Femina Logo

news société

#saggyboobsmatter, un hashtag pour rendre hommage aux seins qui tombent

#saggyboobsmatter, un hashtag pour rendre hommage aux seins qui tombent

Longtemps complexée par sa poitrine, Chidera Eggerue l'assume désormais totalement.

© Twitter theslumflower

Assumer une poitrine différente? Bon courage! Car entre la publicité, les médias et les affiches placardées juste sous notre nez, pas facile de s’accepter si l’on n’a pas les seins fermes, hauts perchés… et blancs. Chidera Eggerue en a fait la difficile expérience lorsqu’elle a commencé à s’acheter des sous-vêtements à l’adolescence. Malgré les jolis soutiens gorges qu’elle s’offrait, sa poitrine ne ressemblait jamais à celles des mannequins. La jeune femme a ainsi commencé à se sentir complexée. Très vite, elle a décidé de s’offrir une mammoplastie dès qu’elle trouverait un travail lui permettant de financer l’opération.

Son champ de bataille? Les réseaux sociaux

Par chance, Chidera a finalement changé de stratégie. A 19 ans, elle a ainsi choisi d’essayer de s’accepter telle qu’elle était. Son mot d’ordre? Body positive. C’est de cette façon qu’est né son hashtag #saggyboogsmatter (les seins qui tombent comptent). Sur les réseaux sociaux, elle partage régulièrement des photos de ses looks (hyper pointus) et des tweets dans lesquels elle n’hésite pas à se moquer d’elle-même et de ses détracteurs:

La prochaine fois qu’un mec te demande pourquoi tes seins tombent, demande-lui pourquoi ses couilles pendent.

#ChubbyCheekGang: le «club des grosses joues», un mouvement body positive à suivre

Très rapidement, Chidera a reçu de nombreux messages d’encouragement et de remerciement venus du monde entier. «De jeunes adolescentes aux mères qui ont allaité, elles ont vu dans sa liberté une possibilité de s’affranchir de leurs complexes et de leurs soutifs», note «Madmoizelle». Internet ne serait pas ce qu’il est sans ses haters, des mots moins sympas d’hommes et de femmes se moquant de son physique ou lui demandant d’aller se rhabiller lui sont aussi parvenus…

On ne la fait pas à Chidera...

Pire: le compositeur nigerian Don Jazzy n’a pas hésité à s’approprier une photo de la jeune femme pour noter les corps féminins du plus beau (Rihanna) au moins avenant (Chidera). Fatiguée de ce body shaming gratuit, Chidera lui a répondu sur Twitter… et l’artiste s’est ainsi vu contraint de lui présenter ses plus plates excuses.

Le mouvement qu’elle a elle-même initié a, depuis, totalement changé son quotidien. Quand elle n’écrit pas d’inspirants billets sur son blog, elle parcourt le monde pour donner des conférences. Son message, quant à lui, est resté le même: pour être heureux, acceptons-nous tel que nous sommes. Avec ou sans les seins qui tombent.

#FeminaOpinion: les vergetures, c'est normal (alors laissez-les tranquilles!)

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.