Femina Logo

on va bouger bouger

Sports: cet été, on fait autre chose que du fitness

Roya ann miller 325260 unsplash

Plusieurs salles d'escalade ont ouvert leurs portes ces dernières années.

© Roya Ann Miller

Le tir à l’arc

Faites comme Katniss Everdeen dans les «Hunger Games», Legolas dans «Le Seigneur des Anneaux» ou Hawkeye dans les «Avengers»: du tir à l’arc! Oui, tirer des flèches n’a jamais été aussi tendance, et les clubs adhoc connaissent une augmentation sensible des inscriptions. Très tendance: on sort des salles de tir pour faire du «field», soit du tir à l’arc en plein air, dans la nature. Il existe en Romandie de nombreux lieux où pratiquer cette discipline.

Le grand point fort de la discipline: elle est accessible à tous, jeunes comme plus âgés, quelle que soit sa condition physique. On apprend certes à «viser», mais surtout à se concentrer, à se détendre, à respirer.

Le point faible: le prix du matériel, qui atteint facilement quelques centaines de francs pour un bon arc. Reste que la plupart des clubs mettent à disposition des arcs et des flèches aux débutants. L’occasion aussi d’essayer les différents types d’arc qui existent aujourd’hui, plus ou moins techniques.

www.agdv.ch
www.archers.ch
www.worldarcherycentre.org
www.arcenfolie.ch
www.torgon.ch
www.grandarc.ch

La grimpe

Amoureux de la montagne? Envie de muscler ses bras? De lutter contre le vertige? Ou de simplement passer un moment ludique? La grimpe, c’est LE nouveau sport qui monte, qui monte. Et l’ouverture de toujours plus de salles de grimpe, proches des centres-villes, a encore davantage démocratisé la pratique. «Il faut être honnête, on a rarement «envie» d’aller au fitness, on y va dans l’objectif d’être en forme, c’est tout, tandis que dans une salle d’escalade, c’est fun et convivial, et on se muscle en même temps!» prêche Killko Caballero, patron des salles Totem. Un sondage mené dans une revue sportive US l’année dernière révèle même que le physique des grimpeurs est celui qui a été le plus plébiscité par les lectrices…

Le point fort : Les salles de «blocs», soit celles qui ont ouvert ces dernières années en Suisse Romande (Totem, Cube, Gecko,…) offrent de petites parois avec des circuits de différentes difficultés marqués comme des pistes de ski (les «pistes» jaunes étant les plus faciles) permettant de s’adonner à la grimpe même seul, sans être assuré et sans (trop) d'expérience.

Le point faible : Sans trop de connaissances techniques, justement, on s’épuise vite et on est vite arrêté dans sa progression. Pas de panique, toutes les salles proposent des cours d’initiation… et les grimpeurs adorent partager leurs savoirs.

www.totem.ch à Ecublens, Gland, Versoix et Vevey
www.lecube.ch au Mont-sur-Lausanne
www.geckoescalade.com à Sottens

Le Yin yoga

Encore une énième déclinaison farfelue du yoga après celui avec des chats, des chèvres, des lémuriens, de la bière ou complétement nu? Que nenni. Le yin yoga commence tout doucement à s’implanter dans les studios de yoga, surfant sur les récentes avancées médicales autour du tissu conjonctif et de ces fameuses fascias, ces tissus mous qui entourent les muscles et se retrouvent dans le corps entier. Durant un cours de yin yoga, on travaille en douceur et en profondeur, en tenant les postures (le phoque, le gecko, le papillon…) plusieurs minutes. Au final, un mieux-être plus global, «un relâchement profond, une ouverture du corps. Quand tu ressors, la détente est profonde, tu as l’impression d’être libérée», s’enthousiasme Daniela Wagnières, elle-même prof de yin yoga à Lausanne.

Le point fort: Pas besoin de tenir en équilibre sur ses mains pour profiter pleinement de cette branche du yoga. L’utilisation d’accessoires (blocs, couvertures, coussins) permet à l’enseignant d’adapter l’intensité en fonction des limitations de l’élève.

Le point faible: La plupart des studios proposent avant tout des cours de yoga plus «yang», qui travaillent davantage les muscles, de manière plus ou moins dynamique. Seuls quelques studios proposent régulièrement dans leurs horaires du yin, ou alors uniquement de manière ponctuelle.

www.ooom.ch à Lausanne
www.yogaflame.ch à Lausanne et Genève
www.fleurdevie.yoga à Saint-Sulpice
www.yoga-fabrik.ch à Neuchâtel

Le Rocket yoga

Vous souhaitez transpirer, travailler votre force, votre endurance, votre cardio? Et vous aimez une ou deux acrobaties en passant? A l’opposé du yin yoga, le rocket yoga est fait pour vous. Inspiré de l’asthanga yoga, il a été «codifié» dans les années 1980 par Larry Schulz à San Francisco, prof de yoga des Grateful Dead ou de Christy Turlington à l’époque.

Le point fort: Pratiqué de manière régulière et en respectant ses limitations, le Rocket permet de développer sa force et sa musculature

Le point faible: Si l’ashtanga «pur et dur» a sa communauté en Suisse romande, le Rocket yoga ne s’est encore que très peu implanté dans la région.

www.yogaflame.ch, à Lausanne et Genève

Du mini-trail

Vous aimez le grand air, les panoramas à couper le souffle, et un peu de course ne vous fait pas peur (ni à vous, ni à vos genoux)? La tendance aux mini-trails, ces courses en dehors du bitume, explose. Les rencontres autrefois réservées aux athlètes de (très) haut niveau ont presque toutes développé des parcours alternatifs, plus courts et plus accessibles, mais avec toujours la même idée derrière: se dépenser au milieu de la nature. Quoique des «urban trails» commencent eux aussi à faire leur apparition… Parmi les «petits nouveaux», le Montreux trail, qui offre notamment deux courses nocturnes de 15 et 6 kilomètres à travers les gorges du Chauderon.

Le point fort: Comme le dit très bien Vincent Theytaz, le directeur de la course Sierre-Zinal, «on a beaucoup de chance, dans notre pays, d’avoir à portée de main une multitude de chemins pédestres vraiment très bien entretenus, pour s’essayer à la discipline». Il suffit d’une paire de baskets profilées ­– et d’un minimum de bonne condition physique - pour se lancer.

Le point faible: Comme pour la course «classique», ce n’est pas parce qu’on a acheté les meilleures baskets et le plus joli des leggings que l’on est prêt à se faire 20 kilomètres – ni même 10 kilomètres avec un minimum de dénivelé. La préparation est la clé du succès. Cela signifie des petites courses, des marches en montagne, et du gainage.

www.montreux-trail.ch, à Montreux le 27 juillet
www.trailvsb.com à Verbier, le 6 et 7 juillet
www.ovronnaz-rambert.ch, à Ovronnaz, le 1 septembre 2019
www.trailvalleedejoux.ch, à la Vallée de Joux, le 13 octobre 2019

Julien vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.