Femina Logo

Il n'existe pas...

Blue Monday: la fin du mythe

Blue Monday: la fin du mythe

Le concepteur du Blue Monday, Cliff Arnal, a admis en 2010 qu’il n’y avait rien de scientifique derrière ce dernier...

© Rares Cimpean

Avouez, il était facile de tomber dans le panneau. Janvier? On ne saute souvent pas de joie lorsque l’on évoque le premier mois de l’année: bonnes résolutions à tenir, diète post-Noël, économies en berne… La nouvelle dynamique qui nous anime le 31 décembre à minuit a tendance à s’essouffler dès le retour par la case «travail».

Une équation qui fait vendre

C’est en 2005 que l’on évoque pour la première fois le concept du «Blue Monday» (en anglais, «to feel blue» signifie «être déprimé»). Une équation prétendument scientifique est mise en avant pour être parvenue à déterminer le jour le plus déprimant de l’année. Parmi les paramètres traités, cette dernière met en corrélation la météo, le niveau de dettes, la motivation, le besoin de changement ou le temps écoulé depuis Noël.

Le problème: l’auteur du calcul, Cliff Arnal, docteur en psychologie à l’Université de Cardiff, a admis en 2010 qu’il n’y avait rien de scientifique derrière ce dernier. Pire: tout est parti d’une demande publicitaire orchestrée par l’agence de voyages Sky Travel… La meilleure recette pour trouver le bonheur? Voyager, évidemment. Dans le monde scientifique, l’opération commerciale a fait grincer les dents, comme l’explique Dean Burnett, chercheur en neurosciences, au «Guardian»:

«Ce genre de calculs menace la compréhension que le public a de la science et de la psychologie. C’est également irrespectueux envers celles et ceux qui souffrent véritablement de dépression, car cela sous-entend qu’il s’agit d’une expérience temporaire et mineure dont tout le monde souffre.»
@ Toa Heftiba

Alerte aux dépenses compulsives

Autre souci: les publicités circulant autour du Blue Monday encouragent les dépenses compulsives. Selon une étude britannique citée par «Le Monde», neuf personnes sur dix déboursent davantage d’argent lorsqu’elles ne sont pas en forme. Le sentiment de culpabilité suivant un achat donne ensuite lieu à d’autres achats pour «se sentir mieux»: le cercle vicieux se met alors en place.

Quant à la période la moins heureuse de l’année, elle ne se situerait pas en janvier, mais en novembre. Telle est la conclusion d’une analyse menée en Grande-Bretagne compilant les jours d’absence dus à des troubles dépressifs de 600'000 employés durant les 15 dernières années. Les mois de novembre et de décembre seraient les plus difficiles à traverser.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Muriel vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E24: Oser dire "non" sans culpabiliser

Si vous êtes du genre à accepter toutes les sorties, à prêter main forte dès que vous en avez l'occasion et à éviter l'articulation d'un simple «non», cet épisode est fait pour vous. Une psychologue nous explique comment établir des limites (au travail ou en privé), clarifier nos propres besoins et créer le parfait équilibre entre le «oui» généreux et le «non» libérateur. Car ce petit mot délicat peut parfois s'avérer essentiel. 

Dans vos écouteurs

E23: Comprendre notre microbiote intestinal pour mieux le soigner

S'il vous arrive de vous poser des questions sur votre digestion, cet épisode est fait pour vous. Le Professeur Gilbert Greub, Directeur de l'Institut de Microbiologie du CHUV, nous explique le fonctionnement du microbiote intestinal, corrige certaines de nos idées reçues et nous rassure sur de nombreux points. On en parle enfin, pour se sentir mieux (et éclairé) ensuite!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina