Femina Logo

Famille, je vous h...aime!

À (re)voir: 10 séries qui mettent en scène des fratries

10 series qui mettent scene des fratries

Série signée Julian Fellowes (le génie à qui l'on doit Downton Abbey!), The Gilded Age (littéralement âge doré) retrace le destin de plusieurs familles new-yorkaises. Dont celle d’Agnes van Rhijn et Ada Brook.

© Alison Cohen Rosa

The Gilded Age, sur Canal +

Série signée Julian Fellowes (le génie à qui l'on doit Downton Abbey!), The Gilded Age (littéralement âge doré) s’attache à raconter cette période particulièrement effervescente de la fin du XIXe siècle aux États-Unis. Pour illustrer les grands bouleversements sociétaux de cette époque, l’auteur a choisi de retracer le destin de plusieurs familles new-yorkaises. Dont celle d’Agnes van Rhijn et Ada Brook. La première, veuve richissime et quelque peu coincée, prend soin de sa cadette, vieille fille sans le sou mais au cœur d’or. Entre elles, beaucoup d’amour et de complicité, bien sûr, mais aussi, sous-jacente, une forme de rivalité qui va probablement s’exacerber au fil des épisodes.

De fait, Agnes, engoncée dans les principes du Vieux Monde, se conduit de manière ostensiblement condescendante et supérieure, ne laissant jamais passer une occasion de rappeler à sa sœur qu’elle a été mariée, est riche et fait partie de la bonne société new-yorkaise. Ada, qui avale les couleuvres sans répliquer, même si l’on voit qu’elle commence à avoir du mal à déglutir, essaie de ne pas lui en vouloir. Ce qui ne l’empêche pas d’avoir envie de s’ouvrir à la nouveauté et de se laisser emporter par le vent de liberté qui se lève tout doucement. Comment leurs relations vont-elles évoluer? A suivre…

Succession, sur Canal+

A la tête d’un véritable empire de presse, Logan Roy, victime d’un AVC, doit envisager sa succession. En lice, ses quatre enfants, Kendall, Shiv, Roman et Connor - chacun étant évidemment persuadé d’être la bonne personne pour reprendre les rênes du roy…aume. Autant dire qu’entre eux, les tensions sont vives et que les relations tournent au vinaigre. Ce d’autant plus que le patriarche, retors et pervers, applique un principe vieux comme le monde: diviser pour mieux régner. Si bien qu’entre eux, la guerre est déclarée. De mesquineries en coups de Jarnac, avides de reconnaissance paternelle, ils se déchirent sans merci, ravivant ainsi leurs jalousies et blessures d’enfance. Pourtant, plus forts que toutes les rancœurs et crève-cœurs, les liens du sang se révèlent indestructibles….

The Split, sur Arte TV

Formidable et émouvante chronique familiale au féminin, cette série met en scène Ruth et ses trois filles, Hannah, Nina et Rose. Fondamentalement différentes les unes des autres mais unies à la vie à la mort, les trois sœurs tentent d'affronter leur destin (et leur Mummy, par moments!) en s’entraidant comme elles peuvent.

Sur fond de tribunaux et de décisions de justice (la mère et les deux aînées sont des avocates haut-de-gamme spécialisées dans le divorce et le droit de la famille), le scénario raconte le quotidien pas si rose qu’il y paraît de ces Londoniennes pur sucre. Au programme: secrets gardés tant bien que mal, tensions, sentiments de trahison, couples qui se font, se défont, se refont, vie de famille mouvementée mais surtout… un amour profond et indéfectible.

Fleabag, sur Amazon Prime Video

Si Fleabag et sa sœur Claire devaient décrire leurs relations, elles indiqueraient: «C’est compliqué». On ajouterait: et passionnel. En apparence, tout les oppose. Ainsi, quand Claire se montre totalement control-freak (elle va jusqu’à organiser elle-même sa propre fête d'anniversaire surprise pour ne rien laisser au hasard!), Fleabag, elle, se laisse balader au gré du vent avec un certaine nonchalance - luttant comme elle peut contre ses angoisses.

Ces différences, ancrées dans une histoire intime partagée, compliquent bien entendu leur compréhension mutuelle - avec, pour résultat, beaucoup de malentendus, de tensions et de déceptions.

Malgré cela, ces deux orphelines de mère restent attachées l’une à l’autre par un lien indestructible. En clair: quoi qu’il leur arrive, quelles que soient leurs dissensions et leurs innombrables dysfonctionnements, elles s’aiment.

This Way Up, sur Canal +

Prof d’anglais qui se bat contre la dépression, Áine (à prononcer Onya...) peut heureusement compter sur le soutien indéfectible de sa sœur aînée, Shona. Quasi fusionnelles, les deux luronnes partagent à peu près tout: leurs secrets les plus intimes, un sens de l’humour, du sarcasme et de la dérision sooo british (elles sont régulièrement hilarantes, même dans les moments tendus!), leurs habits, un goût certain pour les boissons alcoolisées… Cela dit, au-delà des apparences, cette série ne se contente pas de raconter le quotidien de deux sœurettes irlandaises immigrées à Londres. Mais montre sans tabou les affres de la dépression et explore avec beaucoup de pertinence les conséquences psychologiques parfois dévastatrices d’une maladie mentale sur l'entourage.

L’héritage empoisonné, sur Arte TV

S’ils veulent pouvoir toucher le bel héritage de leur mère, Lasse, Oskar et Jonna, qui ne se supportent pas et ne se sont pas vus depuis des années, vont devoir passer l’été ensemble pour tenir de concert la pension de famille que leur mère possédait à Åland.

Evidemment, les relations sont archi tendues entre eux et font réémerger toutes les jalousies et les souffrances du passé.

Entre conflits ouverts, secrets trop lourds à porter et guerres de tranchées, ces trois-là, contraints et forcés, vont pourtant réapprendre petit à petit à se connaître. Peut-être même à décrasser les couches de rancœur pour retrouver leur amour et leur complicité d’enfants?

Dexter, sur Canal+

Que serait Dexter sans Debra? Une âme définitivement perdue. Et qu'elle soit morte n'y change rien: il continue à la voir et à lui parler, elle reste sa (bonne) conscience. Même s’il ne l’aime pas d’un amour normal, sociopathie oblige, il ne peut se passer d’elle. Il faut dire qu’entre eux, qui ne sont pas biologiquement frère et sœur, des sentiments d’une force sidérante se sont tissés au fil des ans, dépassant toutes les rivalités ou chamailleries inévitables dans les fratries.

Comme englués dans une espèce de toile d’araignée relationnelle, et bien que tout ne soit pas rose dans leurs interactions, ils se sont toujours montrés prêts à tout pour se protéger l’un l’autre.

Pour mémoire, quitte à sombrer dans la culpabilité, Debra est allée jusqu’à tuer, bafouant ainsi toutes les valeurs de justice auxquelles elle croyait. Bref, en ce qui les concerne, on pourrait dire que leur duo définit le fameux pour le meilleur et pour le pire en version fraternelle.

Peaky Blinders, sur Netflix

Dans la famille Shelby, le big boss, c'est Thomas «Tommy». Et mieux vaut lui obéir, comme ses frères l’ont bien compris: s’ils ronchonnent dans leur coin et se montrent parfois frustrés d’être cantonnés dans le rôle de secondes lames, tant pis pour leurs états d'âme, ils ont conscience que leur frérot est le plus à même de porter la casquette de chef. Leur petite sœur Ada, en revanche, a plus de peine à se plier aux diktats de son aîné. Seule fille de la fratrie, la petite princesse a en effet une personnalité de leader et ne craint pas de s’opposer à Tommy, quitte à devoir en payer le prix. Cela dit, malgré les inévitables tensions entre eux, parfois violentes, les membres du clan Shelby lavent leur linge sale en famille et restent indéfectiblement soudés. Du moins jusqu’à maintenant. Car on verra si, lors de la 6e et dernière saison, à venir en 2022, cette union sacrée va tenir encore longtemps. Ou finir par exploser…

Shameless, sur Amazon Prime Video

Sous couvert de comédie, cette vision de la famille dysfonctionnelle montre les impacts dramatiques de la pauvreté, de la maladie mentale et de l’alcoolisme parental sur des enfants. En l'occurrence six frères et sœurs qui, 11 saisons durant, vont se débattre comme ils peuvent pour s’en sortir. Ce qui ne va pas sans heurts entre eux, on s’en doute. Mais avec, au fond, toujours beaucoup d’amour et de solidarité - même si les chemins se séparent quelque peu…

Atypical, sur Netflix

Atteint d’un trouble du spectre autistique, Sam, 18 ans, a des manies qui compliquent singulièrement sa vie et celle de sa famille. Mais cela n’empêche pas sa petite sœur Casey de lui être dévouée à 100%. De fait, bien que régulièrement agacée et empêtrée dans ses propres problèmes d'ado en recherche d'elle-même, elle l’adore et se sent responsable de son aîné. Lequel, trouvant l’implication de sa cadette normale, ne se rend absolument pas compte que, par dévouement, abnégation et amour pur, la gamine est prête à renoncer à ses ambitions personnelles - en l’occurrence, intégrer une grande école. Magnifique mise en lumière du quotidien d’une famille qui doit composer avec la maladie mentale de l’un de ses membres, cette série aborde avec humour, certes, mais aussi grande finesse, les difficultés et les impacts psychologiques que cela génère.

Mais encore…

This is us, Amazon Prime Video

Je te promets, TF1

La chronique de Bridgeton, Netflix

Downton Abbey, Netflix

The Crown, Netflix

Game of Thrones, Canal+

Charmed, Amazon Prime

Friends, Netflix

Les frères Scott, Amazon Prime Video

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Saskia vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E82: Comment instaurer une bonne habitude?

Dans vos écouteurs

E81: Comment aider nos proches vivant un burnout ou une dépression

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné