Femina Logo

Il y a quelques jours, un photomontage mettant en scène Wentworth Miller a fait son apparition sur les web. Le corps de l’acteur, tatoué et musclé du temps de la série «Prison Break», faisait face à celui qui a été le sien quelques années plus tard, bien plus en chair et victime d’un certain embonpoint.

La légende indique: «Quand tu t'évades de prison et que tu trouves le Monopoly McDonald's.» Très affecté par ce cliché, l’acteur de 43 ans a réagi sur sa page Facebook:

Aujourd’hui, je me suis trouvé être le sujet d’un mème. Ce n’est pas la première fois. Celui-ci, cependant, sort du lot. En 2010, en retrait de mon métier de comédien, je me faisais discret pour plusieurs raisons. Premièrement et avant tout, j’étais suicidaire. C’est un sujet sur lequel j’ai écrit, parlé, partagé. Mais à ce moment-là, je souffrais en silence. Comme beaucoup. L’étendue de mon combat est connue de très, très peu de gens.

La nourriture, un refuge

La star, qui a fait son coming-out en 2013, confie lutter contre sa dépression depuis l’enfance. «Une voix dans ma tête me menait en bateau, vers l’autodestruction, poursuit-il. C’est une bataille qui m’a coûté du temps, des opportunités, des relations et un millier de nuits blanches.» A la recherche d’un moyen d’évacuer son mal-être, Wentworth se tourne vers la nourriture, conscient que ça aurait pu être n’importe quel autre échappatoire: la drogue, l’alcool ou le sexe. «Manger était la seule chose que j’avais hâte de faire», écrit-il.

En 2010, le jour où il se fait photographier par des paparazzis, Wentworth est au plus mal. L’humiliation l’atteint de plein fouet, lorsqu’un magazine publie ces clichés et que sa mère découvre alors son état physique et mental. Désormais, le jeune homme parvient à regarder ces photos volées d’un autre œil: «Dans cette image de moi avec mon T-shirt rouge, un sourire rare sur mon visage, je me rappelle de mon combat. Mon endurance et ma persévérance face à toutes sortes de démons.»

Une honnêteté sans faille

Certes, il avoue avoir eu «mal au cœur» en voyant cette photo refaire à nouveau le tour des réseaux sociaux. Mais Wentworth a dépassé cela:

Le sens que j’ai donné à cette image est la Force. La Guérison. Le Pardon. Si vous, ou quelqu’un que vous connaissez, êtes en train de lutter, de l’aide est disponible. Tendez le bras. Envoyez des messages, des mails. Prenez votre téléphone. Quelqu’un se sentira concerné. Ils attendent de pouvoir vous entendre.


A lire aussi:
Une artiste photographie le body-shaming dont elle est victime
«Fat shaming»: Rachel Cateyes déculpabilise les rondes
Test: pour quelle raison grossissez-vous?

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E24: Oser dire "non" sans culpabiliser

Si vous êtes du genre à accepter toutes les sorties, à prêter main forte dès que vous en avez l'occasion et à éviter l'articulation d'un simple «non», cet épisode est fait pour vous. Une psychologue nous explique comment établir des limites (au travail ou en privé), clarifier nos propres besoins et créer le parfait équilibre entre le «oui» généreux et le «non» libérateur. Car ce petit mot délicat peut parfois s'avérer essentiel. 

Dans vos écouteurs

E23: Comprendre notre microbiote intestinal pour mieux le soigner

S'il vous arrive de vous poser des questions sur votre digestion, cet épisode est fait pour vous. Le Professeur Gilbert Greub, Directeur de l'Institut de Microbiologie du CHUV, nous explique le fonctionnement du microbiote intestinal, corrige certaines de nos idées reçues et nous rassure sur de nombreux points. On en parle enfin, pour se sentir mieux (et éclairé) ensuite!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina