Femina Logo

Clit is Good

Suzane censurée pour son clip sur le plaisir féminin

Suzane censurée pour son clip sur le plaisir féminin

«Dès que la femme prend elle-même possession de son propre plaisir, ça fait vachement peur à tout le monde.» - Suzane

© GETTY IMAGES/BERTRAND GUAY

Il n'a fallu que 4 jours à YouTube, en avril 2022, pour censurer aux mineur-e-s le dernier clip de Suzane, Clit is Good. Réalisé par Charlotte Abramow, la vidéaste belge qui a notamment scénarisé Balance ton quoi d’Angèle, ce dernier fait l’apologie du plaisir féminin dans un décor pop et poétique. Outre l’interprète, les actrices Déborah Lukumuena, Victoria Abril et Kit Picamoles apparaissent à l’écran.

Suzane, de son vrai nom Océane Colom, a beaucoup de mal à comprendre la limitation d’âge exigée par la plateforme: «Je ne pensais pas que le clip serait limité, surtout lorsque l’on voit qu’il est très facile d’accéder à du contenu pornographique sur Internet, explique Suzanne à Causette. J’ai un frère de 15 ans qui tombe beaucoup plus facilement sur ce genre de contenus, souvent malgré lui, à travers des spams, etc.»

«On apprend quoi aux plus jeunes, quand on leur dit qu’il est plus facile d’aller sur un site porno que sur mon clip?»

La raison invoquée par YouTube? Les modérateurs ont pointé du doigt le caractère sexuel et la nudité de Clit is Good. Une justification qui dépasse Suzane: «Pour moi, il s’agit d’une œuvre d’art. De me dire que mon clip est limité aux moins de 18 ans, comme une vidéo pornographique pourrait l’être, ça me choque un peu. Quand on a 15–16 ans et que l’on se pose des questions, c’est peut-être mieux de tomber sur Clit is Good que sur une vidéo qui représente la femme de manière dégradante et irréelle.»

«Le plaisir féminin, ça fait peur»

Pour Suzane, derrière cette censure, c’est surtout une pression sur le plaisir féminin qui est exercée. «On est dans une société où on éveille le plaisir des autres avec le corps de la femme, mais dès que la femme prend elle-même possession de son propre plaisir, ça fait vachement peur à tout le monde», explique la chanteuse de 31 ans au média Fraîches. Et Charlotte Abramow de rappeler que sur les six clips qu’elle a réalisés, deux ont été limités par YouTube.

Outre Clit is Good, Les Passantes de Georges Brassens, a aussi été victime de censure. Mis en ligne le 8 mars 2018, pour célébrer la journée internationale du droit des femmes, le clip a été interdit dans la foulée. «Est-ce dû aux plans métaphoriques illustrant des vulves? Au propos en général? Je l’ignore», s'interroge la réalisatrice belge. YouTube était alors revenu sur sa décision: «Ils ont dû bien se rendre compte qu’il n’y avait rien du tout…» Une pétition circule actuellement sur Internet pour demander la levée de la censure du clip de Suzane.

«L'éducation de tout le monde a tout âge sur le plaisir féminin est nécessaire, les images de ce clip sont belles, poétiques et loin d'être choquantes», note l’un-e des signataires.

Malgré ce coup dur, Suzane ne compte pas s’arrêter là. Elle prévoit d’écrire de nouvelles chansons sur la condition et la place des femmes. Le deuxième album de la chanteuse devrait sortir à la fin de l’été, après la saison des festivals où elle dévoilera ses nouveaux tubes en avant-première. La jeune femme fera également un crochet par la Suisse: on pourra l’applaudir à Festi’Neuch le 12 juin 2022.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Muriel vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E87: Comment apaiser l'éco-anxiété

Dans vos écouteurs

E86: Comment mieux communiquer ses désirs, en couple

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné