Femina Logo

Les journées de Danielle Siegfried, 28 ans, durent bien plus de 24 heures en ce moment. Entre son métier de diététicienne, les cours qu’elle donne aux élèves du secondaire et son engagement pour la grève du 14 juin, son agenda déborde. Mais elle ne manque jamais une occasion pour parler de la manifestation, des impacts attendus et des combats menés au quotidien par les femmes.

Une grève pour «accélérer le rythme»

Danielle, qui habite dans les environs de Porrentruy, est fière de l’association interjurassienne pour la grève des femmes, qu’elle co-préside:

«Dans notre comité, chaque parti politique est représenté, de l’UDC à l’extrême gauche, explique-t-elle. C’est un mouvement qui nous concerne toutes, quelles que soient nos affinités, nos origines, notre parcours.»

Et pour la jeune femme, pas question de s’arrêter après le 14 juin. «Ce n’est que le début, s’exclame-t-elle. Avec cette belle solidarité, nous allons pouvoir continuer d’avancer ensemble et de nous battre pour les changements que l’on veut voir dans notre société.» Car selon Danielle, il est capital d’accélérer le rythme. «La grève permettra de faire cela, comme ça a été le cas en 1991, espère-t-elle. Les nombreux impacts qui ont suivi sont très encourageants.»

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Muriel vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E51: Comment renforcer notre endurance mentale

Dans vos écouteurs

E50: Être en couple, en temps de pandémie

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné