Femina Logo

Confidences beauté

Nicolas Degennes: «Le maquillage révèle le meilleur de nous-même»

Nicolas Degennes: «Le maquillage révèle le meilleur de nous-même»

«Le no make-up absolu n’existe pas de nos jours, on est obligé de se maquiller du moment où on est exposé, note Nicolas Degennes. Je conseille souvent d’utiliser peu de produits, mais ne rien mettre du tout revient à se laisser aller.»

© Robert Jaso

Par vidéo-conférence (poke Coronavirus), nous avons pu échanger avec Nicolas Degennes, directeur artistique maquillage et couleurs de Givenchy Beauté. Jamais à court d’idées, il ne cesse de bousculer les codes du secteur: mascara à brosse sphérique, remise au goût du jour de la poudre libre, création de rouges à lèvres ultra-confortables qui s’arrachent désormais sur toute la planète… l’esprit de ce passionné de maquillage est toujours en alerte, flairant les nouveautés qui marqueront le secteur. Ce qui le motive au quotidien? Offrir des produits qui permettent à toutes et tous de s’inventer, de rêver et d’être libre.

FEMINA Voilà 20 ans que vous exercez ce métier. Avez-vous toujours la même passion, la même envie de créer?
Nicolas Degennes
C’est même plus que ça. Au fil du temps, je me suis de plus en plus impliqué auprès des chimistes qui créent les produits et j’ai désormais d’importantes notions dans ce domaine. Aujourd’hui, je m’amuse à les challenger sur des choses qui n’existent pas encore, qui ne sont pas sur le marché. C’est extrêmement stimulant. J’adore être surpris par la technique, les demandes de la clientèle, les produits que nous développons.

En maquillage comme en mode, les tendances sont-elles un éternel recommencement?
Non, pas du tout. Rien ne se répète. La vie de chacun change, évolue constamment. Les besoins et les envies d’hier ne sont pas ceux de demain. Ma mission en tant que directeur artistique n’est jamais la même, car les rêves changent sans cesse.

En cosmétiques, ce que nous allons créer pour demain n’a rien à voir avec ce qui existe aujourd’hui.

Plus concrètement, comment se maquillera-t-on cet été?
Il y a une vraie volonté d’afficher sa santé. Le mot d’ordre? Moins et mieux, less is more. Madame Chanel l’a dit il y a fort longtemps, mais ça fait vraiment sens aujourd’hui. Par ailleurs, ce qu’on arrive désormais à entreprendre grâce à la chimie et à la technologie n’était pas possible hier.

Quelles différences y a-t-il entre un teint glowy, très actuel, et le fait de ne pas utiliser de maquillage?
Le no make-up absolu n’existe pas de nos jours, on est obligé de se maquiller du moment où on est exposé. Je conseille souvent d’utiliser peu de produits, mais ne rien mettre du tout revient à se laisser aller. Je n’aime pas cette notion. Nous devons prendre conscience, tous ensemble, que s’exposer c’est pouvoir révéler le meilleur de soi. La cosmétique nous aide à réaliser ça. Ne pas porter de maquillage, c’est envisageable, mais ça veut dire appliquer beaucoup de soins. Il importe avant tout de prendre conscience de ce qu’on est, de ce qu’on a envie d’être et de ce qu’on souhaite montrer.

Se maquiller nous permet alors de se sentir mieux dans sa peau et de renvoyer une meilleure image au monde.

Quelles tendances marquantes avez-vous perçues lors des défilés?
Lors des Fashion Weeks, les rouges à lèvres étaient plus denses, plus forts, presque un peu noircis, mais toujours rouges et très élégants. Les peaux étaient également sublimées. Le reste du visage jouait la carte de la simplicité, ce qui est capital lorsqu’on met ainsi l’accent sur les lèvres. Après, il y a toujours un décalage avec ce qu’on retrouve ensuite dans la rue. J’ai vu des artistes exprimer beaucoup de choses sur les visages des mannequins, mais je ne suis pas certain que les trends suivront chez les consommateurs. Il y a une différence entre le show, où le créateur exprime sa passion, et la rue, qui n’est pas forcément un tel espace théâtral.

Par contre, je n’ai pas observé beaucoup de couleurs. Il y en a eu par le passé, bien sûr. Mais dans les grandes maisons de luxe françaises, à l’instar de Givenchy, tout est resté plus doux cette saison. À Londres, les choses étaient totalement folles, à New York on a suivi la vague tandis qu’à Milan, l’accent était mis sur la brillance.

Les produits de maquillage Givenchy sont désormais disponibles dans toute la Suisse via Sephora. À quelles Suissesses vous adressez-vous?
Nous proposons des cosmétiques de grande qualité. À travers ces derniers, j’ai toujours voulu mettre l’accent sur les textures, le confort, les sensations. Toutes les femmes peuvent ainsi s’y retrouver, de 15 à 99 ans et au-delà si besoin. Ce qui me motive, c’est de les faire rêver. Mon rôle, c’est de leur donner la possibilité de révéler ce qu’elles sont, ce qu’elles ont envie d’être. De ce fait, c’est moins une question d’âge que la volonté de partager quelque chose.

Vous mettez notamment l’accent sur les cosmétiques non genrés. Est-ce un segment que vous développerez encore à l’avenir?
Oui, bien sûr. Je suis sensible à ça depuis 20 ans. Je dis toujours aux hommes: «Allez, un petit peu d’anticerne et de fond de teint, ça fait toujours du bien!» Le genre n’a pas de sens aujourd’hui. Ce qui en a, c’est de se sentir bien, de se sentir soi-même.

Quel regard portez-vous sur l’exigence de transparence des consommateurs, qui n’hésitent plus à scanner chaque produit cosmétique avant de l’acheter?
Est-ce que c’est bien d’avoir été jusque-là? Je n’en suis pas sûr. Je connais plutôt bien certaines applications, il y en a qui mélangent tout. Il faudrait maîtriser la chimie, les composants, pour bien les utiliser, ce qui n’est pas le cas de la majorité des utilisateurs.

Quand on parle de silicones par exemple, certains sont extrêmement bons, d’autres sont à éviter. Or, il existe plus de 200 silicones différents sur le marché et les mettre tous dans le même sac, ça pose problème et ça devient gênant.

Toutefois, il est certain que ce besoin de transparence nous influence. Aujourd’hui, nous voulons que nos ingrédients soient lisibles pour tout le monde. Mais nous n’allons pas modifier pour autant nos matières premières, car nos exigences sont déjà très strictes. Le prochain fond de teint sur lequel je suis en train de travailler comptera 14 éléments et tous seront parfaitement compréhensibles par le grand public. Terminé les noms barbares! En simplifiant les choses, on permet une meilleure compréhension du système.

Êtes-vous sensible aux problèmes environnementaux, au réchauffement climatique?
On est tous dans cette aventure. Bien évidemment, on n’a envie de polluer ni la terre ni la mer. À très court terme, c’est-à-dire demain, il va falloir que nous fassions tous ensemble, dans la cosmétique, beaucoup d’efforts pour mettre fin à tout type de pollution, car ça devient inadmissible. Il va falloir trouver d’autres solutions. Nos derniers fards à paupières, par exemple, ne contiennent pas d’aluminium. Ça permet notamment d’économiser beaucoup d’eau lors de leur fabrication. Depuis très longtemps, je me bats pour que la cosmétique soit exemplaire et, croyez-moi, très vite, vous allez assister à des différences significatives.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Muriel vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E41: Les pouvoirs de l'écriture et comment se lancer

Dans vos écouteurs

E40: Comprendre et pratiquer l'autohypnose

Vidéos

Notre Mission

À la recherche d'un nouveau souffle pour votre allure ou votre maison? Toutes les tendances mode, beauté, déco pour inspirer votre quotidien!

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina