaque année en janvier, c’est pareil. Tout en haut de ma liste des bonnes résolutions se trouve immanquablement le point «Avoir un intérieur mieux rangé». Je passe peut-être un peu trop de temps sur Instagram, où les appartements impeccables (et les enfants TOUJOURS propres) s’enchaînent, mais je rêve de vivre dans un salon qui soit plus cosy, une cuisine mieux organisée, une chambre où ne se dissimulent pas des dizaines de piles de vêtements, livres et objets en tout genre.

C’est en recherchant des astuces que j’ai découvert la méthode FlyLady (Fly étant l'acronyme de Finally Loving Yourself, s'aimer enfin soi-même), et plus précisément le groupe Facebook dédié aux francophones. Derrière ce dernier se cache Sophie Ponticelli, secrétaire dans un atelier de décoration florale en banlieue parisienne. «Je suis passée par le site officiel, flylady.net, pour m’y mettre, me raconte-t-elle par e-mail. Je me suis inscrite à la newsletter en anglais. N’étant pas du tout bilingue, je me suis accrochée et j’ai fini par bien comprendre la philosophie de Marla Cilley, créatrice de la méthode. En 2015, je l’ai contactée pour lui demander l’autorisation de diffuser mes traductions de ses textes, ce qu’elle m’a tout de suite accordé. J’ai fondé le groupe Facebook et mon site internet un an plus tard.»

Des routines en mode pilote automatique

Résumer cette façon innovante de prendre soin de sa maison et de soi? Pas facile en quelques lignes, comme le souligne la spécialiste. «Nous commençons par mettre en place des routines simples qui, à force d’être répétées chaque jour, font que la maison se nettoie presque toute seule. Nous désencombrons beaucoup également, nous ne gardons que les objets utiles et que nous aimons. Après viennent d’autres outils tels que le blessing (notre ménage hebdomadaire d’environ une heure), le nettoyage de zone (15 minutes par jour) ou le Journal de Bord, une sorte de mode d’emploi de notre maison qui reprend les principes appris dans la méthode.»

Le mot d’ordre pour s’y mettre? Avoir de la patience. Pas question de vouloir immédiatement ranger et astiquer son appartement du sol au plafond.

On avance «à pas de bébé»: on met ainsi chaque jour en place une nouvelle habitude. La première: faire briller son évier. Il s’agit de la base à ne pas zapper pour acquérir les bons réflexes. La preuve, l’ouvrage explicatif rédigé par Marla Cilley se nomme «Entretiens avec mon évier» (éditions L’Instant Présent). Chaque soir, les Flybabies sont ainsi invitées à vider, laver et faire étinceler cet élément central de la cuisine. «Cet évier brillant est le reflet de l’amour que vous avez pour vous-même», note Sophie Ponticelli sur son site Internet. Pour les adeptes, il n’existe pas de meilleure façon de commencer sa journée que de contempler son évier brillant, impeccable, au réveil.

Cela peut prêter à sourire, mais pour les Flyconvaincues, l’enjeu est capital. «Le principe de l’avancée à Pas de Bébé permet de découper les tâches d’apparence insurmontable en petits bouts beaucoup plus gérables», assure Sophie Ponticelli. «L’idée de base du Fly, c’est de faire les choses petit à petit», abonde Chloé Marcanti, Suissesse chargée de communication en Alsace. Et de mettre l’accent sur les différences entre KonMari, le programme de Marie Kondo, et la méthode FlyLady: «Ce n’est pas un simple régime, mais un changement profond de mode de vie. Le but, ce n’est pas de vivre dans un intérieur épuré, mais de redevenir notre priorité numéro 1. Modeler notre environnement n’est qu’un outil pour atteindre cet objectif. KonMari prétend que les petits changements ne fonctionnent pas, qu’il faut tout faire en une seule fois pour créer un grand «choc».»

«Je suis profondément persuadée que seule la méthode Fly peut tenir sur le long terme. Car même si on parvient à effectuer le désencombrement brutal de Marie Kondo, ça ne durera pas, puisqu’on ne met aucun système d’organisation en place pour la suite.»

Et la charge mentale?

Après l’évier, on prendra ainsi l’habitude de toujours s’habiller de la tête aux pieds, de porter des chaussures fermées à l’intérieur, de préparer ses vêtements la veille pour le lendemain, d’anticiper la préparation des repas, etc. Adopter cette nouvelle philosophie a permis à Sophie Ponticelli de vivre dans une maison plus accueillante, moins encombrée et plus facile à nettoyer. «Mais aussi d’être moins stressée lorsque j’invite du monde, d’avoir plus de temps pour moi et pour mon couple et d’avoir davantage d’estime pour moi-même: je n’ai plus l’impression d’être nulle parce que je ne nettoie pas comme le faisait ma mère, j’ai redéfini mes priorités sans honte.»

Mais «forcer» ainsi les adeptes à garder leur intérieur irréprochable n’est-il pas une façon d’augmenter encore leur niveau de charge mentale? «Non, je ne le crois pas, répond la spécialiste. La méthode n’est pas oppressante, elle est au contraire libératrice. Et si les femmes sont nettement plus nombreuses à la suivre (2% des membres du groupe sont des hommes), c’est parce qu’il y a encore peu d’hommes qui font la démarche de rechercher des conseils pour organiser la famille et le ménage.» L’objectif de celles qui s’y mettent: pratiquer le Fly pour soi-même et donner l’exemple «avec le sourire».

«Bien souvent, le reste de la maisonnée suit le mouvement», poursuit l’experte, confiant que son fils a ses propres routines depuis l’âge de 5 ans. «Il aime être responsabilisé, le fait de commencer et terminer ses journées par les mêmes actions le rassure».

Chloé Marcanti, de son côté, conseille même d'utiliser Fly pour «mieux répartir les tâches et la charge mentale au sein d’un couple ou d’une famille. En poussant les Flybabies à prendre soin d’eux, à avoir confiance en eux, il peut leur permettre d’exprimer leurs besoins, de trouver la force de vouloir changer des choses néfastes. Et concrètement, le Fly met en place beaucoup d’outils qui permettent de déléguer ou de partager les tâches ménagères, comme le Journal de Bord ou le Calendrier familial.»

Une méthode qui fait rêver, mais...

Pour autant et malgré ce qu’en disent les spécialistes, le système ne semble pas convenir à tout le monde. Amélie l’a testé, car «la méthode est très alléchante lorsque l’on se sent dépassée». Ce fût le cas pour cette jeune maman lors de la naissance de ses jumeaux. «Je voyais sur le groupe Facebook toutes ces femmes qui avaient un appartement nickel, ça donnait envie, explique-t-elle. J’ai voulu commencer, mais j’ai trouvé que c’était trop prenant. Je prends juste l’exemple d’enfiler ces «flyshoes» (chaussures fermées pour l’intérieur): pour moi, c’est carrément exagéré d’en faire une obligation.»

«J’ai vite abandonné, car je n’avais pas assez de temps chaque jour pour m’occuper de toutes ces routines. Cette méthode fait rêver, mais elle n’est pas compatible avec n’importe quel emploi du temps, n’importe quelle configuration familiale.»

Même son de cloche du côté de Chantal, qui a tenté le pari il y a plusieurs mois. «Je n’ai pas réussi à mettre la méthode en place. Je suis une éternelle bordélique qui rêve d’avoir une maison toute rangée, une vie méga organisée. Ici, c’est tout le contraire… et je crois que ça ne changera jamais!»

Solution miracle, nouvelle philosophie, poids ménager encore plus important: de mon côté, je me tâte encore. FlyLady me permettra-t-elle d’enfin rayer «Vivre dans une maison jolie et rangée» de mes bonnes résolutions l’année prochaine? Peut-être bien. Ou peut-être que j’apprendrai à me satisfaire de ce que j’ai le temps, l’énergie et la volonté d’astiquer. En attendant, à mon éponge, un évier doit encore être ripoliné…

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Muriel vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

Episode spécial: Interview de Noël avec Juliane et Ellen

Vous entendez nos voix au début de chaque épisode, lorsque nous vous racontons ces petites anecdotes (véridiques) de notre quotidien. Ainsi, au moment de boucler la première saison de Tout va bien, on s'est dit qu'il était temps qu'on se présente pour de vrai, qu'on vous parle de nos goûts, de nos personnalités et de nos expériences. Pour vous remercier d'être de plus en plus nombreux à nous écouter chaque semaine!

Dans vos écouteurs

E20: Gérer les tensions familiales pour une vie plus apaisée

Rendre visite à ses beaux-parents, présenter son nouveau conjoint à ses enfants, survivre à un interminable dîner familial, relancer une communication essoufflée... que de petits challenges que nous présente la vie, lorsque les tribus se réunissent. Afin de prendre un pas de recul sur ces situations et les gérer au mieux, un psychologue nous donne des clés de compréhension et des solutions. Parce qu'au fond, on l'adore, notre famille!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina