Femina Logo

Société

L'édito de Géraldine Savary: «Au secours, je dois m’occuper de mes primes»

L'édito de Géraldine Savary

«Comme la moyenne des gens vous n’êtes allée que quatre fois chez le médecin cette année, alors que vos cousins allemands, autrichiens, français, italiens ont consulté plus de huit fois.» - Géraldine Savary

© ELSA GUILLET

La date fatidique du 30 novembre se rapproche et vous procrastinez. Vous avez mis de côté le courrier de votre assureur qui vous informe de la prime maladie pour l’année prochaine. Chaque matin, vous passez devant, la lettre clignote sur la table de la cuisine, ouverte, dépliée, en attente. Chaque matin vous vous dites que vous vous en occuperez ce week-end. En même temps, ça serait tellement mieux si vous passiez votre dimanche à prendre soin de votre santé justement, à faire les 12 000 pas préconisés par ledit assureur pour prévenir les risques cardiovasculaires. Vous êtes prête à affronter l’hiver qui fond sur vous plutôt que d’avoir à comparer les caisses, à comparer ceux qui comparent les caisses, à oser les modèles qui font baisser la facture, à faire péter la limite de votre franchise. Après, il faudra remplir le nouveau contrat, cocher des cases, timbrer l’enveloppe en recommandé, l’amener dans le bureau de poste le plus proche, enfin, pour autant qu’il n’ait pas été supprimé.

En plus, manque de pot, cette année l’aîné devient adulte. Ça ne vous saute pas aux yeux au quotidien: il végète toujours à la maison, commence de longues études qui sont pour votre pomme, mange comme quatre. Sa prime atteint désormais le même montant que celle de vos vieux parents alors qu’il reste le petit ange que vous avez mis au monde dans la joie et l’insouciance.

Génériques et médecin de famille

Le système de santé ne voit pas l’amour pareil. Il vous dit que vous et votre progéniture coûtez trop cher, que vous dépensez trop, Pourtant, comme la moyenne des gens vous n’êtes allée que quatre fois chez le médecin cette année, alors que vos cousins allemands, autrichiens, français, italiens ont consulté plus de huit fois. Vous n’avez pas couru aux Urgences, vous avez consommé des médicaments génériques, consulté votre médecin de famille. Ce n’est quand même pas votre faute si votre petite toux s’est transformée en bronchite aiguë.

Vous vous mettez à table, vous penchez sur les documents. Télémédecine? HMO? Premier diagnostic par téléphone? 300 francs, 500 francs, 2500 francs la franchise? Assurance complémentaire? Votre tension artérielle sursaute, la migraine monte. Ça rend malade de changer d‘assurance.

Retrouvez l'édito de Géraldine Savary tous les dimanches dans le magazine Femina.

Géraldine vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E94: Les bienfaits du jeu vidéo sur notre épanouissement

Dans vos écouteurs

Tout va bien E89: Comment mieux comprendre nos rêves

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné