Femina Logo

news société

Chris Evans et Justin Bieber prennent la défense d'un écolier victime de harcèlement

Lovemascara

La vidéo déchirante de Keaton Jones a été visonnée plus de 22 millions de fois.

© Instagram lovemascara.

«Ils se sont moqués de mon nez, ils ont dit que j'étais moche et que je n'avais pas d'amis», raconte Keaton Jones à sa maman, venue le récupérer à midi devant son école de Knoxville, dans l'Etat du Tennessee. Une fois de plus, le jeune garçon ne souhaitait pas rester dans l'établissement lors de la pause déjeuner, afin d'éviter les moqueries répétées de ses camarades. «Ils ont versé du lait sur ma tête, et mis du jambon sous mes vêtements», sanglote-t-il, alors que des larmes roulent sur ses joues. Tandis qu'elle écoute attentivement son fils, Kimberly Jones filme toute la scène avec son son smartphone. Une fois la vidéo mise en ligne sur Facebook, elle devient virale. Plus de 20 millions de vues plus tard, le garçon est devenu un véritable emblème de la lutte contre le harcèlement scolaire. Des milliers d'inconnus lui ont destiné de chaleureux messages de soutien, et une opération de crowdfunding lui a même été destinée: entre temps, celle-ci a récolté près de 60 000 dollars.

Propos racistes et critiques

Les médias américains contribuant au buzz, les larmes de Keaton ont bientôt fait le tour de la planète. Intrigués, certains internautes ont mené une petite enquête au sujet de la famille Jones, suite à laquelle la mère du garçon a été accusée de racisme. Certains de ses anciens posts et commentaires contiendraient en effet des propos discriminatoires qui ont évidemment choqué l'opinion publique: une photo de la famille, posant devant un symbole d'esclavagisme a fait le tour de la Toile, depuis sa révélation, le 12 décembre 2017. Selon certains, Keaton aurait traîté ses camarades de «nègres», une attitude innacceptable qui expliquerait les moqueries dont il fait régulièrement l'objet. D'autres avancent que Kimberly Jones n'aurait posté la vidéo que dans le but de tirer un maximum d'argent de l'affaire. Depuis la propagation de cette théorie, les fonds versés par des âmes généreuses et sympathisantes ont cessé d'affluer sur la page «Go Fund Me», ouverte spécialement pour Keaton. Plusieurs célébrités ayant publiquement soutenu le garçon ont d'ailleurs exprimé leurs regrets: Joe Schilling, champion de kickboxing, a affirmé qu'il se «sentait bien idiot, à présent».

L'énorme soutien des stars

Avant la naissance de cette polémique, une flopée de stars touchées par le récit de Keaton ont pris sa défense avec une véhémence étonnante. Via Twitter, la chanteuse Demi Lovato a partagé le hashtag #StandwithKeaton (ou «soutenons Keaton») et s'adresse directement à lui, en lui disant: «Tu n'es pas seul». L'affection qu'expriment les célébrités à l'encontre de ce garçon anonyme, subitement surgi dans l'océan du Web, est bouleversante.

De son côté, Justin Bieber a également posté plusieurs messages, dans lesquelles il exprime son admiration pour l'écolier: «Même s'il est victime de harcèlement, il prend le temps d'exprimer sa sympathie et sa compassion envers les autres personnes qui subissent la même chose», souligne le chanteur. En effet, dans la vidéo, Keaton conseille aux autres de ne pas se laisser atteindre par les critiques et les persécutions. «Ce n'est pas de leur faute s'ils sont différents», déclare-t-il, la voie entrecoupée de sanglots.

Chris Evans, quant à lui, s'est empressé d'inviter l'adolescent à la Première de son nouveau film «Avengers», dont la sortie est prévue pour 2018. Voilà qui devrait clouer le bec des petits moqueurs, certainement bouche-bée devant autant d'engouement médiatique.

Entre scandale et solidarité

Si les intentions de Kimberly Jones étaient bien aussi malhonnêtes que l'avancent certains, l'histoire devient carrément grotesque: comment une mère peut-elle utiliser la souffrance de son enfant pour se faire de l'argent?! Estomaquées à cette idée, nous préférons garder les yeux rivés sur le soutien international qu'a suscité la vidéo. Dans une société connectée qui s'arrache le buzz avec la voracité d'une horde de vautours, un petit inconnu attristé a été capable d'éveiller une réaction solidaire massive. Des voix célèbres et écoutées ont prononcé son nom, si bien que des milliers de victimes de harcèlement scolaires se sont senties soutenues, au-travers de ce garçon moqué par les autres. Tentons de préserver le positif: peut-être ces réactions étaient-elles naïves, au vu des circonstances malheureuses, mais elles témoignent surtout de la grande bienveillance dont peut faire preuve la Webosphère.


A lire aussi:
Harcèlement scolaire, le combat de ma vie
YouTube: les dangers cachés qui gettent les enfants
#FeminaOpinion: et si on arrêtait d'afficher ses enfants sur Instagram?

Podcasts

DANS VOS ÉCOUTEURS

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

DANS VOS ÉCOUTEURS

E5: Adopter le rythme sportif qui nous convient pour booster notre forme

Ne pas faire de sport pendant 3 semaines ou préférer trois mini-séances de 10 minutes plutôt qu'un cours complet, ce n'est PAS GRAVE: et c'est une coach qui nous le dit! (Adios, culpabilité!)

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.