Femina Logo

Upcycling

Les filières du second hand sont complètement saturées

Second hand fashion shanna camilleri unsplash

Les gens ont vidé leurs armoires durant la pandémie et le marché mondial du vêtement de deuxième main est au bord de l'implosion.

© Shanna Camilleri / Unsplash

Vous avez sans doute profité du semi-confinement pour trier et épurer radicalement votre dressing et vous n’êtes pas les seuls. En réalité, les filières de récupération de textile sont saturées et le marché est au bord de l’implosion. Selon une enquête du Tages-Anzeiger et de la Basler Zeitung, la quantité de vêtements jetés a augmenté significativement, soit 3000 tonnes de plus en 2 mois que la moyenne. Martin Böschen, directeur de Texaid, estime que les stocks dans le monde sont trois fois plus élevés que la normale et qu’il faudra deux ans pour revenir au niveau initial.

Le leader de la récupération en Suisse a collecté environ 36 000 tonnes de vêtements d’occasion l’année dernière, le numéro deux, Tell-Tex, 18 500! Les entreprises ne savent plus qu’en faire. Durant le Covid, le tri et l’écoulement étaient impossibles, les filières à l’étranger étant en stand-by, obligeant les entreprises suisses à louer des entrepôts de stockage supplémentaires. Les prix des marchandises lui-même est en chute libre. Pire, les gens ont aussi profité de jeter des ordures dans les containers destinés aux vêtements et chaussures, capsules de café, objets cassés, matériel informatique, ce qui entraîne de nouveaux frais de triage et recyclage.

Fast Fashion pointée du doigt

Autre problème, la mauvaise qualité des habits issus de la fast fashion les rend impropres à un usage de deuxième main et ils finissent incinérés. En moyenne, Texaid se targue d’avoir un taux de second hand de 65% contre une moyenne de 45 à 50% dans le reste de l’Europe, selon son site Internet. Les 35% restants sont trop abîmés mais la moité environ soit 15% peuvent être transformés en chiffons utiles pour l’industrie.

Ces marchandises étant au final considérées comme des déchets ménagers, elles pourraient bien être taxées dans le futur pour compenser les frais liés à leur élimination, comme les appareils électroniques et électroménagers. Certains pays étudient cette option, mais ce n’est pas encore le cas en Suisse, toujours selon le Tages-Anzeiger.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Valérie vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

Episode spécial: Interview d'été avec Juliane et Ellen

Dans vos écouteurs

E37: Mieux comprendre et gérer l'hypochondrie

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina