Femina Logo

menstruations

Choc toxique: la cup présente-t-elle le même risque que le tampon?

Cup tampons choc toxique meme risques

La cup pourrait présenter des risques un peu plus élevés que les tampons, à cause de la plus grande quantité de sang et d’oxygène qu’elle contient.

© Westend61 / Getty Images

Des visites aux urgences, des amputations de la jambe, voire des décès… de plus en plus de témoignages mettant en garde contre les risques de choc toxique dû aux tampons hygiéniques sont relayés dans les médias, contribuant à entretenir la méfiance autour de ce type de protection. Attention, toutefois, alertent les autorités sanitaires françaises, la coupe menstruelle, ou cup, souvent présentée comme une alternative plus saine, peut elle aussi conduire à une telle pathologie.

A l’origine, la rétention de sang dans le vagin, qui favorise la multiplication du staphylocoque doré, une bactérie présente naturellement dans cette région du corps chez 4% des femmes. «Se développant ainsi de manière anormale, cette bactérie peut se disséminer rapidement par voie sanguine et créer un état de choc chez la patiente», décrit Martine Jacot-Guillarmod, médecin associée à l’Unité de gynécologie de l’enfant et de l’adolescente au CHUV.

Même avec de petites pertes

Les symptômes de cette septicémie à traiter très vite? Fièvre, vomissements, vertiges, douleurs abdominales ou encore baisse de tension.

«Cela survient surtout lorsque le changement de matériel est insuffisant, informe la gynécologue, c’est-à-dire quand la protection en question est renouvelée moins de deux fois dans la journée. Il est par ailleurs fortement déconseillé de garder un tampon ou une coupe toute une nuit. Les serviettes ou les culottes de règles sont à privilégier pour dormir.»

En plus de s’avérer aussi délicate que le tampon sur ce point, la cup pourrait présenter des risques un peu plus élevés à cause de la plus grande quantité de sang et d’oxygène qu’elle contient. En outre, les fabricants inscrivent parfois des recommandations d’usage trop approximatives sur les notices des produits.

«Ce type de pathologie demeure très rare, relève Martine Jacot-Guillarmod, mais mieux vaut être attentive et changer régulièrement son matériel, même en cas de règles peu abondantes.»

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Nicolas vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E41: Les pouvoirs de l'écriture et comment se lancer

Dans vos écouteurs

E40: Comprendre et pratiquer l'autohypnose

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina