Femina Logo

1. Se sentir constamment copiée

Que ce soit pour ses goûts musicaux (les Spice Girls, je pense à vous), son style vestimentaire ou même ses amis, les petites sœurs ne peuvent s’empêcher de faire pareil que les grandes. Ce peut certes être flatteur, mais à la longue, ça fatigue. Surtout lorsque l’on vous pique le cadeau dont vous rêviez (à savoir la cassette vidéo de «Titanic») et qu’on l’offre à la petite «car elle adore ce film». C’était moi la première, zut!

2. Devoir rendre des comptes

L’appartement n’est pas du tout rangé alors que maman vous avait demandé de vous en occuper, votre sœur et vous? Toutes les deux avez préféré dévorer un bol de pop corn devant le dernier épisode de «Beverly Hills». Mais inévitablement, ça va vous retomber dessus. Comment ça, vous n’avez jamais entendu la célèbre réplique: «C’est toi la plus grande, tu dois être plus responsable et montrer l’exemple».

3. Ne pas être tout à fait libre

Demander la permission de sortir avec ses copines faire du shopping en ville? Accordée, à condition que vous vous coltiniez la frangine. Nettement moins marrant, surtout lorsqu’elle vous met la honte en racontant que vous ne pouvez pas regarder «E.T. l’extraterrestre»... car vous avez trop la frousse. Merci sœurette!

Kisses from the beach ! #holidays #sisters #love

Une photo publiée par Audrey Lamy (@audreylamy) le

4. Se voir très vite dépassée

Que ce soit à cause de ses notes scolaires, ses talents au saut en longueur ou sa facilité à concevoir des bracelets brésiliens à 6 cordes, vous vous sentez forcément, un jour ou l’autre, bien plus nulle que votre petite sœur. Et cela est d’autant plus rageant lorsque vous avez passé plus de deux ans à faire des gammes au piano et qu’elle joue brillamment la Grande Sonate en sol majeur de Tchaïkovski en 6 mois à peine.

5. Être systématiquement comparée

Vous avez appris à lire à l’âge de 7 ans, comme tous les enfants? Votre petite sœur lisait déjà Petzi avant de commencer l’école enfantine. Et ce n’est que le début d’une bien longue liste: les parents, grands-parents, oncles et tantes ne peuvent s’empêcher de confronter tous vos résultats. Et bien souvent, cela ne vous avantage pas (normal, vu le point 1!)

6. Savoir partager

Pas facile de s’approprier quoi que ce soit lorsque l’on a une petite sœur. Vous recevez le haut court (ça ne se disait pas encore «crop top» à mon époque) dont vous rêviez? Elle vous le pique pour se rendre à l’anniversaire de sa BFF. Vous vous offrez une nouvelle palette de make up? Elle fait «ses expériences» en mixant tous les fards. Vous avez le malheur de vous absenter un semestre à l’étranger? Elle s’approprie votre chambre, la plus grande de l’appartement, ni vue ni connue.

Une photo publiée par Beyoncé (@beyonce) le

7. Ouvrir la voie

Vous avez dû vous battre bec et ongles pour obtenir: 1. Votre premier natel, 2. La permission de fêter Nouvel an avec vos copines, 3. L’autorisation de mettre du vernis à ongles pour aller à l’école (transparent, le vernis). Votre petite sœur? Tout cela lui est servi sur un plateau. Pire: elle recevra tous ces avantages bien avant vous. Grrrrr…

8. Être chaque jour un peu plus fière d’elles

Avoir deux petites sœurs? C’est le plus beau cadeau que mes parents ont pu me faire. Elles sont mes rayons de soleil, toujours là pour me remonter le moral lorsque j’en ai besoin, me conseiller, me soutenir. Et malgré les 7 points précédents, ma vie n’aurait jamais été la même sans elles. Les fous-rires, la complicité et l’amitié à toute épreuve que l’on partage valent tous les VHS de «Titanic» du monde.

Sans rancune, les filles ;-)

#SisterLove

Muriel vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.