news société

    13 femmes accusent à nouveau Donald Trump de harcèlement

    Trois d'entre elles se sont exprimées sur un plateau de télévison pour demander au Congrès américain d’ouvrir une enquête sur le président. La Maison-Blanche a réagi en déclarant qu’il s’agissait de «fausses accusations».

    Publié le 
    12 Décembre 2017
     par 
    Muriel Chavaillaz

    Rachel Crooks, Jessica Leeds et Samantha Holvey se battront jusqu’au bout. Lundi 11 décembre 2017, elles ont à nouveau dénoncé les agissements de Donald Trump. A nouveau, car elles s’étaient déjà exprimées lors de la campagne présidentielle en 2016. Reçues dans l’émission matinale de la chaîne «NBC», elles ont raconté leur histoire.

    En 2005, Rachel Crooks avait 22 ans. Elle travaillait comme réceptionniste à la Trump Tower. Le milliardaire l’aurait alors embrassé sur la bouche sans son consentement. «Je me suis sentie menacée, je n’avais pas le choix, se souvient la jeune femme.» Jessica Leeds est quant à elle revenue sur un épisode qui s’est déroulé dans les années 70: elle accuse Trump de l’avoir touchée dans un avion:

    Il avait ses mains partout, il m’embrassait et me touchait.

    Dévisager les femmes «comme des morceaux de viande»

    Samantha Holvey, ex-candidate au concours de Miss USA, a dressé un portrait accablant du magnat de l’immobilier. Il aurait dévisagé les participantes dans les coulisses «de manière particulièrement concupiscente, comme si nous étions des morceaux de viande».

     

     

    Rachel, Jessica et Samantha sont 3 femmes parmi les 13 qui ont déjà publiquement dénoncé le comportement de Donald Trump. Elles demandent désormais solennellement au Congrès américain de mettre de côté ses affiliations politiques et d’enquêter sur le président des Etats-Unis, comme l’explique Rachel Crooks:

    Je veux croire qu’en tant qu’Américains, nous pouvons mettre nos inclinaisons partisanes de côté et admettre que certaines choses transcendent la politique. Que les mêmes standards doivent s’appliquer à Donald Trump, Harvey Weinstein et à tous les hommes qui ont été accusés d’avoir eu une attitude répréhensible.

    «Menteuses!»

    La partie ne semble pourtant pas gagnée pour les plaignantes. La Maison-Blanche a immédiatement qualifié ces accablants témoignages de «fausses accusations». «Dans certains cas, les accusations d’agressions sexuelles ont été prises au sérieux et les gens ont été tenus pour responsables, rappelle Jessica Leeds. Sauf pour notre président. Il n’a pas été considéré comme responsable. En fait, son personnel n’a pas cessé de nous traiter de menteuses.»


    A lire aussi:
    «Time» met à l'honneur celles qui ont brisé le silence
    Donald Trump limite l'accès à la pilule
    «Les Frères Scott»: les actrices dénoncent le harcèlement sexuel dont elles ont été victimes

    A lire également
    La jeune chanteuse belge fait littéralement le procès du sexisme ordinaire.
    O
    notre dame paris incendie flammes
    Détruite par les flammes, la cathédrale sera reconstruite, a promis Emmanuel Macron.
    O
    Cuisine
    «Est-ce que cette branche de céleri m'apporte de la joie..?»
    O
    Cuisine
    Dans les Grisons, une ferme salmonicole durable offre un poisson de qualité qui se retrouve sur la table des restaurants.
    O
    Voyage
    Vous aspirez davantage à des vacances plus green, sans (trop) de traînées de kérosène pour y arriver? Cette sélection de lieux est faite pour v(n)ous.
    O