Femina Logo

1. Savoir se préparer

Pas question de débarquer le jour J sans un entraînement adéquat. «En termes de temps investi, la préparation est de loin l’étape la plus importante», avertit Romain Hofer, chargé de communication chez Manpower. Pour organiser son entretien avec sérénité, on se renseigne sur l’entreprise, le poste à pourvoir et l’interlocuteur. «Mais il faut aussi se préparer soi-même, être capable de se présenter de manière convaincante et authentique et pouvoir ainsi démontrer que l’on a les qualités pour le poste», complète Isabelle May Laugier, coach de carrière chez IML coaching et mediation.

2. Apprendre à raconter son histoire

«Parlez-moi de votre parcours», c’est souvent ainsi que débutent la plupart des entretiens. Pour Romain Hofer, il est essentiel de savoir narrer son histoire. «Maîtriser le storytelling, ce n’est pas un exercice facile, mais on peut s’y préparer. L’objectif est de persuader le recruteur que l’on est la bonne personne pour le poste. Pour s’exercer, je recommande de faire appel à un proche qui se glissera dans le rôle de celui qui embauche

3. Poser des questions

S’interroger sur le fonctionnement de la société, c’est prouver que l’on s’y intéresse et que l’on a bien potassé son entretien. «Il faut préparer 3-4 questions à placer durant le rendez-vous, conseille Romain Hofer. Les questions peuvent être au sujet de l’entreprise en soi, de l’équipe avec laquelle vous devrez travailler, du marché, des concurrents, etc.» Attention toutefois à ne pas tomber dans l’extrême et à se la jouer expert en la matière: les questions pointues qui cherchent à déstabiliser son interlocuteur sont à bannir.

4. Ne pas négliger les aspects techniques

Se présenter à la réception à bout de souffle, le tailleur de travers et les cheveux façon Lindsay Lohan en début de matinée? Non merci! On veille à arriver 5 minutes en avance pour prendre le temps de bien respirer. On n’oublie pas d’emporter une copie de son dossier de candidature et d’avoir sur soi le numéro de téléphone et l’adresse du recruteur. Un look soigné est évidemment un plus: on se renseigne sur le code vestimentaire de la compagnie. Mais l’idée n’est pas d’être déguisé, mieux vaut rester soi-même, à l’aise dans ses vêtements. La communication non-verbale représente 55% du premier effet. Autre détail: ne pas oublier d’emporter un calepin et un stylo afin d’avoir de quoi prendre des notes.

5. Réussir sa première impression

«Dès que l’on rentre dans l’espace de l’employeur, il faut considérer toutes les personnes que l’on croise, sourire, dire bonjour, explique Romain Hofer. Ces éléments peuvent influencer. On dit souvent que l’on n’a pas une deuxième chance de faire une première impression.» L’expert rappelle qu’en communication, ce que l’on dit représente uniquement 7%. Les 93% restants sont consacrés à la façon dont on le dit. L’aspect extérieur, le paraître et la manière de s’exprimer sont des éléments capitaux. Mais pas de panique: on peut largement pouvoir passer outre une mauvaise première impression en étant épatante durant le reste du rendez-vous.

6. Garder la positive attitude

Pour éviter de stresser et de perdre toute l’eau de son corps sur le tapis d’entrée, on se répète des phrases qui nous font du bien. «Se rendre à l’entretien en se disant «J’ai réussi à être sélectionné, je suis compétent et motivé, je donne le meilleur de moi-même et le reste ne dépend pas de moi» permet d’aborder l’épreuve avec confiance», assure Isabelle May Laugier. Le stress découle d’une appréhension. On peut facilement diminuer celle-ci en préparant au mieux son entretien, si besoin avec un coach.


A lire aussi:
Lisa Gachet: «J'ai la fibre de l'entrepreneuse»
Test: dois-je changer de travail?
Quels seront les nouveaux jobs tendance en 2030?


7. Miser sur le dialogue

Tout ce que l’on met en place avant le jour J sert à assurer une entrevue constructive. «La relation que l’on a avec le recruteur est essentielle, note la coach romande. Dans la décision d’embaucher, la qualité du dialogue est capitale, car il s’agit de poser les bases d’une bonne collaboration à venir.» L’entretien se déroule dans les deux sens, rappelle Romain Hofer: «Ce n’est pas un tribunal, il ne doit pas y avoir de rapports de force. Mais c’est la recherche d’un partenariat basé sur la confiance.»

8. Arrêter de se sous-estimer

Les femmes ont tendance à ne pas se mettre en avant et à se dévaloriser. «Elles omettent de valoriser des savoir-faire qu’elles jugent tout à fait standards, remarque Romain Hofer. Elles oublient que le fait d’être attentif aux autres, d’avoir le sens du service, d’avoir le sourire, sont des éléments qui ne vont pas de soi.» Et ce sont pourtant des attitudes qui sont importantes pour le fonctionnement d’une équipe. «Les femmes qui ont arrêté de travailler pour s’occuper de leurs enfants peuvent absolument valoriser cette expérience, poursuit Isabelle May Laugier. Elles ne se rendent pas toujours compte des compétences qu’elles ont développées. Pourtant, gérer une famille, c’est comme administrer une PME, c’est un vrai job!»

9. Faire la différence

A compétences égales, on se démarquera des autres candidats grâce à sa personnalité. «Il faut à tout prix valoriser ses soft skills, son intelligence émotionnelle, recommande Romain Hofer. L’écoute, la motivation, la curiosité, sont des valeurs très appréciées. Le savoir-être et le savoir-vivre sont deux éléments qui peuvent vraiment faire la différence. Être bien renseigné sur la société et son actualité, pouvoir rebondir sur une nouvelle récente, sont également de vrais plus.» Sans oublier qu’un entretien, ce n’est pas un rapport de force, mais le début d’un partenariat. Il faut rester soi-même et montrer en quoi notre personnalité est compatible avec le poste.

10. Soigner sa sortie

Le processus ne prend pas fin au moment où vous franchissez la porte de sortie. Au contraire: il est nécessaire d’effectuer un suivi avec tact pour ne pas être oublié. «En fonction de la personne que l’on a rencontrée, on peut aussi écrire un petit mot de remerciement, avance Isabelle May Laugier. Il ne faut pas trop en faire non plus, mais traiter son interlocuteur comme toute relation qui compte pour vous.»

11. Relativiser

Vous avez montré votre enthousiasme et avez donné le meilleur de vous-même? Apprenez à relativiser si la réponse après l’entretien est négative. «Chaque entretien est l’occasion de se perfectionner, de connaître de nouvelles personnes, de nouvelles situations… même si le poste n’est finalement pas au rendez-vous», conclut Romain Hofer.

Pour aller plus loin: n’hésitez pas à visiter le site du SECO qui répertorie plusieurs documents utiles pour préparer son entretien, de même que la plateforme de Manpower.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E20: Gérer les tensions familiales pour une vie plus apaisée

Rendre visite à ses beaux-parents, présenter son nouveau conjoint à ses enfants, survivre à un interminable dîner familial, relancer une communication essoufflée... que de petits challenges que nous présente la vie, lorsque les tribus se réunissent. Afin de prendre un pas de recul sur ces situations et les gérer au mieux, un psychologue nous donne des clés de compréhension et des solutions. Parce qu'au fond, on l'adore, notre famille!

Dans vos écouteurs

E19: Vos questions sur la charge mentale

Ah, la charge mentale! Afin d'aborder ce vaste sujet épineux et délicat, nous vous avions proposé de nous envoyer toutes vos questions à ce propos. À l'aide d'une psychologue, nous vous apportons des éléments de réponse, dans cet épisode destiné à alléger la pression. Pour se rappeler que même si la lessive n'est pas faite et que nos cheveux sont hirsutes, tout-va-très-bien-se-passer!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina