news mode

    Pour lutter contre l'anorexie, la France impose la mention «photo retouchée»

    Deux mesures visant à préserver les jeunes et les mannequins de troubles alimentaires seront mises en place dès le 1er octobre 2017: le premier texte impose la mention «image retouchée» dans les photographies à usage commercial. Le second exige que les mannequins soient soumis à plusieurs contrôles de santé, dont un calcul de l'IMC, avant d'entrer en fonction.

    Publié le 
    10 Mai 2017
     par 
    Ellen De Meester

    Alors que plusieurs campagnes et défilés ont été vilipendés, ces derniers mois, en raison de la présence de mannequins jugés «trop maigres», le Ministère de la santé français a décidé de réagir: dans un communiqué publié au début du mois de mai 2017, il indique que deux textes visant à prévenir les troubles alimentaires chez les jeunes ont été publiés au Journal Officiel. 

    Ainsi, à partir du 1er octobre 2017, il sera obligatoire en France d'accompagner les images à usage commercial, modifiées par un logiciel informatique, d'une mention «photographie retouchée», dans le but d'indiquer la dimension non réaliste de certains corps présentés dans des campagnes publicitaires. Sachant que les silhouettes sont régulièrement affinées ou épaissies, cette mise en garde aura pour objectif de préserver les jeunes et les mannequins de l'anorexie, ou plus généralement de la poursuite d'un «idéal de beauté inaccessible».

    Vérification de l'IMC pour les modèles

    De plus, la profession de mannequin fera l'objet de quelques contrôles, notamment d'une vérification de l'Indice de masse corporelle (IMC) de la personne, avant son entrée en fonction. Si celui-ci relève d'un état de santé satisfaisant, selon les mesures établies par l'Organisation mondiale de la santé, le modèle recevra un certificat de santé de la part d'un médecin. Ce document ne sera cependant valable que sur une durée de deux ans, après quoi les tests devront à nouveau être faits. 

    Les mannequins travaillant dans l'Union européenne seront soumis aux mêmes règles. 

    Mannequins jugés trop maigres

    L'omniprésence des idéaux de la beauté véhiculés par l'univers de la mode est de plus en plus critiquée. En effet, le 2 mai 2017, les chercheurs de l'Université de Liverpool publiaient une effayante étude annonçant que 100% des mannequins en plastique trônant dans les vitrines des boutiques présentent «une maigreur anormale». En d'autres termes, si ces silhouettes étaient de vrais êtres humains, ils se trouveraient dans un état de santé inquiétant. 

    Si les mannequins en plastique féminins sont souvent considérés comme trop maigres, les versions masculines présenteraient, selon l'étude, une musculation trop importante et «exagérée». Ces corps «parfaits» risqueraient effectivement d'influencer certaines personnes voulant se conformer à cet idéal, et pouvant pour cela tomber dans des comportements alimentaires dangereux.

    On se réjouit de découvrir des mannequins dotées de silhouettes différentes, dans nos boutiques de vêtements préférées! 


    A lire aussi:
    Lena Dunham: «Etre mince n'est pas un compliment!»
    France: mannequins trop maigres interdis par la loi
    Témoignage: Victoire, ex-mannequin tombé dans l'anorexie

    A lire également
    Lieu traditionnel de toutes les extravagances, l'événement mondain de l'année aux États-Unis s'est surpassé!
    O
    Chaque jour, jusqu'au 12 mai, jouez et tentez de gagner un cadeau pour chouchouter vos mamans (ou vous-mêmes!)
    O