Femina Logo

Véronique Goy Veenhuys

Fondatrice et CEO d’Equal Salary


©Florian Cella/24 Heures

«Depuis dix ans, mon quotidien tourne autour de l’égalité salariale entre les sexes, en collaborant avec des entreprises. Un salaire équitable pour les femmes et les hommes est la base d’une société juste. Les jeunes générations aspirent à une meilleure conciliation des vies professionnelle et privée. L’égalité salariale dans les faits la facilitera. Mon engagement au quotidien me tient d’autant plus à cœur que j’ai une fille et un garçon, ainsi qu’un petit-fils et une petite-fille. Mon souhait: que ce sujet soit réglé lorsque mes petits-enfants seront grands.»

Julien Pidoux

Journaliste à Femina et professeur de yoga

«Ce n’est pas grand-chose, mais j’essaie de ne jamais offrir de cadeau «sexué» aux enfants de mes amis: ni poupée ni layette rose pour les filles, ni grosse voiture télécommandée pour les garçons. Ce serait même plutôt le contraire. Chaque Noël, je m’énerve prodigieusement devant ces catalogues de jouets qui continuent à mettre des petites filles toutes chou devant des cuisinettes et des garçons casse-cou jouant au bricoleur avec leur mini-atelier. L’autre jour, équipé d’ailes et d’une baguette magique, le fils d’un couple d’amis jouait «à la princesse» devant ses parents fiers de lui. J’ai trouvé ça très sain, le signe d’un futur plus tolérant.»

Laetitia Guarino

Miss Suisse 2014 et ambassadrice pour Terre des Hommes


©Ian Gavan/Getty Images

«Lorsque j’étais Miss, on m’a souvent demandé si cette fonction n’était pas dégradante en tant que femme. Je peux comprendre cette préoccupation, mais ce n’est pas parce qu’une fille utilise son image qu’elle doit être résumée à cela, à un physique. Toutes les femmes, même «matérialisées» dans les médias, ont quelque chose à dire, un message à faire passer. Et maintenant que mon mandat est terminé, je me réjouis de voir qu’en médecine, où j’étudie, il y a de plus en plus d’étudiantes. Ce n’était sûrement pas le cas dans les années 30. Sachons écouter les femmes. Faisons-leur confiance!»

Stéphanie Buchheim

Cofondatrice et présidente de la Women’s Business Society

«Dans ma profession d’avocate, l’égalité entre femmes et hommes devrait être acquise et effectivement mise en œuvre. Force est de constater que cela n’est pas le cas: les associés des grands cabinets d’avocats sont très majoritairement des hommes, alors que les femmes – (pourtant) surreprésentées pendant les études de droit – ne sont que très peu représentées aux postes d’associées. C’est à la suite de ce constat, étendu à tous les domaines des affaires, que nous avons fondé en 2012 la Women’s Business Society, une association pour la promotion de l’égalité et l’avancement des femmes dans les quinze premières années de leur carrière.»

Juliane Monin

Journaliste, responsable de Femina.ch

«Avec l’aide de mes collègues et en tant que responsable web, j’aime mettre en avant des histoires et des combats de femmes qui émergent de la toile. Que ce soit via nos réseaux sociaux ou notre site internet, je m’efforce au quotidien de partager avec nos internautes des profils féminins qui nous touchent ou nous inspirent. Une sorte d’engagement digital ‘woman first’.»

Noémie Schmidt

Comédienne

«Dans mon travail devant la caméra, j’essaie d’apporter de l’épaisseur à mes personnages féminins, quelque chose qui ne soit pas trop cliché. Ma hantise, c’est de tomber dans le piège de la femme-objet, si fréquent dans le milieu du cinéma. J’ai notamment eu cette préoccupation à l’esprit en jouant la maîtresse de Louis XIV dans la série «Versailles» (CANAL+). Maîtresse, certes, mais pas forcément résumée à une plastique désirable. J’ai voulu lui insuffler une psychologie complexe, riche. Il ne faudrait jamais oublier de valoriser chaque femme. «Si un jour j'atteins une notoriété suffisante pour mener des combats publics, je pense que celui-là serait l'un des plus importants pour moi.» Ça me révolte lorsque j’entends des amies dire qu’elles ont été freinées parce qu’elles sont des femmes. Les hommes doivent savoir entendre cela, sans le voir comme une attaque contre eux.»


A lire aussi:
8 mars: 5 événements pour la Journée des droits des Femmes
Carole Dechantre: «J’ai la montagne en héritage»
Le «revenge body», arme fatale des femmes plaquées


Eva Grau

Journaliste à Femina

«Quand j’achète des meubles en kit, je mets un point d’honneur à les monter seule, sans demander à un pote de m’aider – quitte à me blesser, parfois, lorsque l’objet en question est lourd. D’aucuns diront qu’il s’agit de l’expression d’un féminisme mal placé, mais le fait est que j’éprouve une grande fierté à faire mentir ce vieux cliché selon lequel les femmes ne sont pas bonnes en travaux manuels. Je ne vois pas pourquoi les hommes seraient plus doués que nous… Pour utiliser une perceuse ou une visseuse et suivre des instructions de montage, il n’y a pas besoin d’avoir de gros bras. Un cerveau suffit.»

Jean Christophe Schwaab

Conseiller National PS/VD, Dr en droit

«Sur le plan personnel, en dehors des sessions où je suis peu présent à la maison – je siège à Berne la majeure partie de la semaine –, mon épouse et moi partageons un maximum de tâches ménagères et d’éducation. Sur le plan professionnel, je veille à promouvoir des femmes à des postes à responsabilités, quitte à adapter les postes (par exemple en les transformant en temps partiel ou en job sharing), je recherche et sollicite donc activement des candidatures féminines. Et en tant que parlementaire fédéral, je m’engage pour des progrès concrets: quotas dans les directions et conseils d’administration, mesures contraignantes pour instaurer l’égalité salariale…»

Fanny Oberson

Cheffe d’édition à Femina

«En tant que maman, j’aimerais que l’égalité hommes-femmes devienne une évidence pour mes fils. L’inégalité de traitement apparaît très tôt injuste – et c’est particulièrement vrai chez les jumeaux! Mes fils auront bientôt 6 ans. Depuis qu’ils sont tout petits, je profite de situations quotidiennes susceptibles de les faire réfléchir à certains comportements ou préjugés. A leur âge, les garçons ont par exemple tendance à se sentir «supérieurs» aux filles. Evidemment, «elles jouent moins bien au foot…» (sic). OK, nous avons tous des points forts et des points faibles, mais nous pouvons toutes et tous progresser. Ce qui est injuste, c’est donc de ne pas laisser les filles jouer au foot avec eux. C.Q.F.D.»

Cristina Gaggini

Directrice romande Economiesuisse


©Michel Perret/Le Matin Dimanche

«A la tête d’une équipe de 10 personnes, j’attache beaucoup d’importance à l’égalité salariale et à l’égalité des chances de faire carrière. C’est non négociable. Contribuer à la conciliation «vie professionnelle – vie familiale», tant pour les femmes que pour les hommes. Horaires flexibles et télétravail permettent d’aménager avec intelligence les journées, sans perdre en efficacité, bien au contraire.»

Sokhna Cissé

Styliste, rédactrice mode à Femina

«Je tente d’influencer mes amies à pratiquer la solidarité féminine: s’encourager, s’entraider, faire en sorte que les femmes arrêtent de se conditionner à être compétitives entre elles. Surtout pour un homme! J’aime aussi leur suggérer la lecture de «King Kong Théorie», cet essai très engagé de Virginie Despentes, publié en 2006. Mon souhait? Que les tenants du modèle patriarcal arrêtent d’influencer nos choix vestimentaires sous prétexte qu’ils ont «des pulsions». Une femme n’aura quasi jamais de geste déplacé envers un homme qui montre son corps. Pourtant, ce ne sont pas les occasions qui manquent… Pensez aux ouvriers torses nus sur les chantiers.»

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.