Femina Logo

news société

Slascher.ch, l'annuaire numérique dont rêvaient tous les indépendants suisses

Slaschers

«Je pense que la société actuelle accorde une importance nouvelle au fait d’être heureux au travail: c’est là-dedans que les gens cherchent à se repositionner, et le job conventionnel très cadré ne leur convient plus vraiment. Ils ont envie de se lâcher, d’être plus heureux, et de vivre leur vie d’une manière qui les épanouisse, quitte à gagner moins d’argent.»

© Rawpixel / Unsplash

Ecrivain public, professeur de bonnes manières, menuisier, Père Noël, organisatrices de placards, déblayeur de neige… tous ces métiers existent, et sans doute les talentueuses personnes qui les exercent se trouvent-elles tout près de chez nous! Mais comment les trouver? Telle est l'épineuse question... Afin d’offrir une vitrine accessible à ces indépendants ou «freelancers», Myriam Delouvrier et Grégoire Oberle, deux jeunes Romands, ont créé Slascher.ch, une plateforme gratuite servant d’annuaire numérique, dont le but est de répertorier tous ces business, du plus classique au plus unique. Et afin de valoriser les «slashers» (les professionnels exerçant simulntanément plusieurs activités totalement différentes), chaque profil inscrit sur le site pourra créer un nombre illimité d'annonces, afin de promouvoir chacune de ses actitivés: par exemple, une pâtissière/photographe/illustratrice pourra réprertorier ses trois savoir-faire sur la même plateforme.

Bref, si vous cherchez un savoir-faire particulier tout près de chez vous, ou si vous souhaitez vendre vos propres services, ne cherchez plus: on a trouvé le «Google» des métiers indépendants! Allez, il ne nous reste plus qu'à nous lancer dans la confection de cette ligne de bonnets en laine, dont on rêve depuis l'Uni, mais qu'on a toujours eu trop peur de commencer...

Comment la génération «slash» jongle avec ses jobs

Rencontre avec Myriam Delouvrier, co-fondatrice de Slascher.ch

FEMINA Selon vous, d’où vient cette nouvelle génération de «slashers»?
Myriam Delouvrier
Je pense que la société actuelle accorde une importance nouvelle au fait d’être heureux au travail: c’est là-dedans que les gens cherchent à se repositionner, et le job conventionnel très cadré ne leur convient plus vraiment. Ils ont envie de se lâcher, d’être plus heureux, et de vivre leur vie d’une manière qui les épanouisse, quitte à gagner moins d’argent. J’y vois vraiment une tendance actuelle, et je pense que les entreprises finiront par devoir s’adapter progressivement à la nouvelle vague d’indépendants. D’ailleurs, elles y gagneraient, puisque cela leur permettrait de puiser dans tout le potentiel de leurs employés! Au fond, nous avons tous de quoi devenir «slasher», nous possédons tous un savoir-faire particulier, quel qu’il soit!

Ainsi, la frontière entre hobby et carrière a-t-elle tendance à se flouter de nos jours?
Je dirais que nous éprouvons de plus en plus l’envie de s’amuser au travail: l’emploi se détache de plus en plus de cette notion rébarbative de corvée, de «tâche»…

On a envie de s’amuser, même s’il nous faut pour cela baisser notre taux de travail, et se consacrer à une activité qui ne rapporte quasiment rien, au début. Ce changement de paradigme représente un luxe que nous avons la chance de pouvoir nous permettre, tandis que d’autres cultures conçoivent toujours le travail comme une difficulté, un dur labeur valorisant.

Faut-il être sa propre patronne pour être heureuse?

Qu’est-ce qui vous a donné l’idée de créer Slascher.ch?
Mon associé et moi avons toujours été admiratifs des indépendants, qui parviennent à faire de leur passion une activité professionnelle rentable. Nous nous sommes rendus compte que Google n’est pas un outil de recherche illimité: il existe plein d’informations qu’on ne peut pas y trouver! Par exemple, si l’on cherche un menuisier tout près de chez nous, on risque d’avoir beaucoup de mal à le trouver!

Afin de combler ce manque, nous voulions faciliter la recherche des métiers usuels, ainsi que de services de niche qui sortent de l’ordinaire. Il était très important pour nous de valoriser le travail de ces passionnés, de leur offrir de la visibilité, et de les aider à se faire connaître du grand public. Non seulement, leurs services sont visibles et accessibles, mais ils peuvent aussi recevoir des évaluations et des commentaires qui leur permettront de se distinguer. Cela permet aux gens de faire un choix plus avisé, en lisant les remarques des clients précédents.

Comment fait-on pour publier une annonce sur la plateforme?
C’est très simple! Il suffit de créer un profil, grâce auquel on pourra publier autant d’annonces différentes qu’on le souhaite. Nous ne demandons que quelques informations personnelles (description du savoir-faire, site web etc...), afin de faciliter le contact entre le professionnel et ses clients potentiels, et l’inscription est totalement gratuite! Le contact se fait directement entre le client et le prestataire de service, de même que le paiement. Nous ne servons qu’à rendre accessibles ces services au grand public, c’est eux qui font le reste.

Travailler avec et pour des indépendants nous motive énormément: les personnes qui s’inscrivent sur la plateforme sont animées d’une énergie et d’un engagement débordants. Ce sont de véritables passionnés!

Freelancing: 15 conseils pour enfin se lancer

Quel profil de personnes rencontrez-vous?
De tout! Nos slashers viennent de tous les cantons et proposent des services complètement différents! Grâce à ce projet, nous avons découvert des métiers incroyables dont nous ne soupçonnions même pas l’existence! Je dirais que la majorité des personnes inscrites se situent aux alentours de 35 ans et plus: peut-être que cela s’explique par le fait qu’il faut une certaine maturité, et une bonne expérience professionnelle pour se mettre à son compte… sans parler des économies nécessaires à assumer le passage à l’indépendance. Mais il y a aussi des jeunes et des retraités.

En termes de professions, je peux vous citer quelques exemples, au hasard! On a par exemple une chanteuse de chansons polissonnes, un guide de la ville de Gruyère, un déblayeur de neige professionnel, un fabricant de skis en bois, des tatoueurs, des Pères Noël (particulièrement difficiles à trouver), des conteuses ou des conteurs, des masseuses de femmes enceintes... la liste est infinie, il y a tellement de talents, par ici!

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.