Femina Logo

Refaire la grève? Marianne Ebel, 71 ans, attendait impatiemment que l’occasion se présente à nouveau. «La mobilisation de 1991 a eu un véritable impact sur les lois et la vie des femmes, explique la retraitée neuchâteloise. Il était temps de remettre le couvert, on n’en peut plus de voir nos droits être ainsi bafoués.»

«Ensemble, on est plus fortes»

Leana, 38 ans, partage complètement le point de vue de sa maman. «Faire la grève, ça vaut vraiment la peine, note-t-elle. Ensemble, on est plus fortes.» Avec Marianne, elle s’est immédiatement engagée dès la création du comité pour la grève du 14 juin. «C’est un mouvement extrêmement inclusif qui concerne toutes les femmes, quels que soient leur origine, leur orientation sexuelle, leur permis.»

«On aborde toutes les questions possibles, comme par exemple les droits des femmes migrantes, les problématiques LGBTQI, l’égalité salariale, les violences conjugales, le partage des tâches domestiques, etc.»

Et après le 14 juin? «La lutte ne sera pas terminée, nous n’allons rien lâcher», promettent-elles en chœur. Sans compter sur le renfort à venir de deux petites filles déjà sensibles aux luttes féministes.

Muriel vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.