Femina Logo

Comment un motif né il y a plusieurs siècles, associé tantôt à un gage de qualité dans le marketing de l’alimentaire, tantôt aux rideaux des vieilles cuisines, a-t-il été propulsé dans l’industrie de la mode? Si une certaine icône française n’est pas étrangère à ce succès, l’origine du vichy, elle, est plus disputée.

En France, son nom est associé à la ville du même nom, où des usines tournaient à plein régime au XIXe siècle. Il en sortait des tissus… à rayures. En anglais, le motif s’appelle gingham, et là aussi, l’explication diffère d’un livre d’histoire à l’autre. Il s’agirait selon certains d’une anglicisation du nom de la ville de Guingamp, en Bretagne, connue pour sa production depuis le Moyen Age de toiles à carreaux.

Pour d’autres, gingham est en fait la déformation du mot malais genggang, qui signifie… rayé.

Mais le motif, obtenu par le tissage de ses fils, ne se résume pas aux couvercles de confitures ou aux robes des années 1960. A Bali, le tissu, noir et blanc (symbole du bien et du mal), s’appelle poleng, et sert à orner les statues et les arbres vénérables. En Afrique de l’Est, il apparaît sous forme de couvertures, aux motifs le plus souvent bleus et rouges. On retrouve ces tissus principalement au Kenya et en Tanzanie, portés par les Massaïs. Dans certaines régions d’Inde et du Bangladesh, il est appelé gamucha et est posé sur l’épaule des hommes, prêt à être utilisé après une baignade ou pour essuyer la sueur. Les premières traces du tissu à carreaux remonteraient au XVIIe siècle, en Asie.

© Getty Images

La BB mania

Dans l’univers de la mode, la renommée du vichy est beaucoup moins sujette à débat. Propulsé à la fin des années 1950, devenu incontournable dès les années 1960, il occupe toujours nos dressings soixante ans plus tard. Et ça, c’est à Brigitte Bardot qu’on le doit. Tout commence en 1953. Âgée d’à peine 18 ans, la jeune femme, brune, encore peu connue du grand public, fait la Une de Elle dans une robe vichy blanche et rose pâle.

© DR

Mais c’est plus tard, lors de son deuxième mariage le 18 juin 1959, que l’actrice désormais blonde fait sensation. A sa sortie de la mairie de Louveciennes, après une cérémonie qui a failli virer au pugilat, la jeune mariée apparaît de nouveau dans une robe vichy blanche et rose pâle. Peu après, le patron du modèle signé Jacques Esterel est divulgué dans la presse. Bingo. Cet été-là, de nombreuses robes vichy arpentent les rues de Paris. A la fin de la même année, Brigitte Bardot est à l’affiche de Voulez-vous danser avec moi? Cette fois, on la découvre dans une jupe midi taille haute, avec une large ceinture et un motif vichy vert et blanc.

Erigée au rang de sex-symbol, BB continue de porter les fameux petits carreaux et donne naissance au style vichy.

Plébiscité par l’industrie

Chez les créateurs aussi, le vichy est un must. Chanel, Michael Kors, Dolce & Gabbana, tous se sont approprié le motif, parfois à plusieurs reprises. Les stars aussi le plébiscitent, à l’instar de Rihanna, en 2014, dans un tailleur rose pâle Altuzarra, lors d’une levée de fonds à Los Angeles. Ou encore Cate Blanchett, en Une de Vogue Australia, l’année suivante, dans une robe orangée signée Bottega Veneta.

© Getty Images

Un joli parcours pour le vichy qui, après s’être émancipé de son rôle de nappe de pique-nique, s’est invité dans le monde de la mode où il servait à l’origine de tissu pour les tests… avant que les vêtements ne soient taillés dans des matières plus coûteuses.

Et chez les hommes?

A l’époque de BB, l’engouement est moindre. Mick Jagger, mythique chanteur des Rolling Stones, danseur endiablé et icône mode, s’est tout de même essayé au costume. Aujourd’hui, la chemise vichy pour ces messieurs s’est démocratisée. Le compte Instagram @thatjcrewginghamshirt poste des photos d’anonymes portant cette pièce.

© Getty Images

Et aujourd'hui?

Qu’on le préfère classique ou dans un style plus contemporain, le vichy s’adapte à toutes les envies. Une combi, ou juste un sac, ou le total look en passant par le maillot de bain et les accessoires… L’éternel motif signature de Brigitte Bardot revient d’un été à l’autre, accompagne l’insouciance des vacances, avec ce petit goût de madeleine de Proust. Et de Spritz en terrasse avec vue sur la mer.

1 / 5

Combi Madewell, 130 fr.

2 / 5

Crop top H&M, 44 fr. 95

3 / 5

Blazer avec ceinture Zara, 89 fr. 90

Et on accessoirise avec...

4 / 5

Un sac en perles Accessorize, env. 40 fr.

5 / 5

Un chouchou avec nœud Bershka, 7 fr. 90

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Margaux vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E43: Comment recharger nos batteries d'ici Noël

Octobre rose

Episode spécial Octobre rose: Un message de soutien aux patientes et à leurs proches

Vidéos

Notre Mission

À la recherche d'un nouveau souffle pour votre allure ou votre maison? Toutes les tendances mode, beauté, déco pour inspirer votre quotidien!

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina