Femina Logo

Femme Femina

Valérie Paccaud, l’humour ravageur

Valerie Paccaud lhumour ravageur

«Mon père est mort du Covid le jour de son anniversaire, parti en moins d’une semaine. La première personne qui s’approche de ma mère sans masque, je frappe.» confie Valérie Paccaud.

© Anne-Laure Lechat

C’est qui?

Totalement craquant, forcément contagieux, son rire est son irrésistible signature. Toutefois, Valérie Paccaud, c’est bien plus que ça. Sa gouaille irradie les ondes quotidiennement. Flanquée de ses complices des Bras cassés, elle dégaine son humour flingueur plus vite que son ombre. Et comme si ça ne suffisait pas, elle écrit et interprète, avec Blaise Bersinger, Julien Doquin de Saint Preux, Yann Marguet et Yacine Nemra les sketches hilarants de la websérie Bon ben voilà.

On l’a compris, on ne déconne pas avec la patronne. Ou plutôt oui, mais avec talent. Comme elle le dit si bien: «Pour diriger des mecs, il faut avoir un peu toi-même des couilles.»

Gérante d’un bar à cocktails dans une ancienne vie, elle était aux premières loges de l’humour propre aux clients accoudés au zinc. Un apprentissage qui a forgé son sens de la repartie. En guise de références humoristiques, elle cite le duo so british French & Saunders, ancêtres de la série Absolutely Fabulous, qui faisait des pastiches de films dans lesquels elles jouaient tous les rôles, féminins et masculins. Dénicheuse de talents, elle consacre une partie de son temps à former les personnalités de demain à la radio.

Pourquoi on en parle?

Fidèle à Couleur 3 depuis 22 ans, Valérie Paccaud aime pourtant sortir de sa zone de confort, via l’impro, par exemple, qu’elle pratique depuis des années. En temps non pandémiques, on peut ainsi la voir doubler des films en direct avec Vincent Kucholl dans les soirées Bourgliwood, à Lausanne. Les caissières, toujours sur la 3, c’est aussi elle. Adaptées à l’écran dans l’émission 120 minutes, ces chroniques cultissimes remportent un succès fou. En 2020, ses stats culminent à 7 millions de vues pour un sketch tourné en mars. «C’était au tout début du confinement, pendant la pénurie de PQ, de riz et de pâtes, se souvient-elle. Je suis partie à 6 heures du mat avec ma perruque pour tourner avant l’ouverture du supermarché de Saxon, le seul à nous accueillir pendant le Covid.»

Ses défis en 2021

«J’aimerais avoir plus de filles dans mon équipe, mais c’est difficile d’en trouver parce qu’elles se cachent, osent moins se manifester, mais ça va changer», déclare-t-elle. Au-delà de cet élan inclusif, Valérie Paccaud s’apprête à brûler les planches pour la première fois. Toujours avec l’équipe de Bon ben voilà, elle crée une pièce dont la première, initialement prévue le 9 mars au Théâtre Boulimie de Lausanne, est déplacée en juillet 2021. Intitulée Les gens meurent, précisons que le spectacle ne parle pas du Covid. Avant ça, Bon ben voilà passera de la chaîne YouTube de Couleur 3 à la télévision à partir du mois de mai, compilée en deux grosses émissions.

Quand je serai grande

«Enfant, je rêvais de devenir hôtesse de l’air comme dans la BD Natacha. Ou Dalida.»

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

La Rédaction vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E56: Que faut-il manger, quand on est fatigué.e?

Dans vos écouteurs

E55: Comment reprendre le sport en douceur, après l'hiver

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné