Femina Logo

psycho

Vieillissement: elles font encore des régimes après 65 ans

A 65 ans elles veulent encore maigrir

L'envie de se montrer sous son meilleur jour ne se calme pas avec l'âge. La preuve par les enquêtes menées à ce sujet.

© Andreas Kuehn-Getty-Images

Crèmes fermeté, peelings chimiques, botox, sérums liftants, lotions hydratantes ou repas de substitution pour maigrir ne sont pas l’apanage des jeunes femmes. A 60, 65, 70 ans, et au-delà, elles sont encore nombreuses à se préoccuper de leur look.

Confirmant ce que d’autres (rares) recherches menées dans le monde sur la satisfaction/insatisfaction corporelle en lien avec le vieillissement avaient constaté ces dernières années, le Projet Twiggy, vaste étude lancée en 2018 par la Haute Ecole de santé de Genève (HEdS, HES-SO Genève), montre en effet que la dictature de l’apparence n’a pas d’âge.

12% des femmes ayant participé à l’étude genevoise n’essaient pas de gérer les changements liés à leur apparence – qu’il s’agisse de leur poids, de l’apparition de rides ou encore de la couleur de leurs cheveux.

Concrètement, relève la psychologue Isabelle Carrard, professeure à la HEdS et responsable du projet, «88% des quelque 230 sexa-septuagénaires interrogées, soucieuses de leur paraître, agissent pour gérer les changements liés au temps qui passe et notamment leur poids.» Ce résultat, qui corrobore une enquête québécoise menée en 2015 sur plus de 8000 personnes, ne surprend pas l’anthropobiologiste Enguerran Macia, chargé de recherche au CNRS et auteur de l’essai «Dans le corps d’une femme de 65 ans» (Ed. Armand Colin). Il analyse: «Être belle fut pendant plusieurs siècles le seul moyen offert aux femmes pour gravir les échelons sociaux. Elles ont donc attribué une grande importance à leur apparence.»

Minceur impérative

Un point de vue partagé par la journaliste et essayiste Perla Servan-Schreiber, qui précise: «Depuis un peu plus de 50 ans, nous baignons dans une psychose liée à la minceur et dans la génération des 60-75 ans, dont je fais partie, nous avons été tellement conditionnées à l’image de la sveltesse qu’il est très difficile de s’en détacher. Nous sommes absurdes, je le reconnais et peux le dire de moi-même qui ai du mal à dépasser ça, mais devoir changer de taille de pantalon traumatise une femme sur trois!» Elle poursuit:

«Or, malheureusement, dès la ménopause, le métabolisme se met à stocker davantage la nourriture. Donc, si l’on veut garder une silhouette en tout cas satisfaisante, cela demande une grande vigilance…»

Lendemains de fêtes et «cures détox»: ne gobez pas n'importe quoi

Vigilance qui peut se révéler inquiétante, déplore Isabelle Carrard: «Quand ça se limite à Je fais attention, J’évite les sucreries et le gras ou Je bouge un peu plus, ce n’est pas grave, cela revient juste à prendre soin de soi et de sa forme. Le hic, c’est que 16% des femmes interrogées dans le cadre de Twiggy suivent des régimes parfois très restrictifs.» Avec même 1,9% d’angoissées de la balance qui, à l’instar de Fred, 75 ans, préfèrent se tourner vers la cigarette «plutôt que d’enfourner un bout de chocolat.»

Malgré l'âge, les problèmes demeurent

La psychologue reprend: «On parle beaucoup de l’insatisfaction corporelle chez les jeunes, notamment en raison des troubles alimentaires que cela peut générer. Là, on se rend compte que malgré l’âge, ces problèmes demeurent!» En clair, une proportion non négligeable des +50 ne change pas d’optique en vieillissant. Au lieu de se tranquilliser et d’accepter que le corps évolue, ces kilophobiques continuent à vouloir maigrir «alors que leur poids est tout à fait normal médicalement parlant», regrette la chercheuse.

Elle reprend: «Sachant les conséquences que cela peut avoir, dont l’ostéoporose, la fonte musculaire ou des carences nutritionnelles, c’est très préoccupant!» Cela dit, tout comme Enguerran Macia qui, en 2012, avait interviewé des Marseillaises de 65 à 75 ans pour étayer son essai, Isabelle Carrard constate que globalement, «la plupart des sexa-septuagénaires font avec».

Se faire du bien

Ce qui ne les empêche pas de mettre en œuvre toutes sortes de stratégies pour vieillir avec élégance. Tandis que 86% des sondées pratiquent plus ou moins régulièrement des activités physiques, 49% vont chez l’esthéticienne, font des virées aux bains thermaux ou apprécient des séances de massage, alors que 56% se tournent vers les cosmétiques. Les cheveux font également partie de l’équation puisque 47% des sondées font des teintures et/ou, comme Line, 58 ans, s’offrent «aussi souvent que possible» un rendez-vous chez le coiffeur, histoire «de se faire du bien… à la tête!»

Body positive: Lena Dunham dénonce le diktat de la minceur

16% des femmes interrogées suivent un régime alimentaire. Parmi elles, 1,3% admettent fumer dans le but de «diminuer» leur appétit et 7,5% disent consommer des substituts de repas afin de contrôler leur poids.

Par ailleurs, les interventions de type peeling chimique, injections de botox ou de collagène sont prisées par 9% des sexa-septuagénaires. En outre, la chirurgie esthétique (augmentation mammaire, lifting ou liposuccion) n’est pas taboue puisqu’elles sont 14% à y avoir eu recours. «Image corporelle et estime de soi sont très liées, commente Isabelle Carrard. Du moment que cela ne vire pas à l’obsession, faire en sorte de se sentir bien dans sa peau autant en termes de compétences fonctionnelles que de look permet de booster son moral. C’est donc plutôt positif puisque cela va dans le sens d’un certain équilibre.»

«Toblerone tunnel», le nouveau challenge minceur qui nous horripile (et nous inquiète...)

Un avis que partage pleinement la pétillante Perla Servan-Schreiber. Elle qui se définit comme une «vieille joyeuse» ne conseille au fond rien d’autre: «Il faut être au mieux de soi – mais surtout être en paix et en harmonie avec soi-même, afin de pouvoir s’ouvrir aux autres. Alors oui, il y a des contraintes et c’est exigeant, la vieillesse. Mais c’est magnifique!»

Michelle, 63 ans, Genève: «J’ai pris 10 kilos: une horreur»

«Ayant passé toute ma vie professionnelle dans des métiers de contact et de représentation (j’étais dans l’immobilier et maintenant, je suis conseillère en assurances), j’ai toujours attaché une importance primordiale à mon apparence. Autant dire que je lutte avec acharnement contre les effets du temps sur mon corps: je me teins les cheveux, le botox est mon (grand!) ami et le jour où je l’estimerai nécessaire, je n’hésiterai pas une seconde à passer par la case chirurgie.

En fait, mon gros souci, en ce moment, est lié à ma silhouette: après une opération, l’été dernier, j’ai dû arrêter le sport et j’ai pris 10 kilos en trois mois. Une horreur pour moi qui ne jure que par la minceur! J’ai évidemment essayé de freiner l’escalade mais… sans beaucoup de succès. Et puis il y a quelques semaines, ma fille aînée m’a regardée avec un air mi-dégoûté mi-apitoyé et m’a balancé une phrase qui résonne encore dans ma tête: «Maman, faut que tu te ressaisisses, là. Ce n’est plus possible de te laisser aller comme ça, je ne veux pas d’une mère grosse!» Ça m’a mis un tel pied au derrière que je me suis lancée dans un régime strict… et ça marche plutôt pas mal. Du coup, je me sens mieux. Plus en paix avec moi-même et avec le monde. Je sais que c’est idiot de relier mon bien-être à l’image que je projette mais voilà… je suis comme ça.»

#viellir#est#obligatoire#grandir#est#un#choix

Une publication partagée par Ni Nie (@niniebadgirl) le

Sylviane, 75 ans, Vandœuvres (GE): « Le gris me va bien au teint »

«De nature nerveuse et fluette, voire maigrichonne, je ne m’étais jamais imaginé avoir à lutter contre les kilos superflus. Autant dire que je n’ai pas compris quand, du jour au lendemain, à 53 ans, j’ai vu grimper l’aiguille de ma balance! Le premier moment de panique passé, j’ai pris les choses en main et je surveille mon alimentation. Parallèlement, je fais autant d’activité physique que mon arthrose me le permet.

Grâce à cette hygiène de vie, je me maintiens et, franchement, je suis plutôt en forme pour mon âge. Cela dit, ma peau sèche et mes chairs flasques me révulsent. Alors je cache tout sous des manches longues et des pantalons! Les rides? Ça, ça va parce que j’ai la chance de ne pas être très marquée! Quant à mes cheveux… mes petites-filles m’ont encouragée à arrêter les teintures et, depuis deux ans, je laisse faire la nature. Aujourd’hui, je les remercie: elles avaient raison, le gris me va bien au teint!»

Comment gérer ses premiers cheveux gris?

Rose-Marie, 68 ans, Genève: «le caractère se reflète sur le corps»

«Au niveau de mon paraître, je n’ai pas trop de soucis: j’ai une silhouette svelte et harmonieuse qui ne bouge pratiquement pas depuis une vingtaine d’années, quasi pas de rides et, quitte à paraître un peu présomptueuse, on me dit souvent que je ne fais pas mon âge. Cela dit, je pense que cette perception de moi est très liée à mon comportement et à mon dynamisme. Car je crois que le caractère et le tempérament se reflètent sur le corps.

On parle toujours de la minceur comme d’un atout et cela m’interpelle: je constate que certaines femmes bien enveloppées mais en accord avec elles-mêmes que je rencontre sont absolument formidables et charmantes… par ce qu’elles dégagent! Bon, l’apparence a aussi son importance, on ne peut pas le nier. En l’occurrence, je fais attention à mon habillement (ni trop classique ni trop olé olé) et prends soin de moi: j’applique des crèmes hydratantes, me teins les cheveux, me maquille légèrement… Mais je le fais sans excès. D’une part parce que je suis plutôt naturelle, d’autre part parce que de graves ennuis de santé m’ont permis de relativiser un peu les choses et d’accepter les changements liés à l’âge. En fait, je suis plutôt sereine… mais très consciente d’avoir de la chance: il est évidemment plus facile de vieillir quand on n’a pas de très gros problèmes.»

Perla Servan-Schreiber, promesse tenue!

Le cap des 50 ans vous panique et vieillir vous angoisse? Plongez de toute urgence dans «Les promesses de l’âge»! Avec humour, bienveillance et réalisme, Perla Servan-Schreiber vous réconciliera avec le temps. Au fil des anecdotes, des analyses, des pensées et des témoignages qu’elle a recueillis, l’heureuse septuagénaire montre en effet qu’entrer en guerre contre la sénescence est un leurre et une source de souffrance mais, surtout, qu’il existe une autre voie. Celle de «l’acceptation joyeuse de la réalité», donc de la vieillesse, en l’occurrence, qui permet de rechercher «la bonne attitude». Non seulement «pour vieillir avec élégance, celle du corps et de l’âme, mais pour vivre enfin libre». Une enthousiasmante leçon de vie!
«Les promesses de l’âge», Perla Servan-Schreiber, Ed. Flammarion

Podcasts

Dans vos écouteurs

E10: Devenir plus optimiste pour vaincre les pensées négatives

Un train annulé, une dispute, une gaffe (monumentale) en pleine réunion: il n'est pas toujours facile d'éviter que les imprévus du quotidien ne gâchent notre journée. Pourtant, il est totalement possible de choisir tous les matins d'être de bonne humeur et ainsi mieux rebondir face aux obstacles de la vie. La psychologue Brigitte Favre nous aide à reprendre le contrôle, pour remplacer les soupirs par les fous rires.

Dans vos écouteurs

E9: Apprendre à se ressourcer pour éviter l'épuisement

Dans le rythme effréné que nous impose l'année 2019, il est de plus en plus facile de s'oublier... De la méditation à la culpabilité, en passant par le courage de dire «non», cet épisode aborde les obstacles mentaux au repos, ainsi que des manières de ralentir le rythme, le temps de reprendre pied et de respirer un bon coup.

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.