Femina Logo

news people

Ashley Graham voudrait bannir le terme «plus size»

Getty Images 671262504
© Getty

«Existe-t-il une femme qui se présente en disant "Salut, je suis une fille plus size"?» se questionnait Ashley Graham dans les colonnes d'Associated Press, le 12 mai 2017.

«Peut-être en guise de mécanisme de défense, ou afin de trouver le moyen de se conformer aux attentes de la société, mais... je pense que ce terme nous divise. A mon avis, le fait de labelliser et de catégoriser les femmes en raison du numéro qui est inscrit à l'intérieur de leur pantalon ne nous aide pas à avancer dans la vie.»

Le mannequin de 29 ans, grande défenseuse des femmes voluptueuses, est entrée dans l'histoire de la haute-couture en défiant les stéréotypes de la beauté, et en paradant fièrement sur les plus grands catwalks américains. Décidée à rappeler au monde que les courbes généreuses sont tout aussi belles que les silhouettes ordinairement affichées dans les publicités ou les défilés de mode, elle est souvent considérée comme un symbole en matière de diversification de la beauté: en 2016, elle devenait notamment la première femme ronde en couverture de Sports Illustrated. Sauf qu'à présent, elle en a assez d'être sans cesse qualifiée de «mannequin grande taille»...

«Grande taille»: les mots qui fâchent

Depuis quelques mois, l'habitude de surnommer «modèle plus size» les tops dotés d'une taille 38 et plus, est de plus en plus critiquée. En effet, cette expression tend à qualifier une personne par une catégorisation habituellement réservée aux vêtements.

En mars 2016, Candice Huffine, affirmait au magazine Allure que le simple fait d'accorder moins d'importance à ces mots pourrait déjà contribuer à estomper la division et la différenciation encore établies entre les femmes, selon leur poids. En effet, ne plus mentionner ces différences de silhouettes serait, à ses yeux, un progrès considérable, qui faciliterait à terme la disparition totale des catégories.

Un modèle de confiance en elle

Au début du mois de mai 2017, Ashley Graham posait nue lors d'un shooting très sexy pour le magazine «V». Dans l'interview qui accompagnait les photos, elle évoquait notamment le rôle important qu'a joué sa mère dans sa vie, en lui donnant le courage qu'il lui fallut pour lancer sa carrière, malgré les complexes qu'elle a aujourd'hui vaincus (notamment la cellulite). La top défend activement la beauté de tous les corps, quels que soit leur forme, et nous implore de cesser de poursuivre une perfection qui, de toute évidence, n'existe pas.

Le jeune femme est la preuve vivante que la confiance en soi ne devrait aucunement dépendre d'une taille de vêtements: via le hashtag #beautybeyondsize (la beauté dépasse la taille), elle voudrait nous faire passer à toutes ce message: tous les corps sont beaux! Et elle a bien raison. Merci, Ashley!


A lire aussi:
La cellulite: Ashley Graham l'affiche fièrement
Pour lutter contre l'anorexie, la France impose une mention «photo retouchée»
Des mannequins plus size recréent des campagnes publicitaires célèbres

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.