Femina Logo

culture

«L'île aux chiens»: l'hommage mordant de Wes Anderson au Japon

Ile aux chiens wes anderson

«L'île aux chiens», une histoire touchante, poilante et un brin flippante!

© DR

«Avec mes coscénaristes, nous avons commencé avec l'idée de vouloir raconter une histoire sur des chiens abandonnés, une bande de chiens errants qui vivent dans les poubelles», a raconté le réalisateur à la Berlinale en février, où il est reparti avec l'Ours d'argent du meilleur réalisateur.

«Depuis des années je voulais aussi raconter une histoire au Japon, en hommage au cinéma japonais que j'adore», a-t-il expliqué, citant le maître de l'animation Hayao Miyazaki («Le voyage de Chihiro») et le réalisateur culte Akira Kurosawa («Rashomon»).

Miyazaki «apporte un sens du détail et des silences. Il a un sens du rythme qu'on ne trouve pas vraiment dans l'animation américaine. Ça nous a beaucoup inspiré», a affirmé le Texan, qui a écrit le scénario avec le réalisateur Roman Coppola et l'un de ses amis et acteurs fétiches, Jason Schwartzman.

«L'île aux chiens» a été réalisé en stop-motion, la technique d'animation en volume utilisée dans «Wallace et Gromit» et «Ma vie de courgette». Aux antipodes des effets spéciaux, cette technique utilisant des marionnettes est très artisanale.

Le #JobDeRêve de Vanessa Riera, costumière de «Ma Vie de Courgette»

«Quand on fait du stop-motion, on travaille souvent à l'ancienne, avec des modèles physiques. Je crois que, dans le film, il n'y a aucune scène entièrement numérique, que des grosses et des petites maquettes. J'adore les maquettes, cela a un charme fou», a souligné le cinéaste.

Son film, en salles mercredi 11 avril 2018, se déroule dans la ville imaginaire de Megasaki, dans un Japon fantasmé et futuriste où les chiens n'ont plus le droit de cité. Face à une épidémie de grippe canine, le maire Kobayashi - tout droit sorti d'un film de Kurosawa - prend un décret pour les mettre en quarantaine.

Casting quatre étoiles

Séparés de leur maître, retirés aux familles, les chiens sont envoyés en exil sur une île jonchée de déchets, «Trash Island», et menacés à terme d'extinction.

Une décision que ne supporte pas Atari, 12 ans, un jeune orphelin ayant des liens familiaux avec le maire. Sans rien demander à personne, il part à la recherche de son fidèle compagnon, Spots.

Avec cette histoire d'enfance et de solitude, Wes Anderson renoue avec son univers tendre et mélancolique, ses images pétries de références et son goût marqué pour les plans à la symétrie parfaite.

«Ready Player One»: Steven Spielberg en mode vintage vers le futur

Mais le réalisateur de «Grand Budapest Hotel» se fait aussi politique en évoquant des thèmes comme l'intolérance, la destruction de la planète et les dérives politiques. «C'est une histoire qui peut se dérouler n'importe où, à n'importe quel moment», a-t-il souligné, refusant toute lecture trop évidente.

Rassemblant les voix d'acteurs américains (incarnant principalement des quadrupèdes) et d'acteurs japonais (dans le rôle d'humains), le film mélange les deux langues et a très peu recours aux sous-titres, offrant aux spectateurs une expérience de dépaysement. Certains ont toutefois dénoncé la vision stéréotypée du Japon qu'il propose.

«Vous ne comprenez pas les mots, mais vous comprenez les émotions», a explique le réalisateur qui s'est entouré d'un casting quatre étoiles pour son 9e long-métrage, faisant appel à Bill Murray, Bryan Cranston («Breaking bad»), Jeff Goldblum, Scarlett Johansson, Tilda Swinton ou encore Liev Schreiber.

Fait rare: il a supervisé le choix des voix pour la version française, assurées notamment par Louis Garrel, Romain Duris, Léa Seydoux, Vincent Lindon, Yvan Attal et Isabelle Huppert.

A Londres, une avant-première du film a été ouverte aux chiens «bien élevés» et à leurs maîtres, rencontrant un vif succès.

Le créateur de «This is us» nous fait (encore) pleurer avec son nouveau film

Podcasts

Dans vos écouteurs

E10: Devenir plus optimiste pour vaincre les pensées négatives

Un train annulé, une dispute, une gaffe (monumentale) en pleine réunion: il n'est pas toujours facile d'éviter que les imprévus du quotidien ne gâchent notre journée. Pourtant, il est totalement possible de choisir tous les matins d'être de bonne humeur et ainsi mieux rebondir face aux obstacles de la vie. La psychologue Brigitte Favre nous aide à reprendre le contrôle, pour remplacer les soupirs par les fous rires.

Dans vos écouteurs

E9: Apprendre à se ressourcer pour éviter l'épuisement

Dans le rythme effréné que nous impose l'année 2019, il est de plus en plus facile de s'oublier... De la méditation à la culpabilité, en passant par le courage de dire «non», cet épisode aborde les obstacles mentaux au repos, ainsi que des manières de ralentir le rythme, le temps de reprendre pied et de respirer un bon coup.

Vidéos

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.