sexo

    Comment dépasser ses complexes et s’assumer complètement au lit?

    Cette semaine, Camelia Sutra conseille Stéphanie, une jeune femme complexée par la taille de ses seins, qui se sent «bloquée» lors de ses ébats sexuels. 

    Publié le 
    15 Novembre 2017
     par 
    Camelia Sutra

    Chère Camélia,

    Je vous écris pour vous parler d’un complexe qui gâche ma vie sexuelle: je n’aime pas mes seins! Je les trouve trop petits, et cela me dérange au point de demander à mon copain d’éteindre la lumière avant de me déshabiller. Il se montre rassurant et m'affirme sans cesse qu’il adore mon corps… mais je n’y peux rien, je suis bloquée, surtout lors de la position d’Andromaque, lorsque je vois mes seins «se balancer». Impossible d'arrêter d'y penser. Comment faire pour dépasser ce complexe?

    Merci d’avance pour votre réponse,

    Stéphanie

     

    Chère Stéphanie,

    Merci beaucoup pour votre message. Je suis navrée d’apprendre que ce complexe vous empêche de vivre une sexualité totalement épanouie, mais je peux aussi vous assurer que vous n’êtes pas seule: nous sommes toutes, je dis bien T-O-U-T-E-S dotées d’une particularité physique que nous préférerions modifier. Qu’une chose soit bien claire, ma chère Stéphanie: ce que vous considérez comme des imperfections sont les éléments qui vous rendent unique au monde. Mais d'où viennent-ils, ces complexes? De remarques qu'on vous a faites, dans le passé? Des commentaires désobligeants d'un ex ou d'un proche? D'une comparaison avec d'autres femmes dotées d'une silhouette différente de la vôtre? Il serait peut-être judicieux d'identifier la source du problème, afin de mieux le résoudre. 

    A moins de s’appeler Gigi Hadid (et d’être le fruit d’une fusion quasi-divine de génétique et de chance), chaque femme s’est déjà posé des questions quant à l’apparence de son corps, lorsque celui-ci se dénude face à un partenaire sexuel. Vous connaissez bien la chanson: les unes se plaignent de leurs cuisses, tandis que les autres passent des heures à contempler leur ventre, face au miroir. Des études psychologiques ont démontré que nous sommes incapables d’évaluer notre physique de façon objective, et que notre vision en est irrémédiablement faussée.

     

     

     

    La pression de la nudité

    Ôter ses vêtements, s’abandonner au plaisir et accepter de partager son intimité avec l’autre, revient également à oser se montrer vulnérable, et à révéler des recoins de notre personne que nous gardons habituellement pour nous. Evidemment, cela peut susciter d’innombrables questionnements: va-t-il remarquer cette vergeture? Et ce petit bourrelet? Suis-je bien épilée? Sans parler de certaines positions qui nous imposent des «angles» de vue plus embarrassants que d’autres. Mais n’oubliez pas que vous êtes deux à vous dévoiler: votre amoureux se présente à vous dans des positions tout aussi «acrobatiques». Et passez-vous votre temps à observer chaque détail de son corps? Non!

    Si des positions telles que l’Andromaque vous gênent, commencez par en tester des variantes, qui vous permettront sans doute de vous sentir plus à l'aise et de réaliser qu’il n’y a aucune raison d’être gênée: tous les seins au monde, petits ou gros, finissent par «se balancer» dans certaines situations. Je peux vous conseiller par exemple de tenter «la déesse» (vous vous redressez sur votre partenaire, pour atteindre une position quasiment assise, en gardant le dos plus ou moins droit) ou encore «L’union du papillon» (il vous suffit de vous pencher légèrement en arrière pendant l’Andromaque, et de poser vos mains derrière vous, afin de tenir l’équilibre plus facilement).

    La taille ne compte pas

    Vos seins, vous les trouvez trop petits, comme une autre femme pourrait trouver les siens trop gros, trop pointus, trop asymétriques... Pourquoi tant de panique? Selon une étude réalisée début 2017 à Prague, le type de poitrine préféré des hommes serait… les seins ronds (donc pas triangles, ni carrés, mais ronds. Euh, des seins, quoi!). Aucune mention de la taille n’est faite, dans la mesure où chacun, homme ou femme, possède des goûts qui lui sont propres. Oubliez les canons de la beauté, popularisés durant les années 90, qui tendaient à assimiler décolleté pigeonnant et «apogée du sexy».

    Une autre étude, réalisée en automne 2017 par le site «Pornhub» révèle en effet que les «Millenials» (une génération née bien après l’heure de gloire d’une certaine Pamela) s’en fichent complètement de la taille des seins! Apparemment, la consommation de contenus pornographiques focalisés sur cet atout aurait baissé de façon drastique ces dernières années. Bien que les poitrines généreuses soient toujours largement appréciées par certains, il semblerait que le phénomène de mode soit tout simplement passé.

     

     

     

    Mettre ses atouts en valeur

    Tout cela est bien beau, mais vous êtes probablement la seule à pouvoir vaincre cette «fixette»: effectivement, le regard, même adorateur, de notre partenaire sexuel, ne suffit pas toujours à nous faire oublier nos petits complexes. Le «déclic» doit venir de vous; après tout, votre corps vous appartient, à vous seule.

    Croyez votre amoureux lorsqu’il vous affirme qu’il «adore votre corps» et apprenez à l’adorer aussi! Inspirez-vous de personnalités dotées de petites poitrines telles que Keira Knightley ou Chiara Ferragni. Copiez leurs choix de tenues et de sous-vêtements. Abusez malicieusement des possibilités que vous offre votre décolleté discret: à vous les magnifiques brassières en dentelle, cols en «V» plongeants (qui ne sont jamais vulgaires sur de petits seins) et n’hésitez pas à tenter le «no bra» comme Chiara ou Kendall. Plus vous vous sentirez en harmonie avec votre silhouette, plus vous parviendrez à l’assumer sous la couette.

    Et n’oubliez jamais, Stéphanie: le sexe est avant tout une partie de plaisir! Tentez de faire taire ces petites voix médisantes, ralentissez le flux de vos pensées et concentrez-vous uniquement sur votre partenaire, et sur les sensations que vous procure la fusion de vos corps. Vous voir épanouie, détendue et vivant pleinement l'instant présent le rendra complètement fou, au point où il ne pourra plus détourner les yeux de votre corps (seins y-compris!).

    Avec toute mon affection,

    Camelia Sutra

    Vous souhaitez poser une question à Camelia Sutra? N'hésitez pas à lui envoyer un petit mail. Anonymat garanti! 

    (Nous précisions que ces lignes ne sont pas rédigées par un sexologue.) 


    A lire aussi: 
    Après 4 ans de relation, je me suis lassée du sexe
    Je n'arrive pas à avoir d'orgasme avec mon mec: que faire?
    #FeminaOpinion: Non, messieurs, la femme parfaite ne se résume pas à un physique!

    A lire également
    Cinquante ans après la libération sexuelle, une inégalité forte persiste entre hommes et femmes dans l’accès à l’orgasme.
    O
    blair waldorf gossip girl bed sleep
    Comment les déclencher, les contrôler, les expérimenter? Camelia Sutra vous répond.
    O
    Camélia Sutra répond à Mylène, qui s'inquiète de ne pas parvenir à atteindre le septième ciel durant ses rapports.
    O
    En Suisse
    Les meilleures adresses gourmandes de Suisse romande où savourer un repas festif le dimanche matin.
    O
    Voyage
    Vous aspirez davantage à des vacances plus green, sans (trop) de traînées de kérosène pour y arriver? Cette sélection de lieux est faite pour v(n)ous.
    O
    Cuisine
    Dans les Grisons, une ferme salmonicole durable offre un poisson de qualité qui se retrouve sur la table des restaurants.
    O