Femina Logo

Essena O’Neill a 19 ans. Jusqu’à peu, elle comptabilisait 500 000 followers sur Instagram, 200 000 sur YouTube et 60 000 sur Snapchat. Mais il y a quelques semaines, la jeune Australienne connue pour son physique irréprochable a décidé de changer totalement de cap. Elle a ainsi remplacé la légende de ses photos Instagram par «la vraie vie», fustigeant les posts financés par des marques et le temps passé à obtenir LE cliché parfait. Quelques exemples:

«J’avais de l’acné et beaucoup de maquillage. Je souriais parce que je pensais être jolie. Le bonheur basé sur le physique va étouffer votre potentiel.»

«J’ai pris la pose 100 fois pour que mon ventre ait l’air beau. Je n’avais pas mangé de la journée. J’ai crié sur ma petite sœur pour qu’elle continue à me photographier jusqu’à ce que je sois satisfaite du cliché.»

«S’il vous plaît, likez cette photo, je me suis maquillée, j’ai bouclé mes cheveux, j’ai enfilé une robe moulante et porté des bijoux très gros et inconfortables. J’ai pris 50 clichés avant d’en obtenir un que vous pourriez apprécier, puis je l’ai modifiée durant des heures sur différentes applications, juste pour me sentir aimée de vous. Il n’y a rien de réel là-dedans!»

«Il n’y a rien de zen à essayer d’avoir l’air zen, à prendre une photo où l’on a l’air zen et à prouver sa zénitude sur Instagram.»

Dans un communiqué, elle explique avoir définitivement quitté YouTube, Tumblr et Instagram et supprimé «2000 photos qui ne servaient qu’à m’autopromouvoir. Sans m’en rendre compte, j’ai passé la majorité de mon adolescence à être accro aux réseaux sociaux, à l’admiration, à la reconnaissance sociale et à mon apparence physique.» Elle s’exprime désormais sur son site Internet, «Let’s Be Game Changers», une plateforme sur laquelle elle partage ses expériences et son envie de changer le monde. Plusieurs vidéos sont déjà disponibles.

L’action d’Essena a déclenché un véritable raz-de-marée. La jeune femme n’a pas hésité à pointer du doigt sa propre addiction mais aussi le fonctionnement des marques qui paient les filles comme elles pour promouvoir n’importe quel produit. «Ce système concerne aujourd’hui un très grand nombre de personnes, sans que cela soit indiqué sur les photos», note Mademoizelle.com.

Une stratégie web bien ficelée

Mais l’action de l’Instagrameuse star ne fait pas que des émules, révèle «L’Express». La façon dont elle fait la promotion de son site Internet est notamment pointée du doigt. «Elle a bien géré son coup Essena, joli buzz, parfait pour lancer son nouveau site», écrit Ophelie sur Twitter. «Donc la nana pète les plombs contre les réseaux sociaux et crée un site en parallèle. Le joli coup de com’!», renchérit Hanane. Même deux de ses amies, elles aussi célèbres sur Instagram, ont dénoncé sa stratégie: «Tu critiques les réseaux sociaux sur un réseau social! Et crée même un nouveau site. C’est toujours de l’autopromotion!» Car il faut bien l'avouer: on n'a jamais autant parlé d'Essena que depuis sa fracassante annonce...

Le plus surprenant reste l’onglet «Support me» ajouté sur ledit site. «Je suis très gênée d’affirmer que oui, j’ai besoin d’aide. Si ce site Internet a de la valeur pour vous, alors aidez-moi financièrement, car je ne peux m’assumer moi-même.» Essena O’Neill a, depuis, supprimé cet étrange appel aux dons.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Muriel vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E24: Oser dire "non" sans culpabiliser

Si vous êtes du genre à accepter toutes les sorties, à prêter main forte dès que vous en avez l'occasion et à éviter l'articulation d'un simple «non», cet épisode est fait pour vous. Une psychologue nous explique comment établir des limites (au travail ou en privé), clarifier nos propres besoins et créer le parfait équilibre entre le «oui» généreux et le «non» libérateur. Car ce petit mot délicat peut parfois s'avérer essentiel. 

Dans vos écouteurs

E23: Comprendre notre microbiote intestinal pour mieux le soigner

S'il vous arrive de vous poser des questions sur votre digestion, cet épisode est fait pour vous. Le Professeur Gilbert Greub, Directeur de l'Institut de Microbiologie du CHUV, nous explique le fonctionnement du microbiote intestinal, corrige certaines de nos idées reçues et nous rassure sur de nombreux points. On en parle enfin, pour se sentir mieux (et éclairé) ensuite!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina