santé

    Une artiste photographie le body-shaming dont elle est victime

    En surpoids, Haley Morris-Cafiero se sentait toujours jugée par les passants. Elle a voulu démontrer leurs regards dédaigneux et désapprobateurs sur son corps.

    Publié le 
    22 Mars 2016
     par 
    Muriel Risse

    Chaque jour ou presque, Haley Morris-Cafiero se sent exclue. La raison? Les inconnus qui n’hésitent pas à jeter des regards désapprobateurs et/ou moqueurs sur son physique. Il y a 6 ans, l’artiste de 40 ans a décidé de débuter une série photo dans laquelle elle se met en scène. Son nom? «Wait Watchers».

    Tout a commencé alors qu’Haley projetait de photographier des touristes dans des lieux touristiques. «J’ai posé mon appareil à Time Square, raconte-t-elle. Lorsque j’ai reçu le film développé, je me suis rendu compte qu’un homme se moquait ouvertement de moi.» La photographe a ainsi changé d’objectif et s’est attelée à continuer son projet dans différentes parties du globe: le Pérou, Berlin, Prague, Paris et Panama. Triste verdict: le body-shaming sévit aux quatre coins de la planète.

    Elle a tiré un livre de ses clichés. Dans ce dernier, elle répertorie des commentaires et e-mails reçus, tant négatifs que positifs. Deux exemples: «Tas de lard, lâche les beignets et va courir: ça me rend malade de simplement te regarder», «Tu es brillante, incroyable et courageuse, je comprends de tout cœur l’intention de ce magnifique projet».

    Ode aux différences physiques

    Malgré les centaines de mots très durs, Haley ne s’est pas découragée. «Je sais que la section commentaires est un paradis pour les personnes cruelles, mais je trouve aussi cela hilarant de voir le temps que peuvent perdre les gens à me donner leur opinion sur moi-même. Je me fiche de la manière dont on me voit, je m’aime telle que je suis.»


    A lire aussi:
    #Bodylove: la jolie campagne pour célébrer le corps des femmes
    Le «revenge body», arme fatale des femmes plaquées
    Vidéo: qu'aimeriez-vous changer à votre corps?

    A lire également
    sonia arnal rédactrice en chef femina éditorial blessure épaule
    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien, avec humour et ironie.
    O
    thés détox tisane amincissante instagram
    C’est en tout cas ce que souhaitent plusieurs scientifiques.
    O
    Cuisine
    Des plats sains, beaux et surprenants: voilà les exigences des foodies du moment.
    O
    Voyage
    Le froid, la neige… la météo nous donne envie de nous téléporter sous des cieux plus cléments. C’est le moment idéal pour booker nos futures vacances
    O
    News loisirs
    Pour inviter le soleil dans notre assiette, en découvrant des saveurs venues des quatre coins du monde!
    O