Femina Logo

Révolution de palais

Franck Pelux: «Top Chef est le reflet de l'actualité gastronomique»

Top Chef Franck Pelux

Franck Pelux, ancien Top Chef et chef au Lausanne Palace en est sûr: ce concours télévisé lui a ouvert des portes.

© ANTHONY DEMIERRE

Lancée en 2010 sur M6, Top Chef n’en finit pas de captiver. En témoignent ses audiences records, avec une moyenne de quelque 3 millions de téléspectateurs par épisode – et des pointes à près de 5 millions. Ce qui plaît tant? Une recette aux ingrédients de base immuables. À savoir: des règles simples, des épreuves souvent aussi salées qu’instructives, des concurrents talentueux à la personnalité bien trempée et, pour les passer à la moulinette, un jury prestigieux, composé cette année de Philippe Etchebest, Paul Pairet, Hélène Darroze et, pour la première fois, du chef triplement étoilé Glenn Viel. On l’imagine bien, un tel engouement a des conséquences «pratiques». Lesquelles? Survol en forme de vrai-faux…

Elle a un impact sur les candidats: vrai

Par la mise en avant de leur savoir-faire, de leur imagination et de leur personnalité, de nombreux jeunes cuisiniers ont vu leur vie heureusement bouleversée par Top Chef. Parmi eux, Franck Pelux.

Finaliste de la saison 8 en 2017 et aujourd’hui grand maître étoilé de La Table, au Lausanne Palace, il confirme:

«Pour moi et ma compagne Sarah, il y a eu un avant/après, c’est indéniable. Se faire connaître du grand public et des grands chefs – ceux qui regardent comme ceux qui viennent en invités dans l’émission – accélère clairement les choses, et si on arrive à faire de belles propositions pendant le concours, cela a un impact énorme.»

En termes de fréquentation, par exemple. En l’occurrence, le bouillonnant Bourguignon – qui précise «être plein deux mois à l’avance» et insiste sur l’importance du produit, de la saisonnalité et de l’émotion que provoque un plat – estime à un bon 50% la part de gourmets qui viennent pour la première fois à sa Table en raison de sa participation à Top Chef… «même si c’était il y a maintenant cinq ans!» Il ajoute: «Cette émission a mis le pied à l’étrier de la gastronomie de nombreuses personnes – ce qui les a notamment incitées à essayer les établissements tenus par des candidats Top Chef. Certaines font même la tournée de tous les concurrents qu’elles ont aimés.»

Évidemment, nuance-t-il, tous les «anciens» ne tiendraient pas le même discours: «Il y a deux éléments clés pour que l’effet positif dure. D’une part, nos personnalités qui marquent ou pas, c’est évident. Et d’autre part, le temps passé avec les gens dans leur salon: quelqu’un qui ne reste que deux semaines n’aura pas pu imprégner le public autant que celui qui se retrouve dans le carré final!»

Le jury prestigieux de cette saison 13? De gauche à droite: Paul Pairet, le nouveau venu Glenn Viel, Hélène Darroze et Philippe Etchebest. © PIERRE OLIVIER/M6

Elle a un impact sur les modesculinaires: faux

Contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, Top Chef ne lance pas de modes particulières, explique Franck Pelux: «Ce concours est le reflet de l’actualité gastronomique. En clair, en faisant ce qu’on sait faire, on met en lumière certaines tendances, c’est vrai, mais concrètement, on ne crée rien, on n’invente rien!»

Elle a un impact sur l’image du cuisinier: vrai

L’une des vertus de Top Chef est d’avoir rendu ses lettres de noblesse au métier de cuisinier:

«Les spectateurs et spectatrices peuvent se rendre compte que rien n’est si simple qu’il y paraît, que cela demande beaucoup d’efforts. Pour le coup, cela génère une forme de respect qu’on n’avait pas forcément avant!»

Parallèlement, le concours a suscité nombre de vocations chez les jeunes: «C’est en effet très positif. Cela dit, comme ils ne se rendent pas forcément compte qu’il faut des années et des années de travail pour arriver au sommet et que la réalité est dure – dix à douze heures par jour en cuisine, des tâches ingrates comme l’épluchage des patates au quotidien, etc. –, je ne suis pas certain que toutes et tous tiennent le coup et restent très longtemps dans la profession.»

Elle a un impact sur nos quotidiens: vrai

En plus des ruées sur les nombreux produits dérivés estampillés Top Chef (ustensiles, accessoires, livres de recettes, etc.), ce divertissement a provoqué une véritable révolution de palais: «Elle a créé de nouveaux épicuriens – ce qui est bien puisqu’ils vont remplir les bons restaurants et changer leur manière de cuisiner!» note Franck Pelux. Un vœu pieux? Pas selon un sondage effectué en 2018 en France. De fait, 20% des sondés ont changé leurs habitudes grâce au concours présenté par Stéphane Rotenberg, 34% cuisinent plus sainement qu’avant (aliments frais et de saison) et 42% des toqués de ce programme s’inspirent régulièrement des recettes présentées pour oser se lancer dans des menus plus variés. Et ça aussi, c’est top (chef)!  

Top Chef, saison 13, est diffusée mercredi à 21 h 10 sur M6. Franck Pelux et sa compagne officient à La Table du Lausanne Palace.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Saskia vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

Podcast Tout va bien E80: L'utilité de l'EFT dans la gestion du stress

Dans vos écouteurs

Tout va bien podcast E79: Le rôle du mental dans l'arrêt de la cigarette

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné