Femina Logo

Beauté

L'édito de Géraldine Savary: «Tout un monde dans un sourcil»

Edito geraldine savary redactrice en chef femina

«Arrêtons-nous un instant sur le sourcil. Parce que comme pour les taux d’intérêt et les marchés boursiers, il est soumis à des tendances qui racontent, de subtile manière, la place de la femme dans la société.» - Géraldine Savary

© ELSA GUILLET

Ça n’a l’air de rien un sourcil. Un horizon qui soutient le regard. Une ligne sur laquelle on jette à peine un œil si ce n’est pour enlever les poils superflus ou éviter que, trop longs, ils ne plongent dans le café. Personne ne dit «tu as de beaux sourcils», son tracé n’est pas discuté dans les soirées ou les repas de famille, à peine contesté. Optimistes que vous êtes, détrompez-vous. Pour nous qui suivons la mode, la beauté et les sujets d’actualité, le diable se cache dans les sourcils. Je veux dire par là que les rapports entre les genres, les aspirations collectives, les libertés ou les entraves que les êtres humains construisent ou s’imposent s’impriment sur nos peaux.

Et pour les femmes plus encore, tant le corps féminin traduit l’état de santé du monde et la manière qu’il a de les respecter.

Donc, arrêtons-nous un instant sur le sourcil. Parce que comme pour les taux d’intérêt et les marchés boursiers, il est soumis à des tendances qui racontent, de subtile manière, la place de la femme dans la société. Cléopâtre en a fait une arme de séduction, Greta Garbo un mystère, Frida Kahlo le marqueur de son identité et de son indocilité, et on se souvient des sourcils de la première ministre israélienne Golda Meir qui rivalisaient avec ceux de Leonid Brejnev ou de Georges Pompidou. Depuis quelques années, on croyait passée la période des injonctions en tous genres et que cet appel à la liberté allait libérer les corps et, en passant, le sourcil. La ligne du front n’était plus une démarcation. Poilus, fournis, broussailleux ou fins, nos sourcils vivaient leur vie, accompagnant ainsi les revendications féministes pour plus d’autonomie.

Sourcils masqués

Foin de ces forêts désormais. Cette année, selon les oracles, on reviendrait au sourcil des années nonante, épilé, domestiqué, transparent. Ça me fait sourciller. Cette norme, conjuguée au retour des silhouettes ultra-minces limite anorexiques et des joues creusées artificiellement par la chirurgie esthétique, ne serait-elle pas un message de plus ample portée? Du style: Mesdames, réduisez votre puissance, supprimez votre animalité, effacez de votre silhouette et de votre visage les masses, la force, le caractère, les lignes tranchantes, la visibilité. Masquez ce sourcil, rentrez dans le rang.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

La Rédaction vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

Tout va bien E89: Comment mieux comprendre nos rêves

podcast astrologie

Recto-Verseau: Les prévisions de l'année 2023 pour tous les signes

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné