Femina Logo

news société

Le «stealthing», l'inquiétante pratique sexuelle dont on ne parle pas assez

Getty Images 91557905
© Getty

Le magazine américain «Teen Vogue» relayait l'information sur son site, le 22 avril 2017, et la nouvelle nous a donné des frissons d'horreur: une inquiétante étude réalisée par Alexandra Brodsky, publiée le 20 avril dans le «Columbia Journal of Gender and Law», attire notre attention sur l'existence d'une tendance sexuelle, nommée le «stealthing».

Ce terme désigne le fait, pour un homme, de retirer son préservatif au beau milieu d'un rapport sexuel, et cela à l'insu de sa partenaire. En effet, le terme «stealth» est un adjectif anglais utilisé pour qualifier des actions menées furtivement et en secret. Puisque la femme n'a pas consenti à entretenir un rapport non-protégé, cette pratique est considérée comme étant une forme d'abus sexuel et, dans certains cas, un viol.

Comme une impression de déjà-vu...

L’idée seule fait froid dans le dos, d’autant plus que ce concept horrifiant nous rappelle quelque chose:

En effet, en janvier 2017, un Français de 47 ans était condamné à douze mois de prison pour avoir retiré son préservatif pendant l’acte, sans le consentement de sa partenaire, une Suissesse rencontrée sur Tinder. Le Tribunal correctionnel de Lausanne avait assimilé ce rapport non protégé à un viol. Il s’agissait d’une première en Suisse.

Révélations de l'enquête

C'est en écoutant, bouche-bée, les récits que lui confiaient plusieurs de ses amies qu'Alexandra Brodsky s'est lancée dans la fameuse étude. Après avoir récolté de nombreux témoignages de femmes victimes du «stealthing», elle s'est également aventurée dans les recoins obscurs de la Toile, où certains sites encouragent les hommes à pratiquer cet acte aberrant. Le phénomène, encore plutôt méconnu, est pourtant bien réel et devrait être pris au sérieux: il augmente évidemment le risque de contracter une maladie ou une infection sexuellement transmissible, et rend également possible une grossesse non souhaitée.

Confrontée à un tel acte, il arrive souvent qu'une femme se sente maltraîtée, violée et trompée. Ainsi, il est crucial de souligner l'importance du consentement dans toute situation intime, même lorsque les deux individus concernés entretiennent une relation de couple.

Enfin, dans son étude réalisée à l'Université de Yale, Alexandra Brodsky suggère que cette pratique représente, pour certains hommes, une manière de répandre leur «semence», dans une vision totalement dominatrice du rapport sexuel. Par le biais de son travail, déjà massivement partagé sur les réseaux sociaux, elle souhaite donner aux victimes du «stealthing» le courage d'en parler, afin de faire cesser cette pratique horrifiante.


A lire aussi:
Violées et présumées coupables
Abus sexuels: comment surmonter le passé?
«Je suis ordinaire», le court-métrage révoltant qui dénonce le viol conjugal

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.