Femina Logo

Mandy Smith, artiste d’origine anglaise résidant aujourd’hui à Amsterdam, a souhaité parler d’un sujet quelque peu délicat: les mutilations génitales féminines (MGF).

Son projet, «No More Cutting», regroupe de multiples découpages papier représentant des vulves réalisés à partir de clichés anonymes.


© No More Cutting

Ce projet a pour but de dénoncer les actes de mutilation qui ont encore lieu de nos jours et cela, pas toujours pour des raisons religieuses comme on pourrait le supposer.

L’initiative vise également à montrer aux femmes que la diversité des formes de leurs sexes est une richesse et ne doit pas correspondre à une norme.


©No More Cutting

Cette deuxième réflexion est née du constat d’un nombre croissant de jeunes femmes ayant recours à la labioplastie (la réduction des lèvres en chirurgie plastique).

Un paradoxe donc, puisque certaines usent de moyens externes pour rendre leurs parties génitales «plus belles» tandis que d’autres voient les leurs transformées pour des raisons relevant de traditions, ou d’idées de pureté, voire de contrôle de la sexualité d’autrui.


© No More Cutting

On espère qu’avec ces œuvres tout en finesse, Mandy Smith réussira au moins à faire parler d’une problématique à la fois ancienne et propre au XXIe siècle.


A lire aussi:
Témoignages: journée internationale des droits des femmes
8 raisons de (toujours) dormir nue
Comment j'ai grandi avec la polyarthrite juvénile

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.