Femina Logo

Interview

MJF 2019: Clara Luciani, courageuse poétesse qui rit aux éclats

Clara Luciani MJF 2019 concert chanteuse

«Pourquoi j'écris? Parce qu'il le faut. C'est une pulsion de survie!»

© Thomas SAMSON / AFP

Sa voix est grave, profonde, veloutée. Parfois, en interview, elle va jusqu'à la désigner de «chelou», pour rigoler. Mais son timbre unique n'a jamais manqué de séduire son public, venu l'applaudir à guichet fermé dans l'immense Olympia de Paris, en avril 2019.

Clara Luciani, 27 ans, frange brune et regard pétillant, passe son temps à «rire aux éclats». Et elle aimerait bien que nous le sachions: car son premier EP «Monstre d'amour», écrit suite à une rupture douloureuse, avait brossé d'elle le bref tableau d'une tristesse indicible, un vague à l'âme entraînant mais sombre. Alors qu'il ne s'agissait que d'une seule facette de sa personnalité, un tronçon rocailleux de son chemin qui avait fini par «débloquer» son art.

«Toutes mes chansons sont basées sur quelque chose que j'ai vécu», nous explique-t-elle, quelques heures avant de monter sur la scène du Lab, au Montreux Jazz Festival.

Nous sommes le 3 juillet 2019, et l'orage annoncé se tient à carreaux, probablement parce qu'il ne daignerait pas interrompre la performance de Clara. «J'ai écrit mon album dans une optique de guérison, pour me donner du courage, poursuit-elle. Et s'il peut avoir cet effet sur d'autres personnes, cela me remplit de joie!»

Mais il n'y a pas que de la tristesse dans ses chansons, très loin de là: poésie, romantisme, force, colère, bonheur, malice... l'artiste se laisse inspirer par tout ce qu'elle traverse, ainsi que par la littérature, pour laquelle elle possède un «gros appétit»: «Mais je n'ai jamais réussi à écrire quelque chose de plus long qu'une chanson!» Dommage! Un roman signé Clara, on se jetterait dessus.

Son thème de prédilection? L'amour, évidemment! «Je me suis demandé si les gens ne se lasseraient pas de ce sujet, admet-elle. Mais j'ai réalisé qu'en fait, il est complètement inépuisable!»

Une grenade hypersensible

En février 2019, Clara Luciani remportait le prix de la meilleure «Révélation de scène» aux Victoires de la Musique. Son titre, «La Grenade», une ode au «girl power», a été écouté plus de 15 millions de fois sur Spotify.

Il s'agit d'ailleurs du premier morceau que nous conseillerions d'écouter à ceux qui ne connaissent pas encore sa créatrice:

«Je me sentais encore sous-estimée en tant que femme, dans mon métier, résume cette dernière. Je ne m'étais jamais sentie comme une chose fragile, et m'étais toujours considérée comme l'égale des hommes. Avec "La Grenade", je voulais leur dire "Méfiez-vous: car derrière l'image douce et peut-être sensuelle que je peux donner, je possède tout autant de courage et de force que vous!"»

L'on pourrait croire que ce genre de succès bétonnerait l'assurance de n'importe quel artiste. Il n'en est rien: «Je suis toujours stressée et angoissée, mais surtout avant un concert. Heureusement, je travaille avec des musiciens doués et charismatiques que j'adore. Je me sens portée, guidée par eux, cela m'aide beaucoup.»

Un autre truc, pour contrer le trac? Le tricot! «Sauf quand il fait trente degrés, ajoute Clara. Par ce genre de température, je ne peux pas toucher à une pelote!» En été, un petit verre de vin rouge remplace parfaitement l'effet zen des aiguilles. (On la comprend!)

Un rapport au corps «compliqué»

Courtisée par les maisons de haute-couture, la belle apparaissait en mars 2019 au défilé Chanel de la Fashion Week de New-York. La presse, sous le charme, applaudissait sa tenue.

«La médiatisation a facilité mon rapport à la scène, que je vis beaucoup mieux, commence-t-elle. Néanmoins, mon rapport au corps a toujours été compliqué. Je ne suis pas très bien dans mes baskets... et me voir en photo, être sans cesse confrontée à mon image, ce n'est pas facile.

J'aimerais beaucoup que l'on accorde moins d'importance à l'enveloppe charnelle. Ce n'est absolument pas ce qui m'intéresse, les êtres humains sont de toute façon voués à changer.»

Aussi n'est-elle pas indifférente aux commentaires négatifs qui viennent parfois interrompre le flot de compliments, sur les réseaux sociaux. Il suffit d'une seule critique pour oublier tous les messages gentils, et se focaliser uniquement sur les méchancetés.

Clara a deux lévriers afghans, Patricia et Evelyne: beaucoup trop chou!

Un nouvel album en préparation

Pourquoi Clara écrit-elle? «Parce qu'il le faut. Si je pouvais vous répondre autrement, alors je ne devrais plus écrire. Il s'agit d'une pulsion de survie!»

La preuve: elle travaille déjà sur un nouvel opus. «Je serais ravie de vous en dire plus, mais cet album n'en est qu'au stade embryonnaire, je ne sais pas encore s'il s'agira d'un garçon ou une fille.» Elle file habilement l'énigmatique métaphore, mais nous offre tout de même quelques indices:

«Je suis partie quelques temps au Sud de la France, pour composer. Je pense que cela se ressentira. Et on retrouvera aussi beaucoup de ce que j'ai dit dans mon premier album, "Sainte-Victoire".»

Et c'est avec de chaleureux remerciements que Clara prend congé, alors que le début du concert approche. Nous, on trouve le soudain silence très étrange. Cette voix, qui étonne au début, laisse un vide dès qu'elle s'évapore.

Ellen vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.