Femina Logo

L’adolesecente est scolarisée au lycée St-Martin de Johannesburg et fait partie des 16 finalistes du concours Google Science Fair.

Cette compétition, ouverte aux jeunes de 13 à 18 ans, récompense des projets scientifiques et/ou technologiques particulièrement innovants.

Le premier prix est une bourse d’études de 50'000 dollars et d’autres «awards», tous aussi sympathiques suivent.

Des oranges et des avocats

La brillante Kiara Nirghin, triste de voir la sécheresse impacter aussi dramatiquement les cultures dans son pays, est partie d’une réflexion sur les produits absorbants. Ces derniers, utilisés en agriculture, permettent à la fois d’empêcher la diminution de l’eau et d’augmenter la survie des plantes ainsi que leur taux de croissance.

Le problème? Ils sont couteux, contiennent des produits chimiques, et par conséquent, ne sont pas biodégradables. La lycéenne a donc pensé à une manière de créer un polymère aux pouvoirs similaires: les produits absorbants contiennent des polysaccharides, tout comme… la peau des oranges!


© pinterest-blog.justinablakeney

Pour créer un produit efficace à base de ce zeste, il fallait trouver un élément lui aussi biodégradable qui puisse mener à la réaction chimique nécessaire: c’est la peau de l’avocat qui est l’heureuse élue.

Le résultat? Une réserve d’eau écologique et abordable

En mélangeant peaux d’orange et d’avocat, Kiara Nirghin a obtenu un puissant capteur d’eau: ce matériau peut contenir jusqu’à 100 fois son poids en eau. Ce système de stockage peut-être directement enterré pour créer un réservoir naturel.

Le Google Science Fair a applaudi cette idée qui semble avoir de l’avenir, mais la jeune Africaine du Sud doit encore se mesurer à ses concurrents avant de, peut-être, décrocher la grande victoire.


A lire aussi:
6 bienfaits de la méditation validés par la science
La playlist engagée pour la planète
Cyril Dion, missionnaire de l'écologie de «Demain»

Podcasts

DANS VOS ÉCOUTEURS

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

DANS VOS ÉCOUTEURS

E5: Adopter le rythme sportif qui nous convient pour booster notre forme

Ne pas faire de sport pendant 3 semaines ou préférer trois mini-séances de 10 minutes plutôt qu'un cours complet, ce n'est PAS GRAVE: et c'est une coach qui nous le dit! (Adios, culpabilité!)

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.